Appel à communication : « Construction des connaissances autour des enjeux et défis écologiques à Madagascar et dans l’Océan Indien »

 Appel à communication

« Dialogues et savoir-faire : construction des connaissances autour des enjeux et défis écologiques à Madagascar et dans l’Océan Indien »

Colloque international – 28, 29 octobre 2020

à l’Université d’Antsiranana-Madagascar

 

Du grec oikos (la maison et l’habitat) et logos (le discours, la science), l’écologie a longtemps été simplement considérée comme une branche de la biologie. Ainsi, elle était comprise dans son seul sens premier, c’est-à-dire comme une science qui s’attache à l’étude des êtres vivants et des milieux dans lesquels ils se reproduisent ainsi que des relations des êtres vivants entre eux et avec ces milieux. Ce n’est qu’avec le constat que ces liens pouvaient être complexes et impliquer d’autres branches de la science, tout particulièrement celles des sciences dites humaines, que la matière d’écologie va s’étendre à l’étude de l’environnement, qui pour sa part inclut en plus des facteurs culturels et humains.

À l’heure actuelle et face aux multiples défis qui se présentent, les recherches ne peuvent rester cloisonnées : elles doivent adopter un dialogue et donner lieu à un partage des connaissances et des savoir-faire. C’est d’autant vrai dans les pays du Sud tels Madagascar ou les autres pays moins avancés qui sont les plus exposés aux effets néfastes des défis dont il est question ici, les changements climatiques en premier lieu. D’autres défis sont à prendre en compte, notamment un renouvellement de la vision du rapport avec la nature et un verdissement mondial des politiques publiques.

C’est ainsi que ce colloque à caractère pluridisciplinaire cherche à tracer une voie pour entamer ce dialogue des connaissances afin d’interroger la Recherche face aux préoccupations écologiques contemporaines à Madagascar et dans l’Océan Indien. Car face aux différentes demandes économiques, sociales et politiques qui s’accroissent et qui s’affirment à travers les inquiétudes en tout genre le rôle du chercheur est crucial. Qu’apporte-il à penser face aux différents problèmes environnementaux, les impacts du changement climatique ? Quel rôle de la société ? Comment la société s’adapte-t-elle ? Plusieurs questions en suspens qui nous mènent à faire un état des lieux de la Recherche en la matière pour la préservation de l’environnement dans les différentes structures sociales, économiques, et surtout politiques.

Le colloque invite ainsi les chercheurs de différentes disciplines à questionner les savoirs faire, les organisations privées et publiques, les groupes sociaux, les réalités et pratiques face aux enjeux et défis écologiques. L’approche comparative avec d’autres pays de la région océan Indien ou des pays dits les moins avancés, aux caractéristiques proches (culturelle, géographique, économique) est encouragée.

 

 

Les communications peuvent s’inscrire dans les trois axes suivants :

  • Discours sur la nature ou discours environnemental, éducation à l’environnement et culture environnementale

Il conviendra de réfléchir sur la politique éducative environnementale efficiente pour répondre aux préoccupations écologiques actuelles et dans le futur. Quel rôle revient aux médias, pris en tant que relais du système éducatif ? Il s’agira également de réinterroger la Culture environnementale en investissant les avancées en écocritique pour réinterroger le rapport entre la littérature et l’environnement naturel. Comment les discours littéraires et les formes artistiques contemporaines participent-t-ils à l’éducation à l’environnement ? Pour une visée diachronique, quel regard historique doit être porté sur la question ? Quelle évolution historique des discours, de la société face aux changements environnementaux ? Et surtout comment adapter les us et coutumes séculaires pour en faire un levier du développement durable ?

 

  • Politiques et appareils d’État au service de l’environnement

On s’intéressera à l’adaptation de la politique publique environnementale en général. Comment l’Etat règlemente-t-il le défi des changements climatiques ? Quelle orientation, quel choix en matière de politique publique met-t-il en place entre l’exploitation des ressources naturelles et la protection de l’environnement ? Quelle est sa politique de gestion des migrations forcées ou des migrations économiques en rapport avec l’environnement ? Où se situe-t-on, à l’heure actuelle, par rapport à la mise en place de la politique mondiale de transition énergétique ?

