Appel à articles pour un ouvrage collectif sur l’océan Indien occidental

Appel à articles pour l’ouvrage collectif “Anthropologie d’une médecine en développement dans l’océan Indien occidental. Des soins ancestraux aux nouvelles pratiques thérapeutiques”

Les propositions sont attendues au plus tard le 30 septembre et doivent être envoyées à Delphine Burguet (burguet.delphine@gmail.com) et Pierrine Didier (pierrine.didier@gmail.com)

En ce début de 21e siècle, le recours aux pratiques de soins non conventionnelles est toujours très présent, notamment dans les pays dits du Sud, pour des raisons non seulement économiques, sociales et politiques mais également pour des raisons d’ordre culturel, émotionnel ou encore relationnel. Si certaines populations qui n’ont pas accès aux soins biomédicaux cherchent ailleurs un suivi thérapeutique, d’autres groupes sociaux se tournent vers des solutions alternatives ou reviennent à des usages thérapeutiques considérés plus « naturels », plus « sains », plus « doux ».

Le domaine des médecines traditionnelles et du recours aux « soins ancestraux » a fait l’objet de nombreuses recherches en sciences humaines et sociales, aussi bien dans les pays du Nord que dans ceux du Sud. Plusieurs axes de recherches ont permis d’aborder le sujet des « médecines traditionnelles », que ce soit du point de vue de la santé publique et du développement (Olivier de Sardan, 1995 ; Dozon et Fassin, 2001), de la globalisation des politiques (Hours et Sélim, 2010 ; Gobatto, 2003) ou du pluralisme médical (Benoist, 1997).

Dans ce contexte économique et sanitaire, des dynamiques gouvernementales ont été mises en place dès la fin des années 1970, sur recommandations de l’OMS, pour encadrer et valoriser les pratiques de « médecine traditionnelle » pour les Etats ayant un système biomédical de soins défectueux et insuffisant (OMS, 2000). On constate alors une reformulation du statut de cette « médecine » via son encadrement par les politiques de santé internationales et locales, de son identité et de celui de ses praticiens. Grâce à leur reconnaissance par le gouvernement et leur labellisation au sein d’associations reconnues par l’Etat, les guérisseurs africains et malgaches devenus « tradipraticiens » acquièrent une légitimité qui n’est plus issue de leur communauté mais des instances politiques. On voit émerger dans les travaux de recherche des appellations comme « guérisseurs syncrétiques » (Schmidt, 2006), « néotradipraticiens » (Gruénais, 2002), « néoguérisseurs » (Bonnet et Lainé, 2013), « thérapeutes néotraditionnels » (Pordié et Simon, 2013). La pluralité des appellations des praticiens de médecine traditionnelle atteste du renouveau de leurs pratiques et de la complexité de leurs statuts. Les pratiques de phytothérapie ainsi que la valorisation et la préservation des plantes médicinales suscitent également un intérêt « universel » en ce qui concerne aussi bien la valorisation et la sauvegarde de la biodiversité et d’un patrimoine immatériel (connaissances et utilisations des plantes) qu’un potentiel économique non négligeable.

Bien que le thème de recherche sur les pratiques de soins non conventionnelles ait fait l’objet d’études de nombreux chercheurs depuis maintenant plusieurs décennies, il reste cependant actuel et suscite des questionnements intéressants du point de vue des sciences sociales et de la santé publique, comme celui de l’hybridation des pratiques de soins, de la technicité des savoirs historiquement référencés, des limites des offres de soins dits traditionnels, de la (ré)appropriation des savoirs thérapeutiques venus de l’étranger et de la transmission de ces savoirs.

 

