Appel à contribution : Extraversions africaines et mondialisations. L’étranger vu d’Afrique sur la longue durée REAF2016

Mireille Razafindrakoto (Dial-IRD), François Roubaud (Dial-IRD), Samuel F. Sanchez (Dial-IRD), Jean-Michel Wachsberger (CERIES – Lille 3)

 

Dans la continuité de la réflexion interdisciplinaire amorcée aux REAF 2014 (Les réseaux connectés de l’océan Indien), nous voulons dans cet atelier étendre le questionnement sur le rapport des sociétés africaines au global, en partant d’analyses locales.

 

Les sociétés africaines s’inscrivent dans des relations mondialisées qui ont connu plusieurs phases de flux et de reflux depuis l’antiquité jusqu’à nos jours. À partir du 18e siècle et surtout du 19e à aujourd’hui, les sociétés africaines ont été intégrées de manière de plus en plus rapide dans des circuits d’échange de biens et de superstructures qui ont modifié en profondeur leurs organisations et leurs conceptions du monde.

Cette intégration est parfois vécue comme une opportunité créatrice de nouveauté et porteuse de croissance économique, mais parfois aussi rejetée comme vectrice de bouleversements d’ordres économiques et sociaux établis, suscitant souvent rejet et politiques de défense allant parfois jusqu’à l’autarcie.

 

Au delà des approches globales qui négligent trop souvent l’échelle micro-sociale, la plus proche des individus, ce panel vise à comprendre comment les sociétés africaines ont réagi et réagissent aujourd’hui à l’échelle locale et régionale à ces changements globaux. Plus précisément, comment les acteurs ont-ils perçu et perçoivent-ils les influences étrangères et l’insertion de leurs sociétés dans des logiques de plus en plus interdépendantes et globalisées ? Le sujet sera traité de manière interdisciplinaire, et le panel est ouvert à des contributions de toutes disciplines des sciences sociales. Un jeu comparatiste entre plusieurs régions d’Afrique permettrait aussi de dégager les singularités des différentes régions d’Afrique dans cette perspective.

 

Cette approche suscite trois interrogations qui retiennent particulièrement notre attention:

 

– Quelles sont les résonances du rapport à l’étranger dans la construction des identités (ethnicités, nations); comment l’étranger est une ressource pour l’inclusion ou le rejet de modèles globaux ?

– D’un point de vue économique comment les sociétés négocient-elles leur intégration dans des réseaux d’interdépendance avec des pôles économiques puissants. Comment peut-on

mesurer cette intégration et quels sont ses effets sur le politique?

-Comment les acteurs des mondialisations (investisseurs étrangers, bailleurs de fonds, institutions supranationales) sont-ils connectés aux réseaux locaux ? Comment sont-ils perçus par les sociétés ? Constituent-ils une source d’ouverture, de partenariat ou sont ils considérés comme des outils de la dépendance, de la prédation ?

 

 

http://reaf2016.sciencesconf.org/83677

TOC: Journal of Eastern African Studies, 9:3

Le dernier numéro de Journal of Eastern African Studies vient d’être publié. Il comporte un dossier spécial portant en partie sur l’océan Indien : « Pirates, preachers and politics: Security, religion and networks along the African Indian Ocean coast », dirigé par Preben Kaarsholm, Jeremy Prestholdt and Jatin Dua. Le journal est accessible en ligne.

Table des matières:

  • Jeremy Prestholdt, « Locating the Indian Ocean: notes on the postcolonial reconstitution of space », pages 440-467
  • Preben Kaarsholm, « Islam, secularist government, and state–civil society interaction in Mozambique and South Africa since 1994 », pages 468-487
  • Scott S. Reese, « Shaykh Abdullahi al-Qutbi and the pious believer’s dilemma: local moral guidance in an age of global Islamic reform », pages 488-504
  • Jatin Dua, « After piracy? Mapping the means and ends of maritime predation in the Western Indian Ocean », pages 505-521
  • Stephanie Jones, « The absent pirate: exceeding justice in the Indian Ocean », pages 522-535
  • David M. Anderson & Jacob McKnight, « Understanding al-Shabaab: clan, Islam and insurgency in Kenya », pages 536-557

Parution de Colonisations et Répressions sous la direction de Chantal Chanson-Jabeur, Patrice Morlat et Alain Forest

Nous signalons la parution d’un ouvrage important traitant de la question des répressions coloniales. L’enjeu de ce livre et de dépasser une tradition de l’histoire impériale et globale, surtout orientée dans la compréhension des mécanismes administratifs, pour comprendre le rapport des sociétés aux répressions étatiques en cadre colonial. La plupart des papiers visent une histoire sociale par le bas de ses répressions. A côté d’articles portant sur tous les continents, le livre comporte un certain nombre d’articles portant sur les sociétés de l’océan Indien. On y retrouve des articles de Jean Martin sur les Comores, de Didier Nativel sur le Mozambique ; de Tovo Rakotondrabe, Dominique Bois, Amadou Ba et moi même sur Madagascar.

 

Résumé éditeur

Colonisations et Répressions sous la direction de Chantal Chanson-Jabeur, Patrice Morlat et Alain Forest aux Indes savantes, « Le Temps colonial« , 2015, 492 p. ISBN : 978-2-84654-432-0 Prix : 25 €.

« Les colonisateurs ont souvent tenté de faire passer la répression des populations dominées comme un acte de police «  normal  », contrôlé ou prolongé par la meilleure des justices… Cela en vertu d’un pouvoir de violence qui serait la prérogative d’un État lui-même «  normal  »… C’est oublier que le pouvoir colonial est un «  État d’exception  ». Si les modes d’exploitation et les fonctions dévolues aux indigènes évoluent au fil des décennies coloniales, ces évolutions s’opèrent dans un cadre qui, lui, ne bouge pas… et ne doit pas bouger : celui de la domination d’un peuple sur les autres ; c’est-à-dire, inéluctablement, celui de la violence faite par un peuple aux autres. On aura beau tourner la question coloniale en tous sens, on ne peut donc faire l’économie d’une de ses constantes, indissociable du maintien sous tutelle et en situation d’infériorité : la répression, brutale ou quotidienne, toujours en état de vigilance. Au fil des différents articles de cet ouvrage, les meilleurs spécialistes actuels des sociétés non-occidentales éclairent différents aspects de cette répression : la répression «  brutale  », les «  régimes  » et appareils répressifs, les procédures de neutralisation des individus – notamment les bagnes –, les tentatives d’étouffement des mouvements sociaux et de contrôle des opinions. Enfin, l’ouvrage se prolonge par l’examen de la question dans des situations coloniales contemporaines, au Bangladesh, au Tibet. »

 

Catherine Coquery-Vidrovitch – Jean Martin – Benjamin Stora – Tovonirina Rakotondrabe, Clotilde Jacquelard – Laurent Manière – Charles Fourniau – Patrice Morlat – Pierre Ramognino – Dominique Bois – Amadou Ba – Joël Glasman – Daniel Hémery – Alain Rouaud, Habib Belaïd – Sylvie Thénault – Samuel F. Sanchez – Daouda Gary-Tounkara – Jamaâ Baida – Abdelmadjid Merdaci – Maher Charif – Ouarda Siari Tengour – Anissa Bouayed – Pierre Brocheux – Monique Chemillier-Gendreau – Alain Ruscio – Didier Nativel – Jacques Weber – Marion Libouthet – Alain Forest