A propos Violaine Tisseau

Chargée de recherche au CNRS au sein de l'IMAf (UMR 8171). Spécialisée en histoire sociale, elle a soutenu en 2011 une thèse d'histoire, à l'université Paris Diderot et publiée chez Karthala en 2017 (Être métis en Imerina (Madagascar), aux XIXe et XXe siècles). Elle poursuit actuellement des recherches sur l'histoire de la famille dans l'île et sur les travailleurs et travailleuses domestiques.

1er déc. : conférence Delphine Burguet, Société des Africanistes

Conférence D. BurguetDans le cadre des conférences de la Société des Africanistes, Delphine Burguet présentera ses travaux, le 1er décembre autour d’une présentation intitulée :

Les devins-guéris­seurs à Mada­gas­car. Pouvoir et contre-pouvoir au fil du temps

La confé­rence présente l’une des figures histo­riques majeures du paysage reli­gieux et socio-poli­tique malgache, une figure ambigüe et complexe ratta­chée au statut de celui que l’on nomme commu­né­ment « devin-guéris­seur ». Appelé ombiasy, le mpimasy ou encore le mpana­zary est, histo­rique­ment, un acteur central dans la gestion commu­nau­taire au côté des souve­rains et chefs tradi­tion­nels et est « l’homme de la synthèse ». Ce person­nage bien ancré dans des pratiques locales et ances­trales connaît toute­fois, au fil du temps et en fonc­tion des projets poli­tiques, tout autant le respect, le pres­tige et la puis­sance que la crainte et le rejet. Figure centrale pour les tradi­tio­na­listes, il est aujourd’­hui situé en péri­phé­rie des enjeux sociaux, reli­gieux, médi­caux et poli­tiques.

Informations pratiques :

Le jeudi 1er décembre à 18h
Musée du Quai Branly, Atelier n°1

 

Séminaire océan Indien – 24 nov. : C. Lavrad-Meyer

La prochaine séance du séminaire océan Indien – dont vous trouverez en pièce jointe l’ensemble du programme – aura lieu le jeudi 24 novembre de 17h à 19h, avec une intervention de :

Cécile Lavrard-Meyer (Sciences Po-Paris)

Stratégies d’acteurs, complicité institutionnelle et délégitimation du politique à travers une mémoire d’État à Madagascar

Vous y êtes toutes et tous les bienvenu.es. N’hésitez pas à partager l’information.

Lieu : Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, Paris, 8e étage, salle 864, métro Bibliothèque F. Mitterrand, L. 14.

Programme 2016-2017 : Séminaire océan Indien, 2016-2017

Séminaire océan Indien, 17 novembre : V. Acking, “L’expérience chagossienne : un univers ti kréol en marge de Maurice ?”

La prochaine séance du séminaire océan Indien aura lieu le jeudi 17 novembre de 17h à 19h, avec une intervention de :

Véronique Acking (CESSMA),

“L’expérience chagossienne : un univers ti kréol en marge de Maurice ? “

Vous y êtes toutes et tous les bienvenu.es. N’hésitez pas à partager l’information.

Lieu : Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, Paris, 8e étage, salle 864, métro F. Mitterrand, L. 14.

14 novembre : conférences au CROIMA (INALCO)

Deux conférences auront lieu le lundi 14 novembre, à l’INALCO, à partir de 18h30 :

Radama 1er, fondateur de l’écriture malgache moderne
Présentation de l’ouvrage par son auteur,
Linah Ravonjiarisoa, CROIMA-ASIEs

Armée et valeurs nationales à Madagascar
Par Nathalie Lolona Razafindralambo, maître de conférences, Faculté des lettres et sciences humaines, Université d’Antananarivo

Date : 14 novembre, à 18h30.

Lieu : Amphi 2 – Inalco, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

3 nov. : Clélia Coret (IMAf), “Les chroniques swahili : entre objet d’histoire et sources historiques”

La prochaine séance du séminaire océan Indien aura lieu le jeudi 3 novembre de 17h à 19h, avec une intervention de :

Célia Coret (Paris I-IMAf)
“Les chroniques swahili : entre objet d’histoire et sources historiques”

Vous y êtes toutes et tous les bienvenu.es. N’hésitez pas à partager l’information.

Lieu : Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, Paris, 8e étage, salle 864, métro F. Mitterrand, L. 14.