Cet ouvrage collectif interrogera les pratiques de soins désignées par les qualificatifs de « traditionnel » et d’« ancestral » dans leurs dynamiques et leurs dimensions contemporaines. Nous nous intéresserons aux modes d’hybridation des pratiques thérapeutiques à partir d’étude de cas et d’analyses théoriques, dans le contexte de l’Océan Indien occidental (Madagascar, les Comores, la Réunion, l’Ile Maurice, les Seychelles). Il nous semble pertinent de discuter cette problématique du recours aux soins dans l’Océan Indien occidental, région qui historiquement, culturellement et politiquement présente des bases communes (notamment sur les épisodes migratoires). Les différentes îles qui composent cette aire culturelle offrent de multiples pratiques de soins que l’on peut définir différemment en fonction des discours emic mais aussi selon l’analyse anthropologique qui en est faite : il s’agit de « médecines » ou bien de « recours » (Benoit, 1993), de « système médical » (Rossi, 1994), de « systèmes de prise en charge du malheur (biologique ou non) » (Epelboin, 2002) ou encore d’« espaces de soins » (Saillant et Gagnon, 1999). Ces différentes appellations supposent une variété de soins et des appropriations bricolées de ces « médecines », notamment lorsqu’on prend comme focale les savoirs étrangers, ceux amenés par les migrants et ceux qui circulent par l’intermédiaire des échanges transnationaux et virtuels. On pense, par exemple, aux techniques de soins tirées de la médecine traditionnelle venue de Chine (massage, réflexologie, acupuncture), celle venue d’Inde (ayurveda) ou encore du continent africain (médecine par les simples, possession, divination, exorcisme), des savoirs et savoir-faire que les sociétés de l’Océan indien occidental se sont appropriés. Médecines traditionnelles et étrangères, elles s’intègrent ainsi dans un système de soins plus large que les guérisseurs (néo)traditionnels utilisent afin d’offrir à leurs patients de plus nombreuses alternatives.

Notre approche sera particulièrement orientée vers les pratiques et les quêtes de soins des différents acteurs. Elle s’inscrit dans la veine des travaux de recherches sur les pratiques de « médecine traditionnelle », particulièrement tournés vers les praticiens, les « nouveaux guérisseurs » (Pordié et Simon, 2013), les consommateurs des soins, les patients (mères, enfants) (Pourchez, 2011), les remèdes et notamment les plantes (Lefèvre, 2009) ou encore le « décalage et les discontinuités entre politiques et modèles sanitaires globaux et pratiques et significations locales » (Gobatto, 2003, cité dans Pordié et Simon 2013).

Plusieurs axes pourront être explorés dans cet ouvrage : les modes d’hybridation dans les pratiques de soins « ancestrales » (divination, possession, rituels faisant intervenir les ancêtres…) ainsi que leur intégration et leur coopération avec les pratiques de biomédecine ; le recours aux remèdes néotraditionnels et leur intégration dans les institutions hospitalières ; la pratique et la réinterprétation des « médecines parallèles et alternatives » dans la zone géographique concernée ; enfin l’impact de la dimension religieuse dans les formes d’hybridation, les recours pluriels sur la santé publique. Il s’agira de questionner, dans une approche socio-anthropologique, ces différents sujets et de mettre en lumière les enjeux à la fois sanitaires, économiques et politiques qui en découlent, dans le contexte politique et sanitaire actuels et respectifs des zones ciblées. Les notions de « tradition » (souvent critiquée en anthropologie) et de « médecine » mériteront d’être discutées afin d’être intégrées au mieux dans le contexte socio-politique et économique actuel. Il s’agira également de questionner le champ des savoirs afin de saisir les enjeux vécus par les thérapeutes et leurs patients dans l’utilisation de techniques de soins décontextualisés et de fait réappropriés dans des mondes sociaux étrangers. Des études de cas pourront révéler les possibles (ré)appropriations des savoirs venus d’ailleurs et leur incorporation dans un champ de savoirs traditionnels, notamment en choisissant des techniques de soins considérés comme bonnes et efficaces. Un double registre est possible lorsque les thérapeutes utilisent des connaissances autochtones et dites ancestrales et d’autres étrangères considérées comme efficaces. Ainsi, les auteurs pourront questionner des notions comme celles de bricolage, d’entre-deux, d’hybridation de savoirs anciens, étrangers, autochtones ou dits modernes.

Nous souhaitons réunir une quinzaine d’auteurs de disciplines variées de sciences humaines qui proposent une approche qualitative de leurs données et de leurs objets d’étude. Des ethnographies et études de cas sont les bienvenues pour traiter de ces questions des pratiques de soins et du champ des savoirs (utilisation, sauvegarde, transmission, etc.). Il s’agit également de mettre en lumière et de rendre accessibles les travaux de chercheurs malgaches, comoriens, etc., (ou originaires de cette zone géographique) qui ne sont pas toujours inscrits dans une dynamique de valorisation hors de leurs frontières.

            Pour conclure, l’objectif de cet ouvrage sera d’enrichir les connaissances en anthropologie de la santé et en anthropologie des savoirs sur cette aire géographique, en apportant un éclairage contemporain sur les hybridations et les « néopratiques » en matière de dispenses de soins et de recours aux savoirs étrangers et autochtones.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.