Soutenance de thèse L. Gandelot

Ludovic Gandelot soutiendra sa thèse d’histoire, réalisée sous la direction de Mme Faranirina V. Rajaonah (Professeure, Université Paris Diderot), le jeudi 20 novembre à 14h.

Titre :Les Khojas Ismaïlis Agakhanis de Madagascar. Des Gujaratis de l’Océan Indien 1885-1972. Construction communautaire, territoires et politique.

La soutenance se déroulera à :

L’Université Paris Diderot

Bâtiment Olympe de Gouges

salle M019

8 rue Albert Einstein

75013 Paris

Rapide compte rendu du colloque Slavery in Africa, Past, legacies and Present, Nairobi, 27-29 oct. 2014

A la fin d’octobre 2014, nous nous sommes rendus au colloque international Slavery in Africa, Past, legacies and Present, organisé à l’université catholique d’Afrique orientale, à Nairobi par un chapelet d’institutions, dont l’IRD, le CIRESC, L’IFRA, et bien d’autres.

La conférence avait pour objectif de replacer la question de l’esclavage au centre du champ des études africaines. Trop souvent les questions de la traite et de l’esclavage sont traitées par des historiens travaillant sur les mondes américains et/ou atlantique et il s’agissait ici de faire de ces sujets des objets de réflexions pour les historiens, d’Afrique et d’ailleurs. Les intervenants venaient donc essentiellement d’Afrique, d’Europe et d’Amérique du Nord. Les interventions étaient prononcées en anglais ou en français, grâce à un bon dispositif de traduction instantanée. Un point marquant de la conférence a été l’intervention de plusieurs membres d’ONG spécialisées dans la lutte contre les formes contemporaines de l’esclavage. Cette approche a permis de faire résonner les approches historiques avec les enjeux économiques et politiques actuels.

La diversité des sujets traités a été remarquable. Pas moins de 17 panels ont réunis plus de 63 chercheurs, essentiellement des historiens mais aussi des anthropologues et des sociologues. Les situations traitées ont été très variées et ont concerné toutes les régions d’Afrique.

Fait appréciable, les analyses ont toutes ciblé les sociétés africaines dans leur rapport avec les formes d’esclavage et/ou la traite des esclaves. L’écueil du pathos et du militantisme a posteriori a été bien heureusement évité. Les approches très diverses sur l’Ethiopie, le Sahel, l’Afrique orientale et l’Afrique du Nord ont montré que derrière une unité de façade (la présence de l’esclavage dans toutes les sociétés africaines jusqu’à la fin du XIXe siècle, voir début XXe siècle) les conditions des esclaves et les modes de vie dans la condition servile ont été extrêmement différentes selon les espaces et le temps.

Plusieurs questions ont émergé des discussions. Une question récurrente évoquée a été la validité du vocabulaire classique de l’esclavage pour désigner les différentes formes de servitude statutaire et économique présentées.

L’océan Indien et Madagascar dans la conférence

L’océan Indien a bien entendu été abordé dans la conférence.

Moi même ainsi que Violaine Tisseau (Imaf) avons présenté dans un panel commun avec Céline Flory (CNRS) plusieurs études de cas questionnant le devenir social des esclaves après leur émancipation. Nous avons axé nos propos (moi sur les esclaves libérés dans le Canal de Mozambique et intégrés dans la clientèle des jésuites de Nosy Be et Mayotte; Violaine Tisseau sur le changement de statut d’esclave à domestique en Imerina) autour d’une méthode d’analyse microsociale, mettant en avant les liens interpersonnels et les trajectoires individuelles. Notre panel a été très bien reçu et a suscité des questions, notamment sur l’intégration sociale des esclaves libérés dans les sociétés coloniales.

Sur la côte swahili, Clélia Coret (Imaf) a présenté ses travaux sur les esclaves fugitifs « watoro » échappés des plantations swahili au XIXe siècle. Non seulement cette présentation a rappelé à quel point le développement économique de l’Afrique swahili s’est fondé sur l’instauration d’une agriculture de rente adossée sur l’esclavage (cf. Cooper 1977;1980) mais cette intervention a montré que les « marrons » échappant aux plantations ont reconstruit des sociétés en rupture de ban.

