A propos Violaine Tisseau

Chargée de recherches au CNRS et membre de l'IMAf (UMR 8171). Spécialisée en histoire sociale, elle a soutenu en 2011 une thèse d'histoire intitulée : "Le pain et le riz. Métis et métissage entre Européens et Malgaches dans les Hautes Terres centrales de Madagascar, aux XIXe et XXe siècles", à l'université Paris Diderot.

Journée « Historiographie et mémoire », autour de 1947, Université d’Antananarivo

Le Département d’Histoire de l’Université d’Antananarivo, en partenariat avec l’Institut Français de Madagascar, organise une journée d’études et d’échanges autour du thème « Historiographie et mémoire ».

Informations pratiques :

  • Date : Mardi 28 mars 2017, à partir de 9 heures$
  • Lieu : Amphi 24, Faculté des Lettres et Sciences Humaines

 

Programme

  • Matinée

9h.00-9h.15 : Prise de parole

-Le Responsable de la mention histoire

-Le Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université d’Antananarivo

– Le Président de  l’Université d’Antananarivo

9h.15-10h.45

– Lucile Rabearimanana, Professeure titulaire: «L’insurrection de 1947 : le point des connaissances, les recherches entreprises et celles à entreprendre»

– Sylvie Andriamihamina, Directrice des Archives nationales : «Le fonds 1947 aux Archives nationales de Madagascar et ailleurs»

– Didier Nativel, Professeur, Université Denis Diderot, Paris 7 : «1947 : entre histoire nationale et perspectives croisées. Mémoires, écritures de l’histoire, comparaison »

Modératrice : Faranirina Rajaonah, Professeure émérite

10h.45-11h.45 : Échanges et débats

11h.45-12h.45 : Pause

  • Après-midi

13h.00h-14h.30

– Felandzohary Razanakolona, historienne et Rolland Raparivo, artiste-peintre : Présentation du tableau «Ny Fandosirana, mars 1947»

– Jeannot Rasoloarison et Denis Alexandre Lahiniriko, Maîtres de conférences : «L’insurrection de 1947 à travers le programme scolaire malgache»

– Frédérique Andriamaro et Roland Rakotovao, Maîtres de conférences : Présentation du film «La perception des jeunes universitaires de la commémoration du 29 mars 1947»

Modératrice : Lolona Razafindralambo, Maître de conférences

14h.30-15h.30 : Échanges et débats

16h.00 :  Synthèse  et clôture

15h.30-16h.00 : Synthèse et clôture

3 février – Séminaire « Histoire sociale de l’Afrique orientale, de la mer Rouge et de l’océan Indien »

La prochaine séance du séminaire « Histoire sociale de l’Afrique orientale, de la mer Rouge et de l’océan Indien » aura lieu le 3 février. Le séminaire est ouvert à tou.te.s, et peut être validé par les étudiant.e.s de master EHESS, Paris 1, etc.

Elara Bertho (Université Sorbonne Nouvelle – THALIM)

« Mises en scène et usages des archives en littérature. Autour de la Chimurenga (Zimbabwe) »

La confrontation de documents d’archives et d’œuvres littéraires permettra d’analyser les différents types de réutilisations de la production documentaire coloniale en littérature, et les modalités de leurs récritures. Nous montrerons comment la première Chimurenga (1894-1897), dans l’actuel Zimbabwe, devient un motif littéraire majeur au moment de la seconde Chimurenga (1966-1979) et reste une source d’inspiration importante après l’indépendance. L’articulation entre l’archive et la fiction (à travers un parcours des œuvres d’Yvonne Vera, Stanlake Samkange, Solomon Mutswairo, Chenjerai Hove) rend compte de processus mémoriels complexes, interrogeant les mécanismes d’écritures de l’histoire coloniale et des potentialités subversives du fait littéraire.

Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine)

« L’archive aux mains des écrivains : l’exemple du malgache Raharimanana et l’insurrection de 1947 »

Si l’historien fonde son travail sur des archives, qui, en tant que sources, sont respectées voire sacralisées, il est aussi en demeure de les contextualiser avant de les agencer selon un schéma narratif qu’il construit. Ces mêmes archives, entre les mains d’écrivains, d’artistes, qui ont d’autres méthodes pour d’autres objectifs, deviennent une matière à partir de laquelle se développe une création qui n’obéit plus aux contraintes des historiens. Cependant, la mention, voire la représentation de ces archives, quand elles apportent une caution scientifique à des œuvres poétiques, modifient de manière ambivalente la réception des œuvres littéraires.

