10 mars 2016 : Histoire sociale de l’Afrique orientale, de la mer Rouge et de l’océan Indien

Histoire sociale de l’Afrique orientale, de la mer Rouge et de l’océan Indien

Séance du 10 mars 2016, 15h à 18h
Salle des artistes, Rdc, 96 bd Raspail, 75006 Paris

- Elke Stockreiter, American University, Washington, DC, Dept. of History
Islamic Law, Gender, and Social Change in Post-Abolition Zanzibar

Résumé :
This paper draws on Islamic court records to offer new insights into Zanzibar’s social and legal history during the British colonial period (1890-1963). Based on these hitherto unexplored sources, it revises our understanding of gender roles in a Muslim marriage and within the household. It further challenges studies on slavery and female exclusion from the economic and legal sphere on the East African coast, as the court records demonstrate the ubiquity and social acceptability of female economic agency. They also shed new light on litigants’ use of Islamic courts as well as on Muslim and British colonial officers’ approaches toward Islamic law. Although British interference with Zanzibar’s judiciary dates back to the early nineteenth century, the paper argues that Muslim judges maintained their autonomy within the sphere of family law throughout the colonial era. Contrary to the opinions of scholars and the Zanzibaris themselves, Muslim judges were advancing women’s and ex-slaves’ rights long before the post-colonial period, thereby indicating that class was a more important determinant of women’s identities than gender. The sources further allow us to better understand an important shift in Muslim identity that occurred in the colonial period : whereas Zanzibari Muslims had seen themselves primarily through the lens of religion in the nineteenth century, by the early twentieth century, after the vast majority of freed slaves had adopted Islam, they began to view themselves through the lens of ethnicity. The increasing focus on ethnicity, together with underlying tensions between former slave owners and newly freed slaves, contributed to the outbreak of the revolution of 1964, which ousted the Omani Arab oligarchy.

- Ismail Warscheid, IRHT-CNRS
Translating normative discourse into social facts : Islamic legal literature and the making of society in premodern Western Africa (Mauritania, Mali, southern Algeria)

Résumé :
For several decades now, Islamic legal literature has been serving as a source for the social and cultural history of pre-modern Muslim societies. At the same time, a range of scholars has also raised important methodological caveats by stressing the fact that legal sources are foremost normative texts. When discussing local issues in the language of the fiqh, the intention of Muslim jurists is not so much to preserve the cultural memory of their communities as to think of these issues as a normative problem that, at one moment, has come up either as a case (rafaʿat al-nāzila) or as a generic question (masʾala). In my presentation, I would like to take a step further by examining how normative propositions elaborated by Muslim jurists from the Western Sahara between the seventeenth and the nineteenth centuries affected social interaction between local pastoral groups. Texts to be discussed are, among others, the Nawāzil of al-Sharīf Ḥamāh Allāh from Tishit (d. 1755), the Ghunya compiled in the Algerian Tuwat oasis during the first half of the nineteenth century, and the Kitāb al-Bādiya written by the Mauritanian nomadic scholar Muḥammad al-Māmī (d. 1865-6).

http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1917

7 mars 2017 : projection de « ZANA-BAHOAKA – Le néo rebelle malagasy » à l’université Paris Descartes

Le 7 mars 2017 à 17h30 à l’université Paris Descartes (45 rue des Saints Pères à Paris), le Ceped a le plaisir de vous inviter à la prochaine séance du Ceped fait son Cinéma où sera présenté le film « ZANA-BAHOAKA – Le néo rebelle malagasy ».

 

La projection du film en présence des réalisateurs Alban Biaussat & Michel Tabet, avec la collaboration scientifique de Mireille Razafindrakoto (IRD-DIAL), Francois Roubaud (IRD-DIAL) et Jean-Michel Wachsberger (université Lille 3-DIAL), sera suivie d’un débat.

 

Entrée libre, sans inscription.

