7 mai, 17h, P. Simon (Cessma) et V. Tisseau (Imaf) ; Les domestiques dans les sociétés de l’océan Indien (approches littéraires et historiques)

Séminaire adoptions et adaptations des normes globales dans les sociétés de l’océan Indien occidental

7 mai, 17h, Perrine Simon (Cessma Univ. Paris Diderot) et Violaine Tisseau (Imaf), Les domestiques dans les sociétés de l’océan Indien (approches littéraires et historiques)

Deux présentations sur l’Afrique orientale et Madagascar le 6 mai 2015, 17h (Imaf)

Séminaire des doctorants de l’IMAF (site Malher)

Penser le temps et écrire l’histoire de l’Afrique

Paris 1 – Centre Malher, 9 rue Malher, 75004 Paris

métro Saint Paul Mercredi 6 mai 2015

17h-19h

salle 107

 

Lors de la prochaine séance du séminaire, deux communications seront proposées :

 

Clélia Coret (doctorante en histoire, IMAF/Paris I) : « Reconstituer l’évènement ? Sources et perception du temps à travers l’exemple du massacre des Allemands à Witu (côte est-africaine) en octobre 1890 » ;

Rafaël Thiébaut (doctorant en histoire, IMAF/Paris I) : « Une énigme à résoudre : le massacre des Français à l’île Ste. Marie en 1750 ».

 

La séance sera discutée par Isabelle Denis (docteure en histoire, Paris IV).

 

 

Résumés :

 

Clélia Coret

 

Le 15 septembre 1890, neuf Allemands sont tués à Witu sur la côte est-africaine (actuel Kenya) par les soldats de la ville, annonçant la fin de la présence allemande dans ce qui fût un protectorat pendant cinq ans. Un mois plus tard, les Britanniques, qui étaient jusqu’alors en concurrence avec les Allemands dans cette région, lancent une expédition punitive contre Witu et détruisent entièrement la ville. Ces deux évènements marquent le basculement définitif du nord de la côte swahili dans un « temps colonial ». La démonstration brutale de l’impérialisme britannique provoque la disparition de cet État souverain fondé à Witu dans les années 1860 par des élites swahili en exil.

L’étude du massacre des Allemands, en tant qu’évènement déclencheur de temporalités, peut permettre de mieux comprendre ce basculement. Quelle version du déroulement du massacre et de ses effets s’est-elle imposée ? Plusieurs sources de première main les documentent (des rescapés, des missionnaires qui ne sont pas des témoins oculaires) et en proposent différentes perceptions. Quand les consulats puis les journaux européens se saisissent de l’affaire, les « faits » sont repris transformés, adaptés, altérés. De plus, comment écrire cette histoire en ayant seulement eu accès à des sources européennes ? S’il existe bien, aujourd’hui encore, à Witu une mémoire de cet évènement, comment faut-il l’interpréter ? Ainsi, cette communication cherchera, à travers une étude de cas, à analyser comment un évènement noue et fait dialoguer différents registres de temporalité.

 

Rafaël Thiébaut

 

Le 30 juillet 1750, les Français prennent possession de l’île Sainte-Marie sur la côte orientale de Madagascar. Six semaines après, un massacre survient et coûte la vie au commandant Gosse et à quatorze autres Français. Que s’est-il passé pour provoquer une réaction aussi violente de la part de Malgaches ?

En parlant des inférences précoloniales des Français sur le sol malgache, les historiens se concentrent presque exclusivement sur le massacre de Fort Dauphin (1674), qui met fin à une présence française permanente sur la Grande Île. La tentative de colonisation de l’île Sainte-Marie au milieu du XVIIIe siècle n’est quant à elle jamais évoquée. Certes, il s’agit d’un épisode court, car le massacre intervient quelques semaines après la prise de possession des Français. Néanmoins, c’est le seul projet d’implantation déterminant de la Compagnie des Indes (1719-1769) qui bouleversera les relations franco-malgaches sur la côte orientale de Madagascar dans les années à venir.