 

  • Nouvelles technologies, Aménagement de l’espace et Préservation de la biodiversité

L’attention est centrée ici aux (nouvelles) technologies soucieuses de respecter l’environnement naturel et humain, aux technologies inventées, élaborées dans les domaines agronomique, énergétique et de génie civil répondant aux besoins environnementaux et écologiques du moment. Comment alors juger de leur efficacité ? On questionnera objectivement dans une perspective de développement durable (du présent et du futur) les enjeux de l’exploitation des énergies à sources renouvelables ?

On s’interrogera également sur les différents niveaux de planification de l’espace face aux différentes questions écologiques et environnementales. Quel aménagement profiterait à la fois à l’environnement naturel et à l’environnement socio-anthropologique face à l’urbanisation (nécessaire) et aux risques technologiques et catastrophes naturel ?

Quelles sont actuellement les avancées scientifiques, technologiques dans les sciences environnementales ? Comment les vulgariser pour une meilleure mobilisation de différentes couches sociales dans la préservation des biodiversités terrestres et marines ?

 

Modalités de soumission

Les propositions de communication, entre 2500 et 4000 signes soit 300 mots environs, accompagnées d’une brève notice bibliographique sont à envoyer au plus tard (délai de rigueur) le 30 juin 2020 à l’adresse courriel suivante : colloqueenvironnement.una@gmail.com

Elles seront soumises au comité scientifique.

Les contributeurs seront informés au cours du mois de juillet 2020 de la décision du comité scientifique et des organisateurs du colloque.

Une publication de sélection d’articles est prévue.

 

Comité d’organisation :

Dr DOMINIQUE Josie Volaravo, Université d’Antsiranana

Dr NTSAY Clercy, Université d’Antsiranana

Dr PARFAIT Cynthia Volanosy, Université d’Antsiranana

Dr RANDRIANANDRASANA Ianjatiana, Université d’Antsiranana

Dr RAMILISON Julie, Université d’Antsiranana

 

Comité scientifique :

Dr AMELOT Xavier, Université Bordeaux Montaigne

Pr COMBEAU Yves, Université de la Réunion

Pr CORNILLE Jean-Louis, Université de Cape-Town-Université d’Antsiranana

Dr DOMINIQUE Josie Volaravo, Université d’Antsiranana

Pr LANDY SOAMBOLA Amelie,  Université d’Antsiranana

Dr LOHANIVO Alexio, Université d’Antsiranana

Dr NTSAY Clercy, Université d’Antsiranana

Dr PARFAIT Cynthia Volanosy, Université d’Antsiranana

Dr RAMILISON Julie, Univeristé d’Antsiranana

Pr RANDRIANJA Solofo, Université de Tamatave

Dr RANDRIANANDRASANA Ianjatiana, Université d’Antsiranana

Dr RATSARAMODY Justin, Université d’Antsiranana

Pr SARRASIN Bruno, Université du Québec à Montréal

                                                   

 

Séminaires de Pier M. LARSON en France (mars-avril 2020)

Séminaires de Pier M. LARSON (http://plarson.info), invité à l’EHESS dans le cadre de la convention avec la Johns Hopkins University.

Professeur d’Histoire de l’Afrique et de l’Océan Indien, P. Larson est l’auteur de :  

Ocean of Letters : language and creolization in an Indian Ocean Diaspora, Cambridge University Press.

History and Memory in the Age of Enslavement : becoming Merinain Highlan Madagascar, 1770-1822, 2000, Heinemann

Conférences : 

1) “Private Letter Writing and Malagasy Identities in the Western Indian Ocean during the Middle Decades of the Nineteenth Century”. Dans le cadre du séminaire Savoirs, institutions, économies: histoires connectées et dynamiques globalesd’Alessandro Stanziani, Vendredi, 6 mars de 13h à 17h, EHESS, 105 boulevard Raspail, salle 4.