 

Résumé

«Zana-bahoaka – le néo rebelle malagasy» a été réalisé en 2015-2016 dans le cadre d’un projet d’étude sur les perceptions et attentes citoyennes concernant l’exercice du pouvoir à Madagascar. Ce projet, imaginé et orchestré par Collateral Creations avec le soutien de l’Union européenne, combine deux approches complémentaires : quantitative et qualitative. Il a été mené par une équipe mixte de réalisateurs travaillant avec trois chercheurs de DIAL/IRD en collaboration avec l’Institut National des Statistiques de Madagascar.Le film pose la question de la capacité de contestation populaire dans le contexte de récession économique continue et de crises socio-politiques récurrentes dans le pays. Il souligne les tensions entre valeurs traditionnelles de vivre ensemble et l’exercice d’un esprit critique individuel nécessaire au fonctionnement démocratique. Une courte vidéo « bonus » a également été réalisée pour relayer les commentaires des chercheurs dans le prolongement de cette démarche scientifique et documentaire. Le projet se poursuit aussi bien dans sa dimension méthodologique qu’analytique.

 

«Zana-bahoaka – le néo rebelle malagasy», 26min, 2016

Equipe :

Alban Biaussat (producteur & co-réalisateur, Collateral Creations)

Michel Tabet (co-réalisateur et anthropologue visuel, Collateral Creations)

Mireille Razafindrakoto (économiste, DIAL-IRD)

François Roubaud (économiste, DIAL-IRD)

Jean-Michel Wachsberger (sociologue, DIAL).

 

Restitution

Le film et l’étude ont été restitués lors de l’Université d’Hiver Austral en Sciences Sociales organisée par l’IRD à Madagascar en juillet 2016. Un résumé de l’étude, le film et la vidéo « bonus » sont disponibles sur le site de Collateral Creations.

 

Séminaire océan Indien (Paris Diderot – CESSMA), séance du 2 février, intervention de F. Bordelès

La prochaine séance du séminaire océan Indien aura lieu le jeudi 2 février de 17h à 19h, avec une intervention de :

Fabien Bordelès (ANOM)

Dommages et indemnisations de « l’entre-deux-guerres » malgache (1942-1947), à travers un nouveau fonds archivistique aux ANOM (Archives nationales d’outre-mer)

Lieu : Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, Paris, 8e étage, salle 864, métro F. Mitterrand, L. 14.

15/12/2016 : Sarah Fee “Des tissus et des noms” : le commerce de tissus de luxe dans l’océan Indien occidental au 19e siècle (CROIMA-Inalco)

Jeudi 15 décembre, Sarah Fee, anthropologue, conservatrice au Royal Museum of Ontario, et spécialiste des textiles dans l’océan Indien, interviendra dans le cadre des séminaires du CROIMA (INALCO).

Titre de l’intervention : “Des tissus et des noms” : le commerce de tissus de luxe dans l’océan Indien occidental au 19e siècle

 Dates :
Jeudi 15 Décembre 2016 – 18:30

Lieu :

Inalco – Amphi 8

Le CROIMA-ASIEs vous invite à la séance de décembre 2016 de ses conférence mensuelles :

“Des tissus et des noms” : le commerce de tissus de luxe dans l’océan Indien occidental au 19e siècle

Par Sarah Fee, Conservatrice au Musée Royal de l’Ontario

http://www.inalco.fr/evenement/conferences-mensuelles-croima-asies-tissus-noms-commerce-tissus-luxe-ocean-indien

Workshop « Slave Trade in the Indian Ocean (16th to 19th Century) », Amsterdam, 10-11 novembre 2016

Jeudi 10 et vendredi 11 novembre 2016 aura lieu à l’Institut international de l’histoire sociale (IISG) à Amsterdam, un colloque international sur les traites négrières dans l’océan Indien (XVIe-XIXe siècles). Voici un bref résumé et les axes de recherche:

The workshop aims to cover European both Asian contexts. Topics related to the slave trade can cover, but are not limited to, processes of enslavement, practices of slave trade, slave prices, slave markets, estimates of the size of slave trade, shifts in slave trade routes, impact of slave trade, contestation of slave trade, impact of states and companies, regulation of slave trade, manumission.

