3 février – Séminaire « Histoire sociale de l’Afrique orientale, de la mer Rouge et de l’océan Indien »

La prochaine séance du séminaire « Histoire sociale de l’Afrique orientale, de la mer Rouge et de l’océan Indien » aura lieu le 3 février. Le séminaire est ouvert à tou.te.s, et peut être validé par les étudiant.e.s de master EHESS, Paris 1, etc.

Elara Bertho (Université Sorbonne Nouvelle – THALIM)

« Mises en scène et usages des archives en littérature. Autour de la Chimurenga (Zimbabwe) »

La confrontation de documents d’archives et d’œuvres littéraires permettra d’analyser les différents types de réutilisations de la production documentaire coloniale en littérature, et les modalités de leurs récritures. Nous montrerons comment la première Chimurenga (1894-1897), dans l’actuel Zimbabwe, devient un motif littéraire majeur au moment de la seconde Chimurenga (1966-1979) et reste une source d’inspiration importante après l’indépendance. L’articulation entre l’archive et la fiction (à travers un parcours des œuvres d’Yvonne Vera, Stanlake Samkange, Solomon Mutswairo, Chenjerai Hove) rend compte de processus mémoriels complexes, interrogeant les mécanismes d’écritures de l’histoire coloniale et des potentialités subversives du fait littéraire.

Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine)

« L’archive aux mains des écrivains : l’exemple du malgache Raharimanana et l’insurrection de 1947 »

Si l’historien fonde son travail sur des archives, qui, en tant que sources, sont respectées voire sacralisées, il est aussi en demeure de les contextualiser avant de les agencer selon un schéma narratif qu’il construit. Ces mêmes archives, entre les mains d’écrivains, d’artistes, qui ont d’autres méthodes pour d’autres objectifs, deviennent une matière à partir de laquelle se développe une création qui n’obéit plus aux contraintes des historiens. Cependant, la mention, voire la représentation de ces archives, quand elles apportent une caution scientifique à des œuvres poétiques, modifient de manière ambivalente la réception des œuvres littéraires.

Raharimanana est malgache ; il vit en France où il a écrit une série d’œuvres sur l’insurrection de 1947 en explorant diverses formes littéraires, toutes hybrides : roman (Nour, 1947, 2001), témoignage assorti de photos d’archives (Madagascar, 1947, 2007), commentaires de portraits d’anciens combattants (Portraits d’insurgés, 2011), pièces de théâtre (Rano, rano, 2015). Chaque fois, il utilise des archives mais les reprend, les associe à d’autres récits, les intègre à une réflexion plus générale et personnelle puis revendique dans des entretiens tantôt faire œuvre d’historien parce que « rien n’existe », tantôt s’approprier de manière libre des références communes. Nous nous proposons de présenter, en analysant ces méthodes, ces diverses publications afin de mettre en évidence ce qui relève de la stratégie, de la poétisation, de la falsification. Nous tenterons de comprendre les réceptions diverses (selon les pays et les milieux, les littéraires et les historiens) dont il bénéficie avant, en conclusion, d’ouvrir le débat sur les liens toujours complexes entre l’histoire et la  littérature.

Informations pratiques : Vendredi 3 février, de 14 h à 17 h, Salle de réunion de l’IMAf, 96 bd Raspail, 75006 Paris (entrée rue Notre-Dame-des-Champs)

Compte rendu du workshop « Slave Trade in the Indian Ocean and Indonesian Archipelago Worlds (16th to 19th Century) »

Les 10 et 11 novembre a eu lieu le workshop  « Slave Trade in the Indian Ocean and Indonesian Archipelago Worlds (16th to 19th Century): New Research, Results and Comparisons » organisé par Matthias van Rossum, Titas Chakraborty et Ulbe Bosma à l’Instituut voor sociale geschiedenis (Institut pour l’histoire sociale – IISG) à Amsterdam. Les principaux axes étaient le volume, la dynamique et les sources de la traite des esclaves dans l’océan Indien.

Le but était de commencer à répondre à certaines questions, même des plus basiques, sur lesquelles nous n’avons que peu de connaissance. En effet, on sait encore peu de choses sur les origines des captifs, la répartition des sexes et des âges ni sur le nombre d’esclaves qui ont été victimes de la traite. Ces différents axes ont permis de croiser les sources concernant le rôle des acteurs, Européens et locaux, dans le temps et l’espace et a révélé la complexité des réseaux commerciaux multidirectionnels liant les quatre coins de l’océan Indien. Dans ce même sens quelques nouvelles méthodes pour estimer le volume ont vu le jour.

Les organisateurs ont réussi leur pari à faire venir quelques grands spécialistes tels que Richard B. Allen, Nigel Worden et Preben Kaarsholm. Ensemble avec une nouvelle génération de chercheurs des discussions très fructueuses ont eu lieu sur un sujet qui commence à recevoir de plus en plus d’attention du monde scientifique entier. Notamment sur l’avenir de cette discipline qui cumulera dès demain davantage de recherche, mais surtout d’unir les forces individuelles en croisant les différentes sources, ainsi que les diffnstitutionnelles comme avec la nécessité de créer une base de données sur la traite des esclaves. Cela  devrait se concrétiser au sein de l’IISG dans quelques années.

Ce workshop ne doit pas être vu comme un événement isolé et unique. C’est un premier pas vers l’avenir car déjà, un prochain workshop a été planifié en Suède pour septembre 2017 dont le thème sera les connexions entre l’asservissement et le commerce des esclaves.