2) “Nouvelles perspectives sur les unions et mariages franco-malgaches de la colonie de Fort-Dauphin (Sud-est Madagascar, XVIIe siècle): esclaves, viols, jeux sexuels, et lois ». Dans le cadre du séminaire Les Afriques dans la longue durée: acteurs, savoirs, pratiques de Catarina Madeira Santos et Elikia M’Bokolo, Lundi, 16 mars de 15h à 18h, IMAF, Campus Condorcet, Bâtiment de Recherche Sud, salle 0.016.

3) “Les habitations françaises de la colonie de Fort-Dauphin (Madagascar) au XVIIe siècle: Lutte pour les terres et l’autorité en l’Anosy ancien”. Dans le cadre du séminaire de l’Histoire sociale de l’Afrique: héritages et marges de la parenté de Silvia Bruzzi, Henri Médard, Violaine Tisseau et Elena Vezzadini, journée des études, Lundi, 27 avril (intervention au matin), EHESS-Marseille, Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille.

4) “De la vie d’Aristide Corroller à Madagascar à une histoire de l’empire français dans l’Océan indien: Un itinéraire intellectuel à travers les archives de Madagascar, le Maurice, la Réunion et la France métropolitaine”. Dans le cadre du séminaire de Formation à la Recherche en Afrique de Hervé Pennec, Fabienne Samson, et Catarina Madeira Santos, Mardi, 28 avril de 13h à 15h, IMAF, Campus Condorcet, Bâtiment de Recherche Sud, Salle 0.017.

Séminaire Afrique océan Indien 2019-2020 (Univ. Paris Diderot)

Le séminaire Afrique Océan Indien reprend ce jeudi 19 septembre. A noter que plusieurs sessions porteront sur Madagascar et l’océan Indien, en particulier :

  • 19 sept. : Cl. Riffard (ITEM/CNRS), Réseaux artistiques et processus d’écriture : esquisse d’une biographie intellectuelle de Rabearivelo
  • 28 nov. : J. Peghini (U. Paris 8), « Je ne suis pas vivant mais poète ». Autour de Sony Labou Tansi
  • 5 déc. : F. Rajaonah (CESSMA) et C-L. Lombard (DEFAP), Lettres de Tananarive. Jean Begbeider à son père, 1924-1927
  • 16 janv. : A. Audard (CESSMA), Diego-Suarez : de l’enclave militaire à la ville portuaire malgache et indianocéanique (1885-1972)

Toutes les informations sont dans le document joint Séminaire Afrique océan Indien M2 2019_2020 !

TOC: African Islands: Leading Edges of Empire and Globalization

A signaler la sortie de : African Islands. Leading Edges of Empire and Globalization, edited by Toyin Falola, R. Joseph Parrott et Danielle Porter Sanchez, Boydell & Brewer.

Toute la deuxième partie est consacrée à l’océan Indien avec de belles contributions :

PART 2. INDIAN OCEAN ISLANDS

  • Africa’s Indian Ocean Islands, Near and Distant – Edward A. Alpers
  • Monsoon Metropolis: Migration, Mobility, and Mediation in the Western Indian Ocean – William Bissell
  • The Mascarenes, Indian Ocean Africa, and Global Labor Migration during the Eighteenth and Nineteenth Centuries – Richard B. Allen
  • The Island as Nexus: Zanzibar in the Nineteenth Century – Jeremy Prestholdt
  • Slavery and Post-Slavery in Madagascar: An Overview – Denis Regnier and Dominique Somda
  • The Comoros: Strategies of Islandness in the Indian Ocean – Iain Walker
  • Gendered Pioneers from Mayotte: An Ethnographic Perspective on Travel and Transformation in the Western Indian Ocean – Michael Lambek

(Dé)construire les archives coloniales (Aix-en-Provence, 27-28 juin)

A la fin du mois, les 27 et 28 juin, aura lieu à Aix-en-Provence un colloque intitulé (Dé)construire les archives coloniales. Enjeux, pratiques et débats contemporains. La rencontre se déroulera aux Archives nationales d’outre-mer.