Intervention de Rafael Thiebaut

Dans le cadre du séminaire Sociétés de l’océan Indien de l’université Paris Diderot, Rafael Thiebaut, doctorant à l’IMAf, présentera une intervention intitulée :

“Madagascar aux XVIIe-XVIIIe siècles,

à travers la documentation européenne sur la traite des esclaves”

La séance aura lieu ce jeudi 20 octobre, de 17h à 19h, dans le bâtiment Olympe de Gouges de l’université Paris Diderot. Vous y êtes les bienvenu.es.

Date : 20 octobre, de 17h à 19h.

Lieu : Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, Paris, 8e étage, salle 864, métro F. Mitterrand, L. 14.

Programme du 1er semestre :

  • 3 nov. : Clélia Coret (IMAf), Les chroniques swahili : entre objet d’histoire et sources
    historiques
  • 17 nov. : Véronique Acking (CESSMA), L’expérience chagossienne : un univers ti kréol en marge de Maurice ?
  • 24 nov. : Cécile Lavrard-Meyer (Sciences Po-Paris), Stratégies d’acteurs, complicité
    institutionnelle et délégitimation du politique à travers une mémoire d’État à Madagascar
  • 8 déc. : Mathieu Claveyrolas (CNRS-CEIAS), Ethnographier la vie religieuse
    mauricienne: le village de Queen-Victoria

Klara Boyer-Rossol : « Histoire et Mémoires des Makoa à l’Ouest de Mada­gas­car » – Musée du quai Branly, 3 nov.

Le 3 novembre prochain, Klara Boyer-Rossol, docteure en histoire de l’université Paris Diderot et lauréate du prix de thèse 2015 Suzanne CESAIRE du Comité National pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage, présentera ses travaux lors d’une conférence au Musée du Quai Branly, auprès de la Société des Africanistes :

“Histoire et mémoires des Makoa à l’ouest de Madagascar”

Informations pratiques :

  • Quand ? 3 novembre 2016 à 18:00
  • Où ? Musée du Quai Branly, Atelier n°1

Résumé :

Au cours du XIXe siècle, plusieurs centaines de milliers de captifs ont été dépor­tés de l’Afrique orien­tale à Mada­gas­car, où ils ont été loca­le­ment asser­vis. Les « Masom­bika » ou « Makoa » appa­rais­saient à la Grande Île comme le seul groupe d’es­claves issu de la traite exté­rieure. Sur la côte Ouest, des habi­tants conti­nuent de trans­mettre le souve­nir de leurs ancêtres venus « d’au-delà des mers ». En se basant sur un croi­se­ment de sources orales et écrites, on se propose de retra­cer des trajec­toires d’an­ciens esclaves makoa, de l’in­té­rieur du conti­nent afri­cain jusqu’à Mada­gas­car. D’autres sources ont apporté des indi­ca­tions précieuses sur la construc­tion d’une ances­tra­lité makoa, comme les tombeaux fami­liaux ou encore les gestes rituels.

10 oct. – soutenance de thèse d’E. Rossé

Le 10 octobre prochain, Elisabeth Rossé soutiendra sa thèse en vue de l’obtention du doctorat en anthropologie, préparée à l’université Paris Ouest Nanterre la Défense et au Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC) sous la direction de Sophie Blanchy :

« Ancestralité et migrations urbaines. Le cas des Tandroy de Toliara (Madagascar) »

La soutenance aura lieu le lundi 10 octobre 2016 à 14h en salle B15 (Bâtiment B), sur le campus de l’université Paris Ouest Nanterre la Défense.

Le jury sera composé de :

  • M.  Michael LAMBEK, professeur, University of Toronto Scarborough, Canada (rapporteur)
  • M. Solofo Randrianja, professeur, Université de Toamasina, Madagascar (rapporteur, ne pourra être présent)
  • M. Marc-Eric GRUENAIS, professeur, Université de Bordeaux
  • M. Michael HOUSEMAN, Directeur d’études, Ecole pratique des hautes études
  • M. Laurent BERGER, maître de conférences, Ecole des hautes études en sciences sociales
  • M. Nicolas PREVOST, maître de conférences, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Résumé :

