Memories of Madagascar and Slavery in the Black Atlantic

Wendy Wilson-Fall et Michael Gomez, Memories of Madagascar and Slavery in the Black Atlantic, Ohio University Press, 2015, 245 p.

From the seventeenth century into the nineteenth, thousands of Madagascar’s people were brought to American ports as slaves. In Memories of Madagascar and Slavery in the Black Atlantic, Wendy Wilson-Fall shows that the descendants of these Malagasy slaves in the United States maintained an ethnic identity in ways that those from the areas more commonly feeding the Atlantic slave trade did not. Generations later, hundreds, if not thousands, of African Americans maintain strong identities as Malagasy descendants, yet the histories of Malagasy slaves, sailors, and their descendants have been little explored.

Wilson-Fall examines how and why the stories that underlie this identity have been handed down through families?—?and what this says about broader issues of ethnicity and meaning-making for those whose family origins, if documented at all, have been willfully obscured by history.

By analyzing contemporary oral histories as well as historical records and examining the conflicts between the two, Wilson-Fall carefully probes the tensions between the official and the personal, the written and the lived. She suggests that historically, the black community has been a melting pot to which generations of immigrants?—?enslaved and free?—?have been socially assigned, often in spite of their wish to retain far more complex identities. Innovative in its methodology and poetic in its articulation, this book bridges history and ethnography to take studies of diaspora, ethnicity, and identity into new territory.

“This innovative study marries two very divergent sources of knowledge—historical documentation from the era of the slave trade with the narratives of remembrance of ancestors from the present—to reveal a compelling story that links Madagascar with colonial North America and the struggles of the descendants of Malagasy immigrants to retain an identity that was endangered through slavery.” —Paul E. Lovejoy, Distinguished Research Professor, York

Parution : Le travail colonial. Engagés et autres main-d’oeuvre migrantes dans les empires 1850-1950

nouvelle-image-1

Vient de paraître chez Riveneuve éditions:

Plusieurs articles sur l’océan Indien dans cet ouvrage.

Le travail colonial. Engagés et autres mains-d’oeuvre migrantes dans les empires
1850-1950

 Sous la direction d’Eric Guerassimoff et Issiaka Mande

L’histoire du travail colonial s’est développée vigoureusement dans les pays du Sud depuis la fin du XXe siècle. Elle replace au centre la figure du colonisé, non seulement comme victime, mais aussi comme agent à part entière des sociétés coloniales. C’est dans cette dernière perspective que les contributions réunies dans le présent volume veulent s’inscrire. Ces études soulignent spécialement l’expérience de l’engagisme, la forme dominante entre 1850 et 1950, de ces relations de travail, examinent avec attention les moyens déployés par les engagés pour s’adapter à la coercition, ou bien y résister, et parfois, tourner les circonstances à leur avantage, dans les espaces coloniaux diversifiés (Antilles, océan Indien, Asie, Pacifique). Situées au carrefour de la recherche récente en histoire des migrations internationales au Sud et en histoire globale du travail, ces études ambitionnent de préciser le rôle joué par les institutions, les employeurs et l’intervention des migrants eux-mêmes dans la constitution des marchés coloniaux du travail.

Eric Guerassimoff, historien, professeur de civilisation chinoise moderne au sein de l’UFR Langues et Civilisations de l’Asie Orientale (LCAO) de l’université Paris-Diderot, est membre du CESSMA UMR UPD/IRD 245. Ses recherches portent sur l’histoire moderne de l’émigration chinoise.

 Issiaka Mande, historien, professeur au département de science politique de l’Uqam (Montréal, Canada) est membre du Cirdis et du Cessma (UMR 245 IRD/UPD). Il s’intéresse à l’histoire socio-économique de l’Afrique contemporaine.

 

Revue Afriques #06

Le dernier numéro de la revue en ligne Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire vient d’être publié. Il comporte un dossier spécial portant en partie sur l’océan Indien : « L’Afrique orientale et l’océan Indien : connexions, réseaux d’échanges et globalisation », dirigé par Thomas Vernet et Philippe Beaujard. Le journal est uniquement accessible en ligne.