  1. Size of slave trade
    1. Findings on the size and development of slave trade
    2. Estimates on the size and development of slave trade
    3. Slave trade routes, connections between regions and shifts over time
  1. Patterns of slave trade
    1. Findings on the functioning and character of slave trade and slave markets
    2. Findings on the (backgrounds of) slavers, slave traders and enslaved
    3. Findings on the (role of) intermediaries in the slave trade
  1. Sources on slave trade
    1. Availability of source material (European, Asian and other sources)
    2. Possibilities and limits of source material
    3. Opportunities for future research projects and collaborations

Voici le programme du workshop:

Thursday 10 November

11.00 – 11.10     Welcome                                      Henk Wals, director IISH
11.10 – 12.00     Aims of the workshop                  Matthias van Rossum

13.15 – 14.30     New Perspectives on the History of Slave Trade

  • Richard B. Allen, British and French slave trading in the Indian Ocean, 1620s-1830s
  • Ulbe Bosma, Slave trade in the Netherlands East Indies, 1800-1900
    • Comments: Alicia Schrikker

14.45 – 16.15     Slave Trade to South Africa

  • Nigel Worden, The changing nature of Indian Ocean slave trading to the Cape Colony, 1652-1807
  • Michael Charles Reidy, The Cape and Indian Ocean slave traffic, 1654 to 1795.  An Overview
  • Linda Mbeki, The private trade in slaves from the East to the Cape during the 18th-century
    • Comments: Lodewijk Wagenaar

16.20 – 17.15     Exploring New Sources – Data Presentations

  • Merve Tosun, Alexander Geelen, Bram van den Hout: Akten van Transport, Cochin, 18th century
  • Linda van der Pol, Xanthe van der Horst: Mailrapporten, Netherlands East Indies, 19th century

Friday 11 November

9.15 – 10.45        Trade and Transition

  • Hans Hägerdal, Slaves and slave trade in the Timor area: Between indigenous structures and external impact
  • Jennifer L. Gaynor, Capture, colonial conflict, and archipelagic politics in the seventeenth century
  • Rafaël Thiébaut, Some new insights on the French and Dutch Slave Trade on Madagascar (1596-1810)
    • Comments:  Filipa Ribeiro da Silva

11.00 – 12.15     Buying, Selling and Setting Free

  • Kate J. Ekama, To be legally free: Manumission in eighteenth-century Colombo
  • Titas Chakraborty, Dynamics and Demographics of slave trade in the VOC settlements of Bengal in the eighteenth century
    • Comments: Gerrit Knaap

13.30 – 15.00     Slave Trade and Slavery in the 19th Century

  • Akanksha Narayan Singh, Aspects of Slavery and Slave Trade in 19th Century India
  • Andreas Wilde, Sources for Research on the Slave Trade in the Persian Gulf (19th Century)
  • Nira Wickramasinghe, [Slavery, trade and emancipation, Sri Lanka, early 19th century]
    • Comments: Angelie Sens

15.30 – 17.00     Closing discussion

  • Conclusions Remco Raben
  • Ways forward Preben Kaarsholm

Klara Boyer-Rossol : « Histoire et Mémoires des Makoa à l’Ouest de Mada­gas­car » – Musée du quai Branly, 3 nov.

Le 3 novembre prochain, Klara Boyer-Rossol, docteure en histoire de l’université Paris Diderot et lauréate du prix de thèse 2015 Suzanne CESAIRE du Comité National pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage, présentera ses travaux lors d’une conférence au Musée du Quai Branly, auprès de la Société des Africanistes :

« Histoire et mémoires des Makoa à l’ouest de Madagascar »

Informations pratiques :

  • Quand ? 3 novembre 2016 à 18:00
  • Où ? Musée du Quai Branly, Atelier n°1

Résumé :

Au cours du XIXe siècle, plusieurs centaines de milliers de captifs ont été dépor­tés de l’Afrique orien­tale à Mada­gas­car, où ils ont été loca­le­ment asser­vis. Les « Masom­bika » ou « Makoa » appa­rais­saient à la Grande Île comme le seul groupe d’es­claves issu de la traite exté­rieure. Sur la côte Ouest, des habi­tants conti­nuent de trans­mettre le souve­nir de leurs ancêtres venus « d’au-delà des mers ». En se basant sur un croi­se­ment de sources orales et écrites, on se propose de retra­cer des trajec­toires d’an­ciens esclaves makoa, de l’in­té­rieur du conti­nent afri­cain jusqu’à Mada­gas­car. D’autres sources ont apporté des indi­ca­tions précieuses sur la construc­tion d’une ances­tra­lité makoa, comme les tombeaux fami­liaux ou encore les gestes rituels.