Les inscriptions sont malheureusement closes car l’espace est restreint mais les présentations devraient être enregistrées et accessibles ensuite.

Signalons, parmi les nombreuses communications qui s’annoncent intéressantes, deux d’entre elles qui porteront sur Madagascar et seront l’oeuvre de deux jeunes chercheurs :

– Charly Jollivet (CNRS, Temos), « Construire l’histoire des archives pour mieux contextualiser les archives coloniales de Madagascar et des Comores »

– Raphaël Gallien (Paris 7), « Le fou invisible ? (Re)penser l’ordre colonial à partir de ses marges : itinéraires, pour une histoire de la folie à Madagascar (1900- 1960) »

Maurice Bloch, Madagascar et l’anthropologie

Le site web de la revue Anthropologie et sociétés, de l’université de Laval, héberge une série d’interviews filmés d’anthropologues et de chercheurs en sciences humaines et sociales : « Les Possédés et leurs mondes » (avec une présentation géographique!)

C’est ainsi que trois vidéos d’entretien avec Maurice Bloch sont accessibles !!

  • Livre 1. Mon parcours anthropologique à la London School of Economics, à Cambridge et ailleurs
  • Livre 2. L’anthropologie participante et l’analyse de la pratique ou comment chercher le sens dans l’action
  • Livre 3. Madagascar : valoriser l’histoire, combattre l’exotisme et relier la théorie aux émotions

Journée sur la littérature malgache à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco, Paris), le samedi 8 juin 2019

Dates : Samedi 8 juin 2019 – 10:00 – 17:00

Lieu : Inalco, PLC (65, rue des Grands Moulins), Salle 4.07 

Dynamisme et créativité dans la littérature orale malgache et hommage à Abel Andriarimalala

Chaque année, la section malgache du département Afrique et océan Indien de l’Inalco organise, avec l’Havatsa-UPEM (Union des poètes et écrivains malgaches), section France, un rendez-vous autour de la littérature malgache.

Le samedi 8 juin 2019 sera consacré aux genres littéraires oraux, chantés ou déclamés. L’enjeu est de savoir comment évolue cette littérature dans la créativité des artistes malgaches, au travers de son dynamisme et de sa place dans la « modernité ».
C’est à cette question que tenteront de répondre les universitaires et les artistes malgaches qui participeront à cette Journée.
L’on rendra également hommage à Abel Andriarimalala, poète, enseignant de malgache, compositeur et spécialiste de kabary (discours rituel ou officiel), illustre passerelle vivante qui tient à coeur la transmission de ce patrimoine littéraire aux générations.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.


PH. Beaujard, Histoire et voyages des plantes cultivées à Madagascar avant le XVIe siècle, Paris, Karthala

Il n’est jamais trop tard pour parler de bons livres sortis récemment !!! Cet ouvrage précis et extrêmement bien documenté, nourri par une connaissance rigoureuse à la fois historique et botanique, conduit à réenvisager l’inscription de Madagascar dans les réseaux indianocéaniques de longue durée.

Résumé éditeur : Cet ouvrage, consacré aux plantes cultivées à Madagascar avant l’arrivée des Européens au XVIe siècle, retrace l’histoire de leur domestication dans leur aire d’origine et leurs trajectoires vers Madagascar, puis à l’intérieur de l’île. Il s’appuie sur une approche transdisciplinaire, combinant linguistique, génétique, archéologie, histoire, ethnographie et agronomie.

Les Austronésiens qui arrivèrent à Madagascar vers le VIIIe siècle apportèrent des plantes du Sud-Est asiatique et des systèmes culturaux bien adaptés aux côtes Nord et Est de l’île, ainsi qu’à une partie des Hautes Terres. Les populations africaines, qui se fixèrent surtout dans un premier temps sur la côte Ouest et dans le Sud, au climat plus sec, introduisirent quant à elles des plantes du continent noir, mais aussi d’autres venues de l’Inde, de l’Asie occidentale et de l’Asie du Sud-Est.

