séminaire Histoire sociale de l’Afrique orientale 10 juin : Les archives du génocide rwandais

Histoire sociale de l’Afrique Orientale, de la Mer Rouge et de l’Océan indien, XIXe-XXe siècles : archives, corps, subjectivités

Vendredi de 14 h à 17 h (salle du conseil B, R-1, bât. Le France 190-198 av de France 75013 Paris)

10 juin : Les archives du génocide

  • Hélène Dumas, chargée de recherche CNRS-LAM, helenedumas.uw@gmail.com, «Les voix du génocide : une étude des témoignages judiciaires des survivants (TPIR, gacaca) » 

En dépit de la grande diversité des politiques de justice mises en œuvre à la suite du génocide des Tutsi, un constat s’impose : le procès est centré sur la figure et la parole de l’accusé. Les victimes survivantes demeurent dans l’ombre d’une organisation judiciaire au sein de laquelle leur place est secondaire, leurs récits âprement contestés, leurs témoignages instrumentalisés par les logiques agonistiques du procès. Les limites inhérentes aux sources judiciaires – qui dépendent par ailleurs de leurs conditions très spécifiques de production – ne doivent cependant pas décourager l’exploration d’un immense corpus archivistique, nourris des très nombreux témoignages produits par les survivants. Un double intérêt guide une telle entreprise. D’abord, la parole ainsi déployée devant les tribunaux fraye un accès à l’analyse historienne et anthropologique de l’expérience survivante. Expérience encore peu explorée par une historiographie essentiellement attachée à restituer les logiques d’investissement massif dans les massacres, s’appuyant donc sur la parole des tueurs. Ensuite, la mobilisation de telles archives permet de rendre compte d’une seconde échelle d’expérience, celle de l’après-coup judiciaire. En présentant une série d’extraits de témoignages issus du TPIR et des gacaca, il s’agira de réfléchir à leur éventuel apport dans le dévoilement d’une histoire des survivants depuis le génocide de 1994.

Bibliographie

  1. Dumas, Le génocide au village. Le massacre des Tutsi au Rwanda, Paris, Seuil, « L’Univers historique », 2014.

Stéphane Audoin-Rouzeau et Hélène Dumas, « Le génocide des Tutsi rwandais, vingt ans après. », dossier, in Vingtième siècle. Revue d’histoire, n°122, avril-juin 2014.

« La place des témoignages de victimes dans l’historiographie du génocide des Tutsi au Rwanda », entretien réalisé par Boris Adjemian, Alexandra Garbarini et Rémi Korman, Études arméniennes contemporaines, n°5, juin 2015, p.195-207.

  • Florent Piton, doctorant contractuel à l’université Paris 7 – Denis Diderot – CESSMA, florentpiton1@gmail.com, «Le génocide invisible ? L’apport des archives administratives dans l’écriture de l’histoire locale de la violence au Rwanda (1990-1994) »

Un simple détour aux archives nationales à Kigali, ou dans tout autre dépôt d’archives locales, le confirme : l’État rwandais était un grand producteur de papiers, des volumineux rapports annuels transmis par les administrations à la correspondance quotidienne entre les services, en passant par les procès-verbaux de réunions ou les multiples rapports sur la démographie, la sécurité, la production agricole, l’éducation, ou le nombre de chèvres vendues au marché. Ce constat, bien documenté sur la deuxième République (1978-1990), est tout aussi vrai pour la période de la guerre et du génocide (1990-1994). Alors que l’historiographie récente de cette période mobilise surtout les archives judiciaires et les sources orales, ma communication vise à interroger l’intérêt heuristique de ces archives administratives pour une histoire locale de la violence au Rwanda entre 1990 et 1994. Les massacres et les attaques ciblées contre les Tutsi sont certes largement ignorés de ces archives, tout autant que la mobilisation des organes de l’État dans la polarisation ethnique. Doit-on pour autant en conclure à l’invisibilité du génocide et des violences qui l’accompagnent dans ce corpus documentaire ? Sa lecture informe en effet la mise en place des structures de l’autodéfense civile dans le cadre de la guerre, de même que l’intensité des violences politiques sur les collines. On mesure ainsi la porosité qui s’installe entre les différents registres de violences, de guerre, politiques et génocidaires. En outre, l’attention portée à la « langue des archives », en français comme en kinyarwanda, vient redoubler les analyses sur les « mots du génocide » tels qu’ils ressortent des discours publics ou des médias écrits et radiophoniques. Enfin, l’examen des lignes de force, des creux et des silences de ces archives dresse les contours d’un espace mental irrigué par la peur et la menace, dans un contexte marqué par la guerre et le multipartisme. Le matériau archivisitique ne nous permet donc pas seulement d’écrire une histoire factuelle, et en quelque sorte positiviste, du génocide perpétré contre les Tutsi. Il est une porte d’entrée vers les pratiques, les discours et les représentations qui conditionnent la nature du dernier génocide du XXe siècle.

Marie Aude Fouéré, Remembering Julius Nyerere in Tanzania. History, Memory, Legacy

Marie-Aude Fouéré, Remembering Julius Nyerere in Tanzania. History, Memory, Legacy, Mkuki na Nyota Publishers, Tanzania, 2015, 360 p.