Cette thèse traite de la manière dont les Tandroy, population originaire de l’extrême Sud de Madagascar, produisent leurs identités collectives en situation de migration urbaine dans la ville de Toliara. Les Tandroy, qui vivent depuis près d’un siècle en état de circulation à travers l’île, sont le plus souvent assignés à un statut de migrants précaires, pour lesquels la ville demeure un espace étranger. Je montre, à travers une ethnographie de situations rituelles, comment la migration peut être considéré comme un espace de transition, dans lequel se joue le passage d’un état de mobilité à un état d’ancrage. Je montre également comment ce passage implique la remise en cause d’une identité collective construite avec la colonisation et cristallisée au début des années 1970, époque où éclate dans le Sud une révolte paysanne menée par Monja Jaona, leader politique tandroy d’envergure nationale. Mes enquêtes se situent dans deux domaines, celui de la politique et celui de la possession. Dans les deux cas, l’ancrage en ville s’exprime de manière paradoxale à partir du maniement de symboles ancestraux pourtant fragilisés par le phénomène migratoire et jugés inadaptés à l’espace urbain : le poteau sacrificiel hazomanga et l’esprit de possession kokolampo. Je m’intéresse à la manière dont ces éléments participent à l’élaboration de constructions symboliques confrontant des catégories identitaires articulées à l’expression d’une mémoire collective, et je porte une attention particulière à la musique produite dans les situations ethnographiées, laquelle peut amener à une forme alternative de relation à l’identité collective, favorisant l’expérience de l’ancrage.

Colloque : L’engagisme dans les colonies européennes, XIXe-XXIe s. (Nantes, 20-21 oct.)

A l’initiative de Virginie Chaillou-Atrous, un colloque international consacré à l’engagisme dans les colonies européennes aura lieu à Nantes, les 20 et 21 octobre prochains, au château des Ducs de Bretagne. Plusieurs communications concernent l’océan Indien, en particulier :

  • Michèle Marimoutou (CRHIA, Université de Nantes), “Survivre dans les lazarets de quarantaine des Mascareignes au XIXe siècle”
  • Satyendra Peerthum (University of Mauritius / Aap ravasi Ghat Trust Fund), “‘Determined and Relentless’: A study of the resistance, community and Identity formation, and the woldviews of the Mozambican Liberated Africans in Mauritius with comparative perspectives during the age of indenture (1856-1914)”
  • Lou Kermarrec (CEIAS, EHESS), “Jardins, savoirs et transmission : le rapport au végétal dans les dynamiques identitaires et mémorielles des Indiens de la Guadeloupe et de La Réunion”
  • Son Excellence l’ambassadrice Manju Seth, “Identity, culture, religion and communitarian attitudes, transmission process, memories amongst the Indian indentured labour and their descendant in Reunion island”
  • Corinne Forest (Aapravasi Ghat Trust Fund, Ile Maurice), “Patrimoine et mémoire à l’Ile Maurice : l’Aapravasi Ghat, site du patrimoine mondial au cœur des dynamiques de restitution du passé colonial”
  • Mathieu Claveyrolas (CNRS), “La plantation mauricienne comme lieu de mémoire : histoire collective et histoire individuelle des descendants d’engagés au XXe siècle”
  • David Gagneur (IHOI, Département de La Réunion), “Un lieu de mémoire virtuel ? L’apport des sources iconographiques à l’histoire de l’engagisme : l’Iconothèque historique de l’océan Indien”
  • Jessica Play (Lazaret de La Grande-Chaloupe, Département de La Réunion) : “Restauration et réhabilitation des lazarets de La Grande-Chaloupe”
  • Nadia Dutreuil (Lazaret de La Grande-Chaloupe, Département de La Réunion) : “Médiation culturelle au sein du Lazaret de La Grande Chaloupe”

Informations complètes via ce lien.

Programme détaillé.

Colloque : Cartographies du sud-ouest de l’océan Indien (Saint-Denis, 15 sept.)

Ce 15 septembre a lieu à l’université de Saint-Denis de la Réunion un colloque consacré aux ressources cartographiques concernant le sud-ouest de l’océan Indien, faisant intervenir chercheurs et professionnels des archives et de la documentation.