Raharimanana est malgache ; il vit en France où il a écrit une série d’œuvres sur l’insurrection de 1947 en explorant diverses formes littéraires, toutes hybrides : roman (Nour, 1947, 2001), témoignage assorti de photos d’archives (Madagascar, 1947, 2007), commentaires de portraits d’anciens combattants (Portraits d’insurgés, 2011), pièces de théâtre (Rano, rano, 2015). Chaque fois, il utilise des archives mais les reprend, les associe à d’autres récits, les intègre à une réflexion plus générale et personnelle puis revendique dans des entretiens tantôt faire œuvre d’historien parce que « rien n’existe », tantôt s’approprier de manière libre des références communes. Nous nous proposons de présenter, en analysant ces méthodes, ces diverses publications afin de mettre en évidence ce qui relève de la stratégie, de la poétisation, de la falsification. Nous tenterons de comprendre les réceptions diverses (selon les pays et les milieux, les littéraires et les historiens) dont il bénéficie avant, en conclusion, d’ouvrir le débat sur les liens toujours complexes entre l’histoire et la  littérature.

Informations pratiques : Vendredi 3 février, de 14 h à 17 h, Salle de réunion de l’IMAf, 96 bd Raspail, 75006 Paris (entrée rue Notre-Dame-des-Champs)

Séminaire océan Indien (Paris Diderot – CESSMA), séance du 2 février, intervention de F. Bordelès

La prochaine séance du séminaire océan Indien aura lieu le jeudi 2 février de 17h à 19h, avec une intervention de :

Fabien Bordelès (ANOM)

Dommages et indemnisations de « l’entre-deux-guerres » malgache (1942-1947), à travers un nouveau fonds archivistique aux ANOM (Archives nationales d’outre-mer)

Lieu : Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, Paris, 8e étage, salle 864, métro F. Mitterrand, L. 14.

Appel à contributions : Regards croisés sur le patrimoine malgache, transmission et régénération d’un héritage vivant

Voici l’appel à communications pour un colloque international qui a lieu à l’Université de La Réunion, en février de cette année, sur le thème du patrimoine et de sa transmission :

« Regards croisés sur le patrimoine malgache, transmission et régénération d’un héritage vivant ».

Présentation rapide : « Ces journées de réflexion constituent le fruit de rencontres nées autour du film Songs for Madagascar de Marie Clémence et César Paes produit en 2016. Au vu de la richesse et de l’importance de la question du patrimoine, les principaux enjeux consistent dans la façon de maintenir vivant et même de continuer à façonner et de transmettre cet héritage partiellement ancré dans le passé. Il s’agit de le régénérer pour que les générations futures puissent se construire avec cet apport. « 

Date limite : 25 janvier.

Exposition virtuelle : « Une famille malgache dans la guerre »

La bibliothèque du DEFAP, outre un conséquent fonds d’ouvrages, conserve photographies et lettres des envoyés de la Mission Protestante. C’est à partir de ces documents qu’une exposition virtuelle a été construite autour de la thématique de la Première Guerre mondiale, consultable via ce lien.

On y découvre l’expérience de la guerre d’un combattant malgache, les inquiétudes des membres de sa famille restés dans l’île et les liens et solidarités noués par le biais de la mission.

Un bel aperçu de la richesse des fonds du DEFAP et de ce que suivre des trajectoires familiales peut laisser entrevoir.

Séminaire océan Indien (Paris Diderot-CESSMA), 8 déc. : M. Claveyrolas

La prochaine séance du séminaire océan Indien aura lieu le jeudi 8 décembre de 17h à 19h, avec une intervention de :

Mathieu Claveyrolas (CNRS-CEIAS)

Ethnographier la vie religieuse mauricienne : le village de Queen-Victoria

Vous y êtes toutes et tous les bienvenu.es. N’hésitez pas à partager l’information.

Lieu : Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, Paris, 8e étage, salle 864, métro F. Mitterrand, L. 14.