This edited volume is about the rekindled investment in the figure of the first president Julius K. Nyerere in contemporary Tanzania. It explores how Nyerere is remembered by Tanzanians from different levels of society, in what ways and for what purposes. Looking into what Nyerere means and stands for today, it provides insight into the media, the political arena, poetry, the education sector, or street-corner talks. The main argument of this book is that Nyerere has become a widely shared political metaphor used to debate and contest conceptions of the Tanzanian nation and Tanzanian-ness. The state-citizens relationship, the moral standards for the exercise of power, and the contours of national sentiment are under scrutiny when the figure of Nyerere is mobilized today.

The contributions gathered here come from a generation of budding or renowned scholars in varied disciplines – history, anthropology and political science. Drawing upon materials collected through extensive fieldwork and archival research, they all critically engage the existing literature about Tanzania and prevailing political narratives to explore how nationhood is (re)imagined in Tanzania today through assent and contest.

Marie-Aude Fouere is a Lecturer in Anthropology at the Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) in Paris and was the Deputy Director of the French Institute for Research in Africa (IFRA) in Nairobi (2011-2014). Her first book was on joking relationship in Tanzania (L’Harmattan, 2008). Her current research interests cover collective memories, belonging and the use of archives in contemporary Tanzania, focusing on the figure of Julius Nyerere and the Revolution of 1964 in Zanzibarcover_preview

 

Remembering Julius Nyerere in Tanzania. History, Memory, Legacy

Revue Afriques #06

Le dernier numéro de la revue en ligne Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire vient d’être publié. Il comporte un dossier spécial portant en partie sur l’océan Indien : « L’Afrique orientale et l’océan Indien : connexions, réseaux d’échanges et globalisation », dirigé par Thomas Vernet et Philippe Beaujard. Le journal est uniquement accessible en ligne.

Table des matières:

  • Jean-Charles Ducène, « Une nouvelle source arabe sur l’océan Indien au Xe siècle: le Ṣaḥīḥ min aḫbār al-biḥār wa-‘aǧā‘ibihā d’Abū ‘Imrān Mūsā ibn Rabāḥ al-Awsī al-Sīrāfī »
  • Marilee Wood, « Divergent patterns in Indian Ocean trade to East Africa and southern Africa between the 7th and 17th centuries CE: The glass bead evidence  »
  • Bing Zhao, « Chinese-style ceramics in East Africa from the 9th to 16th century: A case of changing value and symbols in the multi-partner global trade »
  • Jason D. Hawkes et Stephanie Wynne-Jones, « India in Africa: Trade goods and connections of the late first millennium  »
  • John Perkins, « The Indian Ocean and Swahili Coast coins, international networks and local developments »
  • Claude Allibert, « L’archipel des Comores et son histoire ancienne. Essai de mise en perspective des chroniques, de la tradition orale et des typologies de céramiques locales et d’importation »
  • Sophie Blanchy, « Anjouan (Comores), un nœud dans les réseaux de l’océan Indien. Émergence et rôle d’une société urbaine lettrée et marchande (XVIIe-XXe siècle) »
  • Edward A. Alpers, « Slavery, antislavery, political rivalry and regional networks in East African waters, 1877-1883 »
  • Rafaël Thiébaut, « De Madagascar à Sumatra : une route négrière peu commune. Le voyage du navire Binnenwijzend de la VOC en 1732 »
  • Alessandro Stanziani, « L’immigration indentured à l’île Maurice, 1840-1870 : conditions, abus et résistance ».

Compte rendu de lecture de Campbell G., David Griffiths and the Missionary « History of Madagascar »

CR de Campbell G., Campbell, G., David Griffiths and the Missionary « History of Madagascar », Leiden-Boston, Brill, (« Studies in Christian Mission » 41), 1177 p., in Journal des Africanistes, 84 (1), 2014, p.290-293

JA-84-1-COMPTES RENDUS CAMPBELL par SANCHEZ

 

Elena Bertuzzi (LESC-Paris X), « Le debaa : corps et danse à Mayotte » 14 avril (17h à 19h)

 

La prochaine séance du séminaire océan Indien aura lieu jeudi 14 avril de 17h à 19h.

                 Elena Bertuzzi (LESC-Paris X)

interviendra sur le thème :

              Le debaa : corps et danse à Mayotte

 

Lieu : Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, 8e étage, salle 864 (métro F. Mitterrand, L. 14)

Catherine Fournet-Guérin (MCF Univ. Reims) « La ville dans les œuvres d’art actuelles à Madagascar »

Catherine Fournet-Guérin (MCF géographie, Univ. Reims) présentera une conférence :
 « Les représentations littéraires et iconographiques de la ville dans les œuvres d’art actuelles à Madagascar : enjeux paysagers et socio-spatiaux. »
dans le cadre du séminaire « Circulations culturelles, cultures urbaines et identités en Afrique au XIXe et XXI e siècles »
Lundi 11 avril 2016 14h-16h
Inalco, 65 rue des Grands Moulins, 4e, salle 405