Séminaire Histoire de l’Afrique orientale et de l’océan Indien

La prochaine séance du séminaire « Histoire sociale de l’Afrique Orientale, de la Mer Rouge et de l’Océan indien, XIXe-XXe siècles : archives, corps, subjectivités » (IMAf) sera consacrée aux arts. Pauline Monginot, en particulier, y présentera ses travaux de recherche.

N’hésitez pas à venir. vous y êtes les bienvenu-e-s !

Toutes les informations à suivre ci-dessous.

Informations pratiques : Séance du 8 janvier 2016, de 14h à 17h
Bâtiment Le France, salle du conseil B, R-1, 190-198 av de France, 75013 Paris

« Créer c’est résister » : Art, politique et histoire

Hervé Maupeu, maître de conférences, UPPA, LAM UMR 5115, herve.maupeu@univ-pau.fr

« Chansons et élections générales au Kenya : le cas de Joseph Kamaru ».

Joseph Kamaru est l’un des pères-fondateurs du benga kikuyu, un genre musical particulièrement populaire des années 60 aux années 2000. A l’occasion des trois premières élections générales multipartisannes (1992-1997 & 2002), il a diffusé des cassettes commentant le processus électoral à travers des prêches chantés. Nous situerons cette pensée dans le cadre du renouveau du nationalisme kikuyu et nous expliquerons l’évolution de sa réflexion d’un scrutin à l’autre, notamment en fonction du champ des acteurs politiques.

Bibliographie :

Hervé Maupeu, « L’intellectuel populaire et l’imaginaire politique gikuyu. Le cas de Joseph Kamaru (Kenya) », in Kouvouama & Al. (Dir.), Figures croisées d’intellectuels Trajectoires, modes d’action, productions (Paris, Karthala, 2007, pp.161-182).

Hervé Maupeu, (avec Mbûgua wa-Mûngai), « La politique des bars gikuyu de Nairobi », Cahiers d’études africaines, XLVI, 2006, 182, pp.313-331.

 

Pauline Monginot, doctorante CESSMA, Université de Paris 7, pauline.monginot@gmail.com

 « De la représentation à la suggestion : quand les tableaux révèlent l’intimité des peintres malgaches »

Dans la première moitié du vingtième siècle, les artistes peintres des Hautes Terres malgaches cherchent définir les contours de leur identité dans une société où se superposent normes merina et ordre colonial. Après l’ouverture d’une école des Beaux-arts à Antananarivo en 1914 et le développement d’un marché de l’art colonial, le modèle assigné aux peintres malgaches semble être celui de l’artiste démiurge occidental. Ainsi, les rapports d’enseignement coloniaux autant que les critiques d’expositions publiées dans la presse rendent compte d’une volonté de les faire correspondre à cette figure européenne. Or, si les archives les désignent comme tels, l’étude de leurs productions ouvre d’autres perspectives. Le choix des sujets iconographiques peut être interprété comme un moyen de s’approprier une identité étrangère et de l’adapter aux codes de la société malgache. S’ouvre alors une réflexion sur l’usage des tableaux comme une source historique essentielle pour comprendre la façon dont les peintres malgaches ont revendiqués la singularité de leur identité artistique.

Modératrice, Christine Douxami, chrisluabela@yahoo.fr

MCF en arts du spectacle à l’Université de Franche-Comté et chercheure titulaire à l’EHESS Membre du site Raspail de l’IMAF