Au fil des siècles, de nombreuses plantes ont connu des introductions répétées, et l’ensemble de l’océan Indien a contribué aux apports des plantes cultivées à Madagascar. Leurs voyages ont suivi ceux des marins et des commerçants dans un océan qui représenta, comme la Méditerranée de Fernand Braudel, un espace culturel tissé par les mouvements des hommes : l’existence d’un commerce transcontinental allant de la Chine à l’est de la Méditerranée et à l’Afrique de l’Est donna aux pays de l’océan Indien une unité historique.

Philippe Beaujard est ingénieur agronome, anthropologue et historien. Il est directeur de recherche émérite au CNRS et membre de l’Institut des mondes africains (IMAF). Outre de nombreux ouvrages sur Madagascar, il a publié en 2012 Les mondes de l’océan Indien (Armand Colin, 2 vol.).

Séminaire océan Indien, Paris Diderot : intervention de Jennifer Cole le 15 mai, 17h-19h

Jennifer Cole (Université de Chicago, IEA de Paris), interviendra mardi prochain au séminaire sur le thème :

The Traffic in Husbands: Leaving Madagascar

Venez nombreux.ses !

Informations pratiques : Séminaire océan Indien – Paris Diderot

Lieu : Place Paul Ricoeur, bât. Olympe de Gouges, salle 864

Horaire : 17h-19h

Université d’hiver austral en Sciences Sociales à Madagascar Tany Vao Mada 2018 : Dead Line 20 Mai

 

Université d’hiver austral en Sciences Sociales à Madagascar
Travail et intégration sociale : Approches méthodologiques et transversales
13 – 21 juillet 2018

L’université d’hiver en sciences sociales Tany Vao Mada 2018 vise à dispenser une formation à la recherche de haut niveau en sciences sociales et à répondre à des besoins forts en termes d’encadrement, de méthodes, et de travail en réseau des doctorants et jeunes chercheurs malgaches (mais aussi de la sous-région) en sciences historiques et sociales. S’inscrivant dans une démarche pluridisciplinaire en croisant les apports des différentes disciplines des sciences sociales (économie, statistiques, socio-anthropologie, histoire, linguistique, géographie, science politique, etc.), elle s’adresse à un public constitué de doctorants mais aussi de professionnels souhaitant approfondir leurs connaissances. Elle entend par ailleurs favoriser la connexion entre la recherche scientifique et la société en permettant à la première de nourrir le débat public et d’aider à la décision politique.

Dead Line pour candidater : 20 mai 2018

Document à télécharger ici :

http://www.dial.ird.fr/enseignement/formations/universite-d-hiver-austral-en-sciences-sociales-a-madagascar/tany-vao-mada-tvm-2018

Pier Larson, Food, Sex and Law at Fort Dauphin (Madagascar) – Collège de France

Dans le cadre d’une journée consacrée aux îles « Historia Insularum : les îles dans l’histoire globale à l’époque moderne« , qui s’est tenue en mars dernier au Collège de France, Pier Larson a présenté une communication intitulée :

Food, Sex and Law at Fort Dauphin (Madagascar): France’s First Colony in the Indian Ocean, 1642-74

Son intervention – ainsi que toutes celles de la journée – peut être écoutée en ligne, via ce lien !

Continuer la lecture

CFP for the 2018 Madagascar Workshop !

Welcome to the 2018 Madagascar Workshop!

Call for papers

We are pleased to announce a new venue for this year’s annual interdisciplinary Madagascar Workshop. This year, the workshop will be hosted by Rutgers University, Newark, in Newark, New Jersey, USA, October 11-13, 2018. Rutgers-Newark is conveniently located near the Newark Liberty International Airport (EWR), as well as the Newark Pennsylvania Station with regular trains into New York City (about a 30-minute ride).

The Madagascar workshop aims to bring together anthropologists, historians and other scholars who share an interest in Madagascar and its diaspora, and to provide a forum for participants to share current research and ideas. The meeting will include formal presentations and informal discussion centered around thematic sessions. Workshop sessions will take place Friday, October 12- Saturday, October 13th. (Special events to be announced soon.)

Continuer la lecture