Rafaël Thiébaut

3 nov. : Clélia Coret (IMAf), « Les chroniques swahili : entre objet d’histoire et sources historiques »

La prochaine séance du séminaire océan Indien aura lieu le jeudi 3 novembre de 17h à 19h, avec une intervention de :

Célia Coret (Paris I-IMAf)
« Les chroniques swahili : entre objet d’histoire et sources historiques »

Vous y êtes toutes et tous les bienvenu.es. N’hésitez pas à partager l’information.

Lieu : Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, Paris, 8e étage, salle 864, métro F. Mitterrand, L. 14.

Compte rendu du Premier colloque francophone d’anthropologie de la santé à Madagascar

Les 14, 15 et 16 mars 2016, s’est tenu le premier colloque francophone d’anthropologie de la santé à Madagascar, intitulé « La santé des femmes et des enfants : des soins domestiques aux politiques publiques ».

Durant ces trois journées qui se sont déroulées à l’Institut français de Madagascar et à l’Institut Pasteur de Madagascar, à Antananarivo, le colloque a réuni des étudiants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés autour de la thématique des soins chez la mère et l’enfant. Cette question construite selon une approche anthropologique a cependant été travaillée en fonction de données qualitatives et quantitatives. Ainsi, les intervenants au colloque se sont saisis des sciences sociales dans leur ensemble pour rendre compte des situations sanitaires et des pratiques de soins sur la Grande île.

Sept panels ont structuré le colloque : « Enfance et soins domestiques » ; « Posture anthropologique et réflexivité » ; « La santé des femmes au prisme des systèmes de soins » ; « Culture, soins et santé publique » ; « Structures de soins et relations soignants-soignés » ; « Offres thérapeutiques et usages pluriels » ; « Politiques publiques de santé et réalités du terrain » ainsi que des conférences majeures qui ouvraient et clôturaient les sessions.

Le colloque a permis la rencontre de chercheurs de divers horizons et appartenances, signe de la dimension internationale de l’événement. Cet aspect a donné la possibilité d’échanges productifs et riches en débats entre des intervenants malgaches, français, belges, canadiens… réunis également à l’occasion de la semaine de la langue française et de la francophonie. L’organisation du colloque à Madagascar a dynamisé la participation locale des étudiants, chercheurs et acteurs de la santé publique malgache, un intérêt commun qui a été visible par l’engouement du public.

Les aspects pluridisciplinaire et international ont permis d’aborder des approches conceptuelles, notamment par l’intermédiaire des intervenants étrangers invités qui ont donné des outils de lecture analytique en se référant à d’autres sociétés. La rencontre des anthropologues qui s’intéressent à la santé dans toutes ses composantes, a donné lieu à des échanges qui concernaient à la fois les méthodes d’enquête, les postures de la recherche anthropologique et les axes d’étude à privilégier.

Delphine Burguet

http://www.pasteur.mg/colloqueanthroposante

Pauline Monginot, « Le corps en art : corps représentés, corps des artistes, à Madagascar pendant la période coloniale »

Dans le cadre du séminaire Sociétés de l’océan Indien (Université Paris Diderot – Paris 7/CESSMA), le jeudi 15 octobre, à 17h, Pauline Monginot (Université Paris Diderot – Laboratoire CESSMA), doctorante en histoire, présentera une communication intitulée : « Le corps en art : corps représentés, corps des artistes (Madagascar, période coloniale)« .

Résumé : Dans cette contribution, nous nous intéresserons à la manière dont les malgaches sont représentés dans les œuvres picturales de la période coloniale. Traiter de la question du modèle nous permettra alors de considérer le corps comme un objet esthétisé par le regard occidental autant que les bouleversements suscités par cette approche. En effet, les artistes malgaches, en s’appropriant la représentation d’un corps qui, sous leurs pinceaux, n’est plus celui de l’altérité, interrogent le rapport d’une société à son image. Se posent alors les questions de pudeur, de réserve autant que de mise en scène et de détermination de soi.

Informations pratiques :

Date: Jeudi 15 octobre, 17h-19h

Lieu : Université Paris 7 – D. Diderot, Immeuble Olympe de Gouges, Place Paul Ricoeur, Paris 13ème, 8ème étage, Salle 864

5 mars : Isabelle Denis : “Les sœurs Saint-Joseph de Cluny à Mayotte. Regards d’européennes sur une société de l’océan Indien”

Dans le cadre du  Séminaire océan Indien occidental : consacré ce semestre au thème Adoption et adaptation des normes et modèles globaux dans les sociétés de l’océan Indien occidental,

 

Isabelle Denis (docteur en histoire, Paris 4), présentera jeudi 5 mars à 17h (s.864 olympe de Gouges) une conférence intitulée :

 

“Les sœurs Saint-Joseph de Cluny à Mayotte. Regards d’européennes sur une société de l’océan Indien”

 

 

Salle 864, 8e étage, bât. Olympe de Gouges, rue Albert Einstein, Paris 75013 (M°Bibliothèque Mitterrand)

D. Bois : « Diego Suarez : la guerre comme horizon » 17 déc. 16h.

Diego Suarez : la guerre comme horizon

Je me propose de décrire dans cette communication le rapport d’une ville coloniale de Madagascar à la Grande  Guerre qui se déroule en Europe. Diego Suarez est concernée  par  la  guerre dans  la  mesure où,  ville de garnison et port militaire, c’est là qu’embarquent les troupes coloniales engagées dans les combats en  métropole ; c’est là également que  l’armée se ravitaille en  conserves.

Cependant,  les  combats demeurent  lointains  et  on  peut s’interroger  sur  la  façon dont  la  société  coloniale  s’implique dans  la  guerre et  la  façon dont  elle en  célébrera,  plus tard, le  souvenir.

Dominique Bois, historien, chercheur associé au CESSMA, Univ. Paris Diderot