Parallèlement, Marie-Pierre Ballarin (IRD) a présenté ses travaux sur le rôle des esclaves libérés par la Royal Navy et placés dans le village de liberté de Frere Town. Comme dans d’autres missions chrétiennes d’Afrique littorale, les esclaves libérés ont développé de nouvelles identités et ont su tirer profit de leurs situations de proximité avec les Européens pour intégrer les nouvelles sociétés urbaines qui se développaient.

Sur le Tanganyika, Jan-Georg Deutsch a montré avec intérêt que bien que les Allemands n’aient pas aboli l’institution de l’esclavage lors de leur présence en Afrique de l’Est, ils n’en ont pas moins réformé progressivement les statuts en permettant une certaine mobilité sociale, conduisant à terme à un essouflement du système. Question intéressante qui mène l’auteur a s’interroger sur la singularité de la colonisation allemande dans le domaine juridique.

Au sujet de Madagascar, Klara Boyer Rossol (Paris Diderot) a également exposé ses travaux sur les recréations identitaires des descendants des esclaves transportés de la côte mozambicaines vers Madagascar au XIXe siècle. Les Makoa ont reconstitué des identités en s’enracinant dans la Grande Ile tout en conservant des liens imaginaires avec l’Afrique orientale. Sur les Hautes Terres de Madagascar, Marco Gardini a présenté la complexité de l’identité esclave dans le contexte urbain de Tananarive. L’identité andevo semble prendre de nouvelles connotations perdant peu à peu sa stricte définition statutaire dans le contexte malgache pour prendre une connotation plus économique dans un contexte de prolétarisation urbaine.

 L’esclavage et la traite, un objet d’étude africaine

Le colloque s’est conclu sur l’impérieuse nécessité à faire des questions d’esclavage et de traite des esclaves des sujets traités de l’intérieur de l’Afrique. Dans le contexte historiographique actuel, qui voit se multiplier les approches « globales », il est absolument nécessaire que des approches précises et attentives aux questions anthropologiques locales soient menées. Cela conduit non seulement à des approches plus sensibles mais aussi moins idéologiques de phénomènes aux formes si diverses qu’on ne saurait les cataloguer en quelques uniques catégories.

Un point qui n’a pas été véritablement analysé dans le colloque et qui mériterait sans doute de l’être (dans une prochaine conférence?) reste la question de la réappropriation mémorielles des traites et de l’esclavage par les Etats et les sociétés en Afrique même. Les ONG et les membres des équipes muséales invités ont présenté leurs travaux sur la traite et l’esclavage. A l’image des tendances européennes et américaines, plusieurs pays, dont le Kenya, se sont en effet lancés dans une patrimonialisation de l’esclavage et de la traite. Entreprise salutaire sans doute mais qui ne doit pas servir de nouvelles élites dans une oblitération des questions sociales contemporaines. Au contraire, la patrimonialisation des traites et de l’esclavage africain devrait encourager à mettre en évidence la continuité dans les inégalités sociales et économiques, particulièrement rudes, qui clivent les sociétés africaines. Si les travailleurs misérables qui survivent avec 2$ par jour d’aujourd’hui ne sont certes plus exclus de la parenté ni propriétés meubles d’aristocrates, leurs situations sociales n’en restent pas moins désastreuses, et se situent dans une certaine continuité des périodes antérieures.

Samuel F. Sanchez (Cessma, Univ. Paris Diderot)

 

 

 

 

 

Journée d’études : 115e anniversaire des études malgaches à l’INALCO

Journée d’études dans le cadre du 115e anniversaire des études malgaches à l’INALCO

L’enseignement et la recherche sur les études malgaches en France : enjeux et perspectives

Jeudi 13 novembre 2014,

de 10 heures à 17 heures

Institut national des langues et civilisations orientales,

auditorium, rez-de-chaussée
65 rue des Grands moulins
75013 Paris