1er déc. : conférence Delphine Burguet, Société des Africanistes

Conférence D. BurguetDans le cadre des conférences de la Société des Africanistes, Delphine Burguet présentera ses travaux, le 1er décembre autour d’une présentation intitulée :

Les devins-guéris­seurs à Mada­gas­car. Pouvoir et contre-pouvoir au fil du temps

La confé­rence présente l’une des figures histo­riques majeures du paysage reli­gieux et socio-poli­tique malgache, une figure ambigüe et complexe ratta­chée au statut de celui que l’on nomme commu­né­ment « devin-guéris­seur ». Appelé ombiasy, le mpimasy ou encore le mpana­zary est, histo­rique­ment, un acteur central dans la gestion commu­nau­taire au côté des souve­rains et chefs tradi­tion­nels et est « l’homme de la synthèse ». Ce person­nage bien ancré dans des pratiques locales et ances­trales connaît toute­fois, au fil du temps et en fonc­tion des projets poli­tiques, tout autant le respect, le pres­tige et la puis­sance que la crainte et le rejet. Figure centrale pour les tradi­tio­na­listes, il est aujourd’­hui situé en péri­phé­rie des enjeux sociaux, reli­gieux, médi­caux et poli­tiques.

Informations pratiques :

Le jeudi 1er décembre à 18h
Musée du Quai Branly, Atelier n°1

 

Séminaire océan Indien – 24 nov. : C. Lavrad-Meyer

La prochaine séance du séminaire océan Indien – dont vous trouverez en pièce jointe l’ensemble du programme – aura lieu le jeudi 24 novembre de 17h à 19h, avec une intervention de :

Cécile Lavrard-Meyer (Sciences Po-Paris)

Stratégies d’acteurs, complicité institutionnelle et délégitimation du politique à travers une mémoire d’État à Madagascar

Vous y êtes toutes et tous les bienvenu.es. N’hésitez pas à partager l’information.

Lieu : Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, Paris, 8e étage, salle 864, métro Bibliothèque F. Mitterrand, L. 14.

Programme 2016-2017 : Séminaire océan Indien, 2016-2017

Séminaire océan Indien, 17 novembre : V. Acking, « L’expérience chagossienne : un univers ti kréol en marge de Maurice ? »

La prochaine séance du séminaire océan Indien aura lieu le jeudi 17 novembre de 17h à 19h, avec une intervention de :

Véronique Acking (CESSMA),

« L’expérience chagossienne : un univers ti kréol en marge de Maurice ? « 

Vous y êtes toutes et tous les bienvenu.es. N’hésitez pas à partager l’information.

Lieu : Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, Paris, 8e étage, salle 864, métro F. Mitterrand, L. 14.

14 novembre : conférences au CROIMA (INALCO)

Deux conférences auront lieu le lundi 14 novembre, à l’INALCO, à partir de 18h30 :

Radama 1er, fondateur de l’écriture malgache moderne
Présentation de l’ouvrage par son auteur,
Linah Ravonjiarisoa, CROIMA-ASIEs

Armée et valeurs nationales à Madagascar
Par Nathalie Lolona Razafindralambo, maître de conférences, Faculté des lettres et sciences humaines, Université d’Antananarivo

Date : 14 novembre, à 18h30.

Lieu : Amphi 2 – Inalco, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

3 nov. : Clélia Coret (IMAf), « Les chroniques swahili : entre objet d’histoire et sources historiques »

La prochaine séance du séminaire océan Indien aura lieu le jeudi 3 novembre de 17h à 19h, avec une intervention de :

Célia Coret (Paris I-IMAf)
« Les chroniques swahili : entre objet d’histoire et sources historiques »

Vous y êtes toutes et tous les bienvenu.es. N’hésitez pas à partager l’information.

Lieu : Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, Paris, 8e étage, salle 864, métro F. Mitterrand, L. 14.

Intervention de Rafael Thiebaut

Dans le cadre du séminaire Sociétés de l’océan Indien de l’université Paris Diderot, Rafael Thiebaut, doctorant à l’IMAf, présentera une intervention intitulée :

« Madagascar aux XVIIe-XVIIIe siècles,

à travers la documentation européenne sur la traite des esclaves »

La séance aura lieu ce jeudi 20 octobre, de 17h à 19h, dans le bâtiment Olympe de Gouges de l’université Paris Diderot. Vous y êtes les bienvenu.es.

Date : 20 octobre, de 17h à 19h.

Lieu : Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, Paris, 8e étage, salle 864, métro F. Mitterrand, L. 14.

Programme du 1er semestre :

  • 3 nov. : Clélia Coret (IMAf), Les chroniques swahili : entre objet d’histoire et sources
    historiques
  • 17 nov. : Véronique Acking (CESSMA), L’expérience chagossienne : un univers ti kréol en marge de Maurice ?
  • 24 nov. : Cécile Lavrard-Meyer (Sciences Po-Paris), Stratégies d’acteurs, complicité
    institutionnelle et délégitimation du politique à travers une mémoire d’État à Madagascar
  • 8 déc. : Mathieu Claveyrolas (CNRS-CEIAS), Ethnographier la vie religieuse
    mauricienne: le village de Queen-Victoria

Klara Boyer-Rossol : « Histoire et Mémoires des Makoa à l’Ouest de Mada­gas­car » – Musée du quai Branly, 3 nov.