Appel à articles pour un ouvrage collectif sur l’océan Indien occidental

Appel à articles pour l’ouvrage collectif « Anthropologie d’une médecine en développement dans l’océan Indien occidental. Des soins ancestraux aux nouvelles pratiques thérapeutiques »

Les propositions sont attendues au plus tard le 30 septembre et doivent être envoyées à Delphine Burguet (burguet.delphine@gmail.com) et Pierrine Didier (pierrine.didier@gmail.com)

Lire la suite

Compte rendu du Premier colloque francophone d’anthropologie de la santé à Madagascar

Les 14, 15 et 16 mars 2016, s’est tenu le premier colloque francophone d’anthropologie de la santé à Madagascar, intitulé « La santé des femmes et des enfants : des soins domestiques aux politiques publiques ».

Durant ces trois journées qui se sont déroulées à l’Institut français de Madagascar et à l’Institut Pasteur de Madagascar, à Antananarivo, le colloque a réuni des étudiants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés autour de la thématique des soins chez la mère et l’enfant. Cette question construite selon une approche anthropologique a cependant été travaillée en fonction de données qualitatives et quantitatives. Ainsi, les intervenants au colloque se sont saisis des sciences sociales dans leur ensemble pour rendre compte des situations sanitaires et des pratiques de soins sur la Grande île.

Sept panels ont structuré le colloque : « Enfance et soins domestiques » ; « Posture anthropologique et réflexivité » ; « La santé des femmes au prisme des systèmes de soins » ; « Culture, soins et santé publique » ; « Structures de soins et relations soignants-soignés » ; « Offres thérapeutiques et usages pluriels » ; « Politiques publiques de santé et réalités du terrain » ainsi que des conférences majeures qui ouvraient et clôturaient les sessions.

Le colloque a permis la rencontre de chercheurs de divers horizons et appartenances, signe de la dimension internationale de l’événement. Cet aspect a donné la possibilité d’échanges productifs et riches en débats entre des intervenants malgaches, français, belges, canadiens… réunis également à l’occasion de la semaine de la langue française et de la francophonie. L’organisation du colloque à Madagascar a dynamisé la participation locale des étudiants, chercheurs et acteurs de la santé publique malgache, un intérêt commun qui a été visible par l’engouement du public.

Les aspects pluridisciplinaire et international ont permis d’aborder des approches conceptuelles, notamment par l’intermédiaire des intervenants étrangers invités qui ont donné des outils de lecture analytique en se référant à d’autres sociétés. La rencontre des anthropologues qui s’intéressent à la santé dans toutes ses composantes, a donné lieu à des échanges qui concernaient à la fois les méthodes d’enquête, les postures de la recherche anthropologique et les axes d’étude à privilégier.

Delphine Burguet

http://www.pasteur.mg/colloqueanthroposante

Appel à candidature (masters, doctorants) : Université d’hiver austral en Sciences Sociales à Madagascar juil. 2016

« Tam Dao Mada » – 2016

Université d’hiver austral en Sciences Sociales à Madagascar

Gouvernance, Institutions et rôle des élites : Approches méthodologiques et transversales

 15 – 22 juillet 2016

Dans le cadre de la formation régionale intitulée « Tam Dao Mada (TDM) : Université d’hiver austral en sciences sociales à Madagascar » visant le renforcement des capacités méthodologiques en sciences sociales, veuillez trouver ci-joint un appel à candidature lancé en direction des étudiants en master, doctorants, chercheurs universitaires et praticiens du développement.

La première édition de Tam Dao Mada se déroulera sur deux sites :

deux journées de plénières du 15 au 16 juillet 2016 à Antananarivo

Puis cinq journées d’ateliers méthodologiques du 17 au 23 juillet à Antsirabe

– ATELIER 1 : Élites, pouvoir et citoyens : approches socio-économiques

– ATELIER 2 : Notabilités et pouvoirs : méthodes pour l’Histoire, la mémoire, et le patrimoine

Le programme provisoire et le synopsis des ateliers est joint à cet appel.