Il s’agit d’un évènement aussi curieux sur le plan politique que sur le plan social. Il existe peu de sources sur cette période et aucun récit malgache n’a survécu concernant cette affaire, mais il existe quelques documents français dont un journal de bord, le récit d’un officier et une déclaration officielle. Même la date précise du massacre a longtemps été inconnue. À travers ces documents, nous essayerons de retracer la chronologie de cet évènement coupé court par le massacre et ses conséquences sur les relations franco-malgaches.

Interventions de Nigel Worden à l’EHESS

Nigel Worden, professeur à l’Université de Cape Town, est invité à l’EHESS pour le mois de mai. Ses recherches portent sur la colonie du Cap en Afrique du Sud et ses relations avec l’océan Indien et l’Asie du Sud-Est. Il s’intéresse en particulier à l’esclavage et à son héritage, ainsi qu’à la construction des identités sociales dans la ville coloniale du Cap aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il interviendra dans plusieurs séminaires :

  • Mardi 5 Mai 2015, 16h-18h, salle 12, CENA, EHESS, 105 bd Raspail, 75006 PARIS : « A Comparative History of Honour and Dishonour in the Cape and Australian Colonies, c.1750-1850 » [séminaire de recherche sur la nouvelle histoire impériale de Cécile Vidal].
  • Lundi  11 Mai 2015, 17h-20h, salle 1, EHESS, 105 bd Raspail, 75006 PARIS: « Cape Town as an Indian Ocean Slave Port » [ séminaire de Maurice Aymard, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Alessandro Stanziani sur « Critique de l’économie historique. la construction temporelle des espaces »].
  • Mardi 19 Mai 2015, 16h-18h, salle 12, CENA, EHESS, 105 bd Raspail, 75006 PARIS :“Slave Rebellion in the Cape Colony in a Global Context, 1760-1808” [séminaire de recherche sur la nouvelle histoire impériale de Cécile Vidal].
  • Jeudi 21 Mai 2015, 13h-16h, salle 2, EHESS, 190 avenue de France, 75013 PARIS: « Gender and the European Colonial Town » [séminaire collectif du programme sur le genre du  Centre de Recherches Historiques].

 

Séminaire « Penser le temps et écrire l’histoire de l’Afrique » – 6 mai

Dans le cadre du séminaire des doctorants de l’IMAf, la séance du 6 mai sera organisée autour des interventions de Clélia Coret et Rafael Thiebaut.

  •  Clélia Coret
    « Reconstituer l’évènement ? Sources et perception du temps à travers l’exemple du massacre des Allemands à Witu (côte est-africaine) en octobre 1890 »
  •  Rafaël Thiebaut
    « Une énigme à résoudre : le massacre des Français à l’île de Sainte-Marie en 1750 »

Informations pratiques :

Quand ? 6 mai 2015, 17h à 19h
Où ? Site Malher, salle 107, 9 rue Malher, 75004 Paris

Compte rendu de ADY GASY, documentaire de Lova Antenaina

Vu hier ADY GASY de Lova Antenaina. Très beau film sur l’artisanat malgache et l’art de la récup’. Le film est plein d’humanité et propose une approche véritablement « par le bas » du travail à Madagascar, des « quatre mi » (biffins) aux petits artisans indépendants. J’ai en particulier apprécié l’observation fine des gestes quotidiens du travail des forgerons, savetiers, savonniers… ces gestes habiles, précis et techniques sont beaux et humains et fascineront les amateurs de mécanique et bricolages en tout genre.
La question de l’éthique du travail et de l’esprit d’entreprise est centrale dans le film. De beaux exemples comme cette famille soudée qui forme une savonnerie artisanale grâce à la récup’ d’os et de cendres, et revendique avec fierté son indépendance économique, de rester son « propre patron ». En voyant ces expériences, on ne peut qu’être fasciné par l’énergie de ces petits entrepreneurs et on se met à rêver d’une ouverture de microcrédits pour développer ces activités qui font vivre des familles entières.
Le film est transgressif en ce qu’à travers les voix du sous-prolétariat urbain, notamment des miséreux vendeurs de bombones usagées d’insecticide, s’exprime la montée d’une critique de l’Etat et des oligarchies au pouvoir. Les stances de la belle et charismatique Blandine, rythmées par la valiha de Jao viennent ponctuer
le film dans la belle tradition du kabary…