Table des matières:

  • Jean-Charles Ducène, « Une nouvelle source arabe sur l’océan Indien au Xe siècle: le Ṣaḥīḥ min aḫbār al-biḥār wa-‘aǧā‘ibihā d’Abū ‘Imrān Mūsā ibn Rabāḥ al-Awsī al-Sīrāfī »
  • Marilee Wood, « Divergent patterns in Indian Ocean trade to East Africa and southern Africa between the 7th and 17th centuries CE: The glass bead evidence  »
  • Bing Zhao, « Chinese-style ceramics in East Africa from the 9th to 16th century: A case of changing value and symbols in the multi-partner global trade »
  • Jason D. Hawkes et Stephanie Wynne-Jones, « India in Africa: Trade goods and connections of the late first millennium  »
  • John Perkins, « The Indian Ocean and Swahili Coast coins, international networks and local developments »
  • Claude Allibert, « L’archipel des Comores et son histoire ancienne. Essai de mise en perspective des chroniques, de la tradition orale et des typologies de céramiques locales et d’importation »
  • Sophie Blanchy, « Anjouan (Comores), un nœud dans les réseaux de l’océan Indien. Émergence et rôle d’une société urbaine lettrée et marchande (XVIIe-XXe siècle) »
  • Edward A. Alpers, « Slavery, antislavery, political rivalry and regional networks in East African waters, 1877-1883 »
  • Rafaël Thiébaut, « De Madagascar à Sumatra : une route négrière peu commune. Le voyage du navire Binnenwijzend de la VOC en 1732 »
  • Alessandro Stanziani, « L’immigration indentured à l’île Maurice, 1840-1870 : conditions, abus et résistance ».

Compte rendu de lecture de Campbell G., David Griffiths and the Missionary « History of Madagascar »

CR de Campbell G., Campbell, G., David Griffiths and the Missionary « History of Madagascar », Leiden-Boston, Brill, (« Studies in Christian Mission » 41), 1177 p., in Journal des Africanistes, 84 (1), 2014, p.290-293

JA-84-1-COMPTES RENDUS CAMPBELL par SANCHEZ

 

TOC: Journal of Eastern African Studies, 9:3

Le dernier numéro de Journal of Eastern African Studies vient d’être publié. Il comporte un dossier spécial portant en partie sur l’océan Indien : « Pirates, preachers and politics: Security, religion and networks along the African Indian Ocean coast », dirigé par Preben Kaarsholm, Jeremy Prestholdt and Jatin Dua. Le journal est accessible en ligne.

Table des matières:

  • Jeremy Prestholdt, « Locating the Indian Ocean: notes on the postcolonial reconstitution of space », pages 440-467
  • Preben Kaarsholm, « Islam, secularist government, and state–civil society interaction in Mozambique and South Africa since 1994 », pages 468-487
  • Scott S. Reese, « Shaykh Abdullahi al-Qutbi and the pious believer’s dilemma: local moral guidance in an age of global Islamic reform », pages 488-504
  • Jatin Dua, « After piracy? Mapping the means and ends of maritime predation in the Western Indian Ocean », pages 505-521
  • Stephanie Jones, « The absent pirate: exceeding justice in the Indian Ocean », pages 522-535
  • David M. Anderson & Jacob McKnight, « Understanding al-Shabaab: clan, Islam and insurgency in Kenya », pages 536-557

Parution de Colonisations et Répressions sous la direction de Chantal Chanson-Jabeur, Patrice Morlat et Alain Forest

Nous signalons la parution d’un ouvrage important traitant de la question des répressions coloniales. L’enjeu de ce livre et de dépasser une tradition de l’histoire impériale et globale, surtout orientée dans la compréhension des mécanismes administratifs, pour comprendre le rapport des sociétés aux répressions étatiques en cadre colonial. La plupart des papiers visent une histoire sociale par le bas de ses répressions. A côté d’articles portant sur tous les continents, le livre comporte un certain nombre d’articles portant sur les sociétés de l’océan Indien. On y retrouve des articles de Jean Martin sur les Comores, de Didier Nativel sur le Mozambique ; de Tovo Rakotondrabe, Dominique Bois, Amadou Ba et moi même sur Madagascar.

 

Résumé éditeur

Colonisations et Répressions sous la direction de Chantal Chanson-Jabeur, Patrice Morlat et Alain Forest aux Indes savantes, « Le Temps colonial« , 2015, 492 p. ISBN : 978-2-84654-432-0 Prix : 25 €.

« Les colonisateurs ont souvent tenté de faire passer la répression des populations dominées comme un acte de police «  normal  », contrôlé ou prolongé par la meilleure des justices… Cela en vertu d’un pouvoir de violence qui serait la prérogative d’un État lui-même «  normal  »… C’est oublier que le pouvoir colonial est un «  État d’exception  ». Si les modes d’exploitation et les fonctions dévolues aux indigènes évoluent au fil des décennies coloniales, ces évolutions s’opèrent dans un cadre qui, lui, ne bouge pas… et ne doit pas bouger : celui de la domination d’un peuple sur les autres ; c’est-à-dire, inéluctablement, celui de la violence faite par un peuple aux autres. On aura beau tourner la question coloniale en tous sens, on ne peut donc faire l’économie d’une de ses constantes, indissociable du maintien sous tutelle et en situation d’infériorité : la répression, brutale ou quotidienne, toujours en état de vigilance. Au fil des différents articles de cet ouvrage, les meilleurs spécialistes actuels des sociétés non-occidentales éclairent différents aspects de cette répression : la répression «  brutale  », les «  régimes  » et appareils répressifs, les procédures de neutralisation des individus – notamment les bagnes –, les tentatives d’étouffement des mouvements sociaux et de contrôle des opinions. Enfin, l’ouvrage se prolonge par l’examen de la question dans des situations coloniales contemporaines, au Bangladesh, au Tibet. »