Les documents sont téléchargeables en bas du billet et seront également disponibles sur le site web de l’UMR 225 DIAL (IRD – Univ. Paris Dauphine), organisatrice de la manifestation : http://www.dial.ird.fr/universite-d-hiver-austral-en-sciences-sociales-a-madagascar.

Les dossiers de candidatures doivent être envoyés à tam-dao-mada@dial.prd.fr  au plus tard le 5 juin 2016.

Le comité d’organisation

DOCUMENTS A TELECHARGER POUR CANDIDATER :

Formulaire de candidature NOM_PRENOM_AtelierX1ou2

Tam Dao Mada – Université d’hiver austral en sciences sociales à Madagascar – 2016 –

Tam Dao Mada 2016 – Appel à candidature

 

 

 

Séminaire Paris 7 – 19 mai : Laurence Pourchez, « Refaire le corps de l’enfant en société créole »

La prochaine séance du séminaire « Histoire des sociétés du sud-ouest de l’océan Indien » aura lieu ce jeudi 19 mai de 17h à 19h.

Laurence Pourchez (INALCO-CESSMA) y présentera une communication intitulée : « Refaire le corps de l’enfant en société créole ».

Informations pratiques :

  • Jeudi 19 mai, 17h-19h
  • Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, 8e étage, salle 864 (métro F. Mitterrand, L. 14)

 

 

séminaire Histoire sociale de l’Afrique orientale 10 juin : Les archives du génocide rwandais

Histoire sociale de l’Afrique Orientale, de la Mer Rouge et de l’Océan indien, XIXe-XXe siècles : archives, corps, subjectivités

Vendredi de 14 h à 17 h (salle du conseil B, R-1, bât. Le France 190-198 av de France 75013 Paris)

10 juin : Les archives du génocide

  • Hélène Dumas, chargée de recherche CNRS-LAM, helenedumas.uw@gmail.com, «Les voix du génocide : une étude des témoignages judiciaires des survivants (TPIR, gacaca) » 

En dépit de la grande diversité des politiques de justice mises en œuvre à la suite du génocide des Tutsi, un constat s’impose : le procès est centré sur la figure et la parole de l’accusé. Les victimes survivantes demeurent dans l’ombre d’une organisation judiciaire au sein de laquelle leur place est secondaire, leurs récits âprement contestés, leurs témoignages instrumentalisés par les logiques agonistiques du procès. Les limites inhérentes aux sources judiciaires – qui dépendent par ailleurs de leurs conditions très spécifiques de production – ne doivent cependant pas décourager l’exploration d’un immense corpus archivistique, nourris des très nombreux témoignages produits par les survivants. Un double intérêt guide une telle entreprise. D’abord, la parole ainsi déployée devant les tribunaux fraye un accès à l’analyse historienne et anthropologique de l’expérience survivante. Expérience encore peu explorée par une historiographie essentiellement attachée à restituer les logiques d’investissement massif dans les massacres, s’appuyant donc sur la parole des tueurs. Ensuite, la mobilisation de telles archives permet de rendre compte d’une seconde échelle d’expérience, celle de l’après-coup judiciaire. En présentant une série d’extraits de témoignages issus du TPIR et des gacaca, il s’agira de réfléchir à leur éventuel apport dans le dévoilement d’une histoire des survivants depuis le génocide de 1994.

Bibliographie

  1. Dumas, Le génocide au village. Le massacre des Tutsi au Rwanda, Paris, Seuil, « L’Univers historique », 2014.

Stéphane Audoin-Rouzeau et Hélène Dumas, « Le génocide des Tutsi rwandais, vingt ans après. », dossier, in Vingtième siècle. Revue d’histoire, n°122, avril-juin 2014.

« La place des témoignages de victimes dans l’historiographie du génocide des Tutsi au Rwanda », entretien réalisé par Boris Adjemian, Alexandra Garbarini et Rémi Korman, Études arméniennes contemporaines, n°5, juin 2015, p.195-207.