Le 3 novembre prochain, Klara Boyer-Rossol, docteure en histoire de l’université Paris Diderot et lauréate du prix de thèse 2015 Suzanne CESAIRE du Comité National pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage, présentera ses travaux lors d’une conférence au Musée du Quai Branly, auprès de la Société des Africanistes :

« Histoire et mémoires des Makoa à l’ouest de Madagascar »

Informations pratiques :

  • Quand ? 3 novembre 2016 à 18:00
  • Où ? Musée du Quai Branly, Atelier n°1

Résumé :

Au cours du XIXe siècle, plusieurs centaines de milliers de captifs ont été dépor­tés de l’Afrique orien­tale à Mada­gas­car, où ils ont été loca­le­ment asser­vis. Les « Masom­bika » ou « Makoa » appa­rais­saient à la Grande Île comme le seul groupe d’es­claves issu de la traite exté­rieure. Sur la côte Ouest, des habi­tants conti­nuent de trans­mettre le souve­nir de leurs ancêtres venus « d’au-delà des mers ». En se basant sur un croi­se­ment de sources orales et écrites, on se propose de retra­cer des trajec­toires d’an­ciens esclaves makoa, de l’in­té­rieur du conti­nent afri­cain jusqu’à Mada­gas­car. D’autres sources ont apporté des indi­ca­tions précieuses sur la construc­tion d’une ances­tra­lité makoa, comme les tombeaux fami­liaux ou encore les gestes rituels.

10 oct. – soutenance de thèse d’E. Rossé

Le 10 octobre prochain, Elisabeth Rossé soutiendra sa thèse en vue de l’obtention du doctorat en anthropologie, préparée à l’université Paris Ouest Nanterre la Défense et au Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC) sous la direction de Sophie Blanchy :

« Ancestralité et migrations urbaines. Le cas des Tandroy de Toliara (Madagascar) »

La soutenance aura lieu le lundi 10 octobre 2016 à 14h en salle B15 (Bâtiment B), sur le campus de l’université Paris Ouest Nanterre la Défense.

Le jury sera composé de :

  • M.  Michael LAMBEK, professeur, University of Toronto Scarborough, Canada (rapporteur)
  • M. Solofo Randrianja, professeur, Université de Toamasina, Madagascar (rapporteur, ne pourra être présent)
  • M. Marc-Eric GRUENAIS, professeur, Université de Bordeaux
  • M. Michael HOUSEMAN, Directeur d’études, Ecole pratique des hautes études
  • M. Laurent BERGER, maître de conférences, Ecole des hautes études en sciences sociales
  • M. Nicolas PREVOST, maître de conférences, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Résumé :

Cette thèse traite de la manière dont les Tandroy, population originaire de l’extrême Sud de Madagascar, produisent leurs identités collectives en situation de migration urbaine dans la ville de Toliara. Les Tandroy, qui vivent depuis près d’un siècle en état de circulation à travers l’île, sont le plus souvent assignés à un statut de migrants précaires, pour lesquels la ville demeure un espace étranger. Je montre, à travers une ethnographie de situations rituelles, comment la migration peut être considéré comme un espace de transition, dans lequel se joue le passage d’un état de mobilité à un état d’ancrage. Je montre également comment ce passage implique la remise en cause d’une identité collective construite avec la colonisation et cristallisée au début des années 1970, époque où éclate dans le Sud une révolte paysanne menée par Monja Jaona, leader politique tandroy d’envergure nationale. Mes enquêtes se situent dans deux domaines, celui de la politique et celui de la possession. Dans les deux cas, l’ancrage en ville s’exprime de manière paradoxale à partir du maniement de symboles ancestraux pourtant fragilisés par le phénomène migratoire et jugés inadaptés à l’espace urbain : le poteau sacrificiel hazomanga et l’esprit de possession kokolampo. Je m’intéresse à la manière dont ces éléments participent à l’élaboration de constructions symboliques confrontant des catégories identitaires articulées à l’expression d’une mémoire collective, et je porte une attention particulière à la musique produite dans les situations ethnographiées, laquelle peut amener à une forme alternative de relation à l’identité collective, favorisant l’expérience de l’ancrage.