Remercions les producteurs, Marie-Clémence Paes et la présentation faite autour du film par Jean-Claude Rabeherifara

http://adygasy.com/

Séminaire CIRESC – Alessandro Stanziani, « Sailors, Slaves and Immigrants. Bondage in the Indian Ocean world, 1750-1914 »

Dans le cadre du séminaire du CIRESC, Alessandro Stanziani présentera son dernier ouvrage « Sailors, Slaves and Immigrants. Bondage in the Indian Ocean world, 1750-1914 », paru en 2014 chez Palgrave. Vous trouverez une présentation de ce dernier sur le site de l’éditeur.

La séance aura lieu le jeudi 16 avril 2015 à 17 heures (salle 6, 105 bd Raspail, Paris 6ème).

Vient de paraître : Études Océan Indien, n°51-52, Autour des entités sacrées.

Delphine Burguet et Olivia Legrip-Randriambelo ont coordonné le dernier numéro de la revue Études Océan Indien, intitulé « Autour des entités sacrées. Approches pluridisciplinaires et nouveaux terrains à Madagascar ». Il regroupe des articles qui traitent des tromba, vazimba et autres entités sacrées.

Par ailleurs, l’accès aux numéros les plus anciens est accessible sur le site de la revue.

EOI n51-52 Sommaire

 

CFP – European Swahili Workshop (Afrique de l’Est/Océan Indien)

La 9ème édition du European Swahili Workshop se tiendra cette année à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (Ehess) / Institut des Mondes Africaines (IMAf) les 6 et 7 juillet 2015.

Le thème de la rencontre est : « Travailler sur/avec les archives et l’écrit en anthropologie et en études littéraires : perspectives sur le monde swahili ». Les propositions de communications sont attendues pour le 27 avril au plus tard, et peuvent être envoyées en français ou en anglais.

Pour toute question, écrire à :
marieaude.fouere@gmail.com / marie-aude.fouere@ehess.fr

Plus de détails en suivant ce lien.

Conférence – Kong Lingyuan, Autour du cimetière de Vohémar

Une conférence intitulée : « Les activités commerciales en Afrique orientale des marchands musulmans arabes et chinois aux XIVe-XVIe siècles : autour du cimetière de Vohémar (Madagascar) », sera donnée par M. Kong Lingyuan  (Département d’histoire de l’Université de Chongqing), le 13 avril.

Informations pratiques :

13 avril 2015, de 14h à 16h

Salle 1, Site Cardinal Lemoine
Collège de France
52, rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris

Sailors & Daughters. Early Photography and the Indian Ocean – exposition en ligne

Une belle exposition en ligne de photographies et autres documents iconographiques de la fin du 19ème siècle est visible en suivant ce lien. Elle est le fruit de la collaboration de nombreuses institutions, parmi lesquelles l’Iconothèque Historique de l’Océan Indien qui propose elle aussi de nombreuses photographies de la région. Portraits, photographies de bateaux, cartes, illustrations extraites du Voyage à la côte orientale d’Afrique (1848) de Guillain y sont notamment présentés.

Présentation rapide de l’exposition :

« Sailors and Daughters reveals the expansive maritime societies of Zanzibar, the east African coast, and beyond. From the 1840s, cameras traced the international migrations of traders, sailors, sons, and daughters through Indian Ocean ports, continuing trade that dates back over five millennia. East African cities flourished as hubs of both land and sea trade routes, which extended to the central African interior, Horn of Africa, Persian Gulf, Indian Ocean islands, western India and the Far East. »