 

Catherine Coquery-Vidrovitch – Jean Martin – Benjamin Stora – Tovonirina Rakotondrabe, Clotilde Jacquelard – Laurent Manière – Charles Fourniau – Patrice Morlat – Pierre Ramognino – Dominique Bois – Amadou Ba – Joël Glasman – Daniel Hémery – Alain Rouaud, Habib Belaïd – Sylvie Thénault – Samuel F. Sanchez – Daouda Gary-Tounkara – Jamaâ Baida – Abdelmadjid Merdaci – Maher Charif – Ouarda Siari Tengour – Anissa Bouayed – Pierre Brocheux – Monique Chemillier-Gendreau – Alain Ruscio – Didier Nativel – Jacques Weber – Marion Libouthet – Alain Forest

« État marchand et État agraire dans l’océan Indien occidental : le sultanat de Zanzibar et le royaume de Madagascar (1817-1874) »

Ce billet pour signaler un article récemment publié qui fait le lien entre l’histoire de l’Afrique orientale et Madagascar au XIXe siècle. Il est publié dans un dossier spécial des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique intitulé Les empires africains, des origines au XXe siècle (coord. C. Coquery-Vidrovitch)

Il est disponible en ligne en version intégrale en suivant le lien suivant :

http://chrhc.revues.org/4535

Réf. : Samuel F. Sanchez, « État marchand et État agraire dans l’océan Indien occidental : le sultanat de Zanzibar et le royaume de Madagascar (1817-1874) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 128 | 2015, 37-57.

Résumé :

Peut-on comparer deux États a priori aussi différents que le sultanat de Zanzibar et le royaume de Madagascar, États qui connurent leur apogée à la même époque, dans la même région ? À travers la description de leurs bases idéologiques, de leurs structures administratives et militaires, à travers aussi l’analyse des nombreuses relations qui les ont réunis, cet article vise à mettre en relation deux historiographies trop souvent séparées. Il s’agit aussi de sortir d’une histoire des Européens en Afrique pour favoriser l’analyse de la trajectoire politique et économique du sud-ouest de l’océan Indien, fondée sur des sources de différentes origines. Cette analyse comparative montre qu’il y eut, au cœur de la mondialisation du xixe siècle, un concert des nations indianocéaniques composé d’États, marchand pour Zanzibar, agraire pour le royaume de Madagascar, qui, loin d’être passifs, surent se consolider tout au long du siècle.

Madagascar aux Rendez-vous de l’histoire à Blois (8-11 oct.)

Les 18èmes Rendez-vous de l’histoire, qui se tiendront à Blois, du 8 au 11 octobre, explorent cette année le thème des « Empires ». Ils seront l’occasion d’au moins deux interventions traitant de Madagascar et l’océan Indien :

  • Vendredi 9 octobre, de 10h à 11h15 aux Archives départementales : « Images d’empire. photographies de Madagascar. le fonds Gallieni conservé aux archives nationales d’outre-mer » par Isabelle Dion ;
  • Samedi 10 octobre, de 14h à 15h30 dans l’amphi 2 sur le site de la Chocolaterie de l’IUT : Table ronde organisée par les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sur «Les empires africains dans l’histoire » avec Samuel F. Sanchez, Nora Lafi, Francis Simonis, Benoit Beucher, Catherine Coquery-Vidrovitch. Samuel F. Sanchez présentera ses travaux sur l’histoire comparée du Royaume de Madagascar et du Sultanat de Zanzibar au XIXe siècle.

Signalons par ailleurs :

– la naissance d’une nouvelle revue internationale consacrée à l’océan Indien : The Journal of Indian Ocean World Studies ;

– la publication d’un ouvrage consacré à Ratsiraka : LAVRARD-MEYER Cécile, Didier Ratsiraka. Transition démocratique et pauvreté à Madagascar, Paris, Karthala, 2015 ;

– la numérisation, dans le programme Endangered Archives Programme (British Library), des archives de Rainilaiarivony, conservées à Madagascar : à terme, les carnets de la série PP des archives nationales de Madagascar seront accessibles en ligne.

Études rurales : Altérités, inégalités et mobilités dans les îles de l’océan Indien

Le dernier numéro de la revue Etudes Rurales (n°194, juil.-déc. 2014) est consacré à l’océan Indien. Il s’intitule : « Altérités, inégalités et mobilités dans les îles de l’océan Indien ».