Pour information, le programme est à suivre :

Table 1 : Histoires…

Présidence : Xavier LE TERRIER

  • La représentation du sud-ouest de l’océan Indien dans les mappemondes arabo-persanes d’avant le XVIe siècle. (Serge BOUCHET )
  • Les cartes anciennes de La Réunion. Quelle histoire, quelles perspectives ?  (Christian GERMANAZ)
  • La carte, objet civilisationnel ? L’expression cartographique dans le champ des études de civilisation, l’exemple du Sri Lanka . (Vilasnee TAMPOE)
  • L’histoire contemporaine de La Réunion à travers les cartes topographiques. (Fabien BRIAL)

Table 2 : Ressources…

Présidence : Marcel-Alain VAUTHIER

  • Les cartes du sud-ouest de l’océan Indien aux Archives nationales d’outre-mer. ( Béatrice OLIVE)
  • Les ressources cartographiques sur l’océan Indien aux Archives départementales de La Réunion. ( Damien VAISSE)
  • Les ressources cartographiques sur l’océan Indien conservées par les institutions malgaches. ( Bodoarimanana RAMAMBAHASINA)

Table 3 : Pratiques cartographiques contemporaines…

Présidence : Télésphore BROU

  • Cartographie et volcan. De l’image à la science. ( Nicolas VILLENEUVE)
  • « Faire » des cartes pour l’édition scientifique : entre contraintes et évolutions. (Emmanuel MARCADÉ)
  • Les Mascareignes : des ateliers de toponymes. ( Jean-Cyrille NOTTER)
  • La cartographie des espaces maritimes au prisme de la géographie scolaire. ( Sylvain GENEVOIS)

Table 4 : De l’atlas…

Présidence : François TAGLIONI

  • L’Atlas historique du sucre Xavier. ( LE TERRIER)
  • L’Atlas de La Réunion (CEGET/CNRS). ( Wilfrid BERTILE)
  • Présentation du montage du projet d’Atlas de La Réunion dans le sud-ouest de l’océan Indien, du point de vue de l’instance régionale ( David LORION)
  • Un atlas pour la Nouvelle-Calédonie. ( Jean-Christophe GAY)

programme-gs-def-web

Séminaire Paris 7 – 19 mai : Laurence Pourchez, “Refaire le corps de l’enfant en société créole”

La prochaine séance du séminaire “Histoire des sociétés du sud-ouest de l’océan Indien” aura lieu ce jeudi 19 mai de 17h à 19h.

Laurence Pourchez (INALCO-CESSMA) y présentera une communication intitulée : “Refaire le corps de l’enfant en société créole”.

Informations pratiques :

  • Jeudi 19 mai, 17h-19h
  • Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, 8e étage, salle 864 (métro F. Mitterrand, L. 14)

 

 

5 février : Interventions de Clélia Coret et Samuel F. Sanchez – Séminaire Histoire de l’Afrique orientale, de la Mer Rouge et de l’océan Indien

La prochaine séance du séminaire “Histoire sociale de l’Afrique Orientale, de la Mer Rouge et de l’Océan indien, XIXe-XXe siècles : archives, corps, subjectivités” aura lieu ce vendredi 5 février de 14 h à 17 h. Elle est intitulée “Temporalités et usages du passé” et sera modérée par Elena Vezzadini (CNRS – IMAf). Nous écouterons les interventions de Clélia Coret et Samuel F. Sanchez. Toutes les informations ci-dessous !

Informations pratiques:

  • Vendredi 5 février, 14h-17h
  • Salle du conseil B, R-1, 190-198 av de France, 75013 Paris

Intervenants:

  • Clélia Coret, doctorante IMAf: “L’histoire de l’histoire : retour sur les chroniques de Pate. Écriture de l’histoire et usages du passé au nord de la côte swahili au XIXe siècle”

Au début du XXe siècle, plusieurs versions de la chronique de Pate voient le jour dont certaines sont publiées pour la première fois. Le statut de ces documents a par la suite fait l’objet d’importants débats parmi la communauté scientifique. D’abord considérés comme trop partisans de la dynastie au pouvoir dans la cité-État de Pate (les Nabahani), et donc insuffisamment fiables en tant que sources historiques, ils ont ensuite été réexaminés et reconnus comme un corpus documentaire crédible pour renseigner, d’une part, l’histoire de Pate et ses relations avec les autres cités-États swahili, et, d’autre part, les pratiques locales d’écriture de l’histoire. Toutefois, les questionnements autour de ces chroniques n’ont pas complètement pris en compte le contexte de production, voire de gestation, entamé au siècle précédent. Les chroniques semblent l’aboutissement d’un long processus d’écriture de l’histoire constitué d’ébauches et d’hésitations, formé par à-coups et tâtonnements. Des temps d’accélération s’observent au cours du sultanat de Witu (1862-1890), fondé par une faction des Nabahani ayant fuit Pate, et durant le bref épisode du protectorat allemand (1885-1890). Il s’agit de deux temps incontournables du « laboratoire » de fabrication des chroniques, dans la mesure où le passé y est régulièrement sollicité pour légitimer les revendications politiques et territoriales des Allemands et des Nabahani. L’histoire de l’histoire fait alors apparaître d’autres versions, oubliées, étouffées, presque effacées, mais dont certaines sont encore accessibles grâce aux archives allemandes.