  • Florent Piton, doctorant contractuel à l’université Paris 7 – Denis Diderot – CESSMA, florentpiton1@gmail.com, «Le génocide invisible ? L’apport des archives administratives dans l’écriture de l’histoire locale de la violence au Rwanda (1990-1994) »

Un simple détour aux archives nationales à Kigali, ou dans tout autre dépôt d’archives locales, le confirme : l’État rwandais était un grand producteur de papiers, des volumineux rapports annuels transmis par les administrations à la correspondance quotidienne entre les services, en passant par les procès-verbaux de réunions ou les multiples rapports sur la démographie, la sécurité, la production agricole, l’éducation, ou le nombre de chèvres vendues au marché. Ce constat, bien documenté sur la deuxième République (1978-1990), est tout aussi vrai pour la période de la guerre et du génocide (1990-1994). Alors que l’historiographie récente de cette période mobilise surtout les archives judiciaires et les sources orales, ma communication vise à interroger l’intérêt heuristique de ces archives administratives pour une histoire locale de la violence au Rwanda entre 1990 et 1994. Les massacres et les attaques ciblées contre les Tutsi sont certes largement ignorés de ces archives, tout autant que la mobilisation des organes de l’État dans la polarisation ethnique. Doit-on pour autant en conclure à l’invisibilité du génocide et des violences qui l’accompagnent dans ce corpus documentaire ? Sa lecture informe en effet la mise en place des structures de l’autodéfense civile dans le cadre de la guerre, de même que l’intensité des violences politiques sur les collines. On mesure ainsi la porosité qui s’installe entre les différents registres de violences, de guerre, politiques et génocidaires. En outre, l’attention portée à la « langue des archives », en français comme en kinyarwanda, vient redoubler les analyses sur les « mots du génocide » tels qu’ils ressortent des discours publics ou des médias écrits et radiophoniques. Enfin, l’examen des lignes de force, des creux et des silences de ces archives dresse les contours d’un espace mental irrigué par la peur et la menace, dans un contexte marqué par la guerre et le multipartisme. Le matériau archivisitique ne nous permet donc pas seulement d’écrire une histoire factuelle, et en quelque sorte positiviste, du génocide perpétré contre les Tutsi. Il est une porte d’entrée vers les pratiques, les discours et les représentations qui conditionnent la nature du dernier génocide du XXe siècle.

Marie Aude Fouéré, Remembering Julius Nyerere in Tanzania. History, Memory, Legacy

Marie-Aude Fouéré, Remembering Julius Nyerere in Tanzania. History, Memory, Legacy, Mkuki na Nyota Publishers, Tanzania, 2015, 360 p.

This edited volume is about the rekindled investment in the figure of the first president Julius K. Nyerere in contemporary Tanzania. It explores how Nyerere is remembered by Tanzanians from different levels of society, in what ways and for what purposes. Looking into what Nyerere means and stands for today, it provides insight into the media, the political arena, poetry, the education sector, or street-corner talks. The main argument of this book is that Nyerere has become a widely shared political metaphor used to debate and contest conceptions of the Tanzanian nation and Tanzanian-ness. The state-citizens relationship, the moral standards for the exercise of power, and the contours of national sentiment are under scrutiny when the figure of Nyerere is mobilized today.

The contributions gathered here come from a generation of budding or renowned scholars in varied disciplines – history, anthropology and political science. Drawing upon materials collected through extensive fieldwork and archival research, they all critically engage the existing literature about Tanzania and prevailing political narratives to explore how nationhood is (re)imagined in Tanzania today through assent and contest.

Marie-Aude Fouere is a Lecturer in Anthropology at the Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) in Paris and was the Deputy Director of the French Institute for Research in Africa (IFRA) in Nairobi (2011-2014). Her first book was on joking relationship in Tanzania (L’Harmattan, 2008). Her current research interests cover collective memories, belonging and the use of archives in contemporary Tanzania, focusing on the figure of Julius Nyerere and the Revolution of 1964 in Zanzibarcover_preview

 

Remembering Julius Nyerere in Tanzania. History, Memory, Legacy

Elena Bertuzzi (LESC-Paris X), « Le debaa : corps et danse à Mayotte » 14 avril (17h à 19h)

 

La prochaine séance du séminaire océan Indien aura lieu jeudi 14 avril de 17h à 19h.

                 Elena Bertuzzi (LESC-Paris X)

interviendra sur le thème :

              Le debaa : corps et danse à Mayotte

 

Lieu : Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, 8e étage, salle 864 (métro F. Mitterrand, L. 14)