Présentation et sommaire :

Comment appréhender les sociétés et cultures insulaires de l’océan Indien occidental dans leurs dynamiques endogènes et l’historicité de leurs relations mutuelles ? Colonisées, parfois colonisatrices, ces îles aux peuplements et aux régimes politiques et économiques très différents sont liées par des réseaux communs de mobilité et d’échange.

Les archipels des Comores, des Mascareignes et des Seychelles constituent, avec la grande île de Madagascar, un ensemble régional unique au monde. Lequel est le seul creuset civilisationnel afro-eurasiatique qui s’est constitué, entre les VIIe et XVIIIe siècles, dans l’un des derniers endroits habités de la planète, à la croisée des influences bantoue, arabo-persane, austronésienne, indienne et occidentale.

Les contributions réunies ici interrogent le rôle que les hiérarchies et les stratifications jouent dans les rapports sociaux contemporains de ces îles et archipels. Ce faisant, ces articles mettent en lumière les systèmes de parenté, les appareils politiques et les dispositifs rituels de chaque société tout comme ils révèlent, à travers la (re)production et la circulation des ressources et des populations, leurs ruptures et leurs continuités historiques.

La globalisation et l’accélération des échanges favorisent les transferts culturels qui nourrissent les appropriations locales et les processus de créolisation. En ressort un tableau du sud-ouest de l’océan Indien qui étonne par la diversité de ses évolutions mais atteste toujours des liens étroits que cet espace insulaire régional entretient avec le reste du monde.

Sommaire

  • Laurent Berger et Sophie Blanchy, « La fabrique des mondes insulaires. Altérités, inégalités et mobilités au sud-ouest de l’océan Indien (Introduction) »
  • Sophie Blanchy, « Intégrations et exclusions. La production différenciée des hiérarchies sociales aux Comores »
  • Michael Lambek, « Ritual as a Social Diagnostic and Lens of Comparison in Mayotte and its Neighbours »
  • Dominique Somda, « De la pierre à la croix. Interprétation d’un paysage commémoratif (Anôsy, sud-est de Madagascar) »
  • Denis Regnier, « Pourquoi ne pas les épouser ? L’évitement du mariage avec les descendants d’esclaves dans le Sud Betsileo (Madagascar) »
  • Camille Al Dabaghy, « Le prix de l’eau. Hiérarchies urbaines, voisinage hydrique et communalité à Diégo-Suarez (Madagascar) »
  • Faranirina V. Rajaonah et Odile Vacher, « Altérités et clivages en situation coloniale. Fonctionnaires réunionnais à Tananarive »
  • Nicolas Roinsard, « Pauvreté et inégalités de classe à La Réunion. Le poids de l’héritage historique »
  •  À propos : Philippe Norel, « L’océan Indien au cœur des systèmes-monde. À propos des Mondes de l’océan Indien de Philippe Beaujard »

 

Vient de paraître : Rakoto I. & & Urfer S. (dir.), Esclavage et libération à Madagascar, Paris, Karthala, 2014, 368p.

Un nouvel ouvrage, dirigé par Ignace Rakoto (historien du droit) et Sylvain Urfer (Père jésuite et politologue) qui vient juste de paraître, portant sur la question de l’esclavage à Madagascar.

De nombreux articles sur cette thématique, examinée tant d’un point de vue historique que dans ses formes contemporaines.

Un Compte Rendu est en cours de rédaction pour vous faire part de nos impressions sur le livre.

Trois ouvrages récents sur l’océan Indien et Madagascar

En amont du colloque de la semaine dernière, un ouvrage sur des thématiques analogues a été publié en 2013. Il s’agit de : Gwyn Campbell & Alessandro Stanziani, Bonded Labour and Debt in the Indian Ocean World, London:Pickering & Chatto,2013, 240 p.  (Pour en savoir plus…).

Signalons la sortie de deux autres publications :

« Les colonies de l’océan Indien dans la Grande Guerre », dossier spécial de la Revue Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 255, de juillet-septembre 2014.

SOMMAIRE

  • Yvan Combeau, « Introduction »
  • ManoramaAkung, « La Première Guerre mondiale à l’Ile Maurice »
  • Faranirina V. Rajaonah, « La Grande Guerre du côté des Malgaches. Quelles perspectives pour des colonisés ? »
  • Pierre-EricFageol, « L’île de La Réunion pendant la Grande Guerre : patriotisme colonial, identification à la Nation et stigmatisation des ennemis »
  • Jérôme Dorvidal,« La censure militaire et la surveillance politique des étrangers en Australie occidentale pendant la grande guerre (1914-1919) »

Kneitz, Peter (dir.), Fihavanana – La vision d’une société paisible à Madagascar, Perspectives anthropologiques, historiques et socio-économiques, Verfügbarkeit: lieferbar, Schriften des Zentrums für Interdisziplinäre Regionalstudien, Band 4, 2014. (Présentation et table des matières ici)