  • Samuel F. Sanchez, Post-Doc DIAL (IRD – Univ. Paris Dauphine): “Les murmures de la reine. Possessions et historicités dans le Nord-Ouest de Madagascar”

Cette communication est un retour sur mon expérience de terrain, au cours de mon travail sur l’histoire des sociétés malgaches du Nord au XIXe siècle. Dans un objectif d’histoire sociale, l’abondance des sources écrites européennes permet d’établir une chronologie et d’amasser et dater de nombreuses données. Pourtant, la dimension sensible et vécue par les habitants des périodes étudiées n’apparait que fortuitement, et de manière détournée, à travers les sources écrites, produites la plupart du temps par des Européens de passage (coloniaux, marins, missionnaires) ou des agents de l’armée du Royaume de Madagascar. Comment donc dépasser le monopole de l’énonciation des faits passés, détenu par les bureaucraties européennes et malgaches ? Est-il possible de restituer le point de vue des acteurs malgaches du Nord au milieu du XIXe siècle ? Si oui, quelle méthode suivre ? La méthode de l’histoire orale peut s’orienter vers des formes actuelles et locales d’expression de l’histoire, toujours vivantes. Dans le Nord-Ouest de Madagascar, un des principaux vecteurs d’historicité communautaire reste les phénomènes de possession saha ou tromba. Les possédés incarnent des ancêtres prestigieux, généralement anciens souverains, et jouent un rôle important dans les milieux politico-religieux du Nord-Ouest.

Après avoir défini les différents types de possessions et leur rôle dans la société malgache, j’aborderai trois points :
Il s’agit d’abord de déterminer le poids des historicités locales dans l’historiographie. Les historiens de Madagascar se sont, depuis le XIXe siècle, appuyés sur des sources orales –souvent sans le dire explicitement- tirées des milieux monarchiques pour bâtir des chronologies et des généalogies de l’histoire de Madagascar. Il y a donc une histoire de l’histoire à faire, dont le socle est souvent l’oralité. Une lecture critique de l’historiographie permet d’analyser la construction d’un savoir historique bien plus connecté qu’il n’en a l’air à l’historicité propre aux milieux dynastiques malgaches (et en particulier à l’ancestralité).
Ensuite, je reviendrai sur mon expérience particulière et l’usage que j’ai fait d’un récit collecté à Nosy Be auprès d’une possédée royale (saha). Le témoignage d’une reine trépassée en 1845, par la bouche du medium, décrit de manière vivante et métaphorique l’arrivée des Français dans le Nord-Ouest de Madagascar. Que nous enseigne concrètement ce récit d’un point de vue historique ? Peut-on faire une histoire connectée de cette période à partir de ce type de manifestation ?
Enfin, je m’interrogerai sur les différents régimes d’historicités et de rapports au temps qui s’expriment à travers l’expérience de la possession. Quel est le rapport à l’histoire entretenu dans les milieux monarchiques malgaches, où l’ancestralité est un socle de compréhension du monde ? La relativité des temporalités incite à une réflexion sur le rapport au temps (et à l’histoire) dans un contexte de globalisation.

Séminaire Histoire de l’Afrique orientale et de l’océan Indien

La prochaine séance du séminaire “Histoire sociale de l’Afrique Orientale, de la Mer Rouge et de l’Océan indien, XIXe-XXe siècles : archives, corps, subjectivités” (IMAf) sera consacrée aux arts. Pauline Monginot, en particulier, y présentera ses travaux de recherche.

N’hésitez pas à venir. vous y êtes les bienvenu-e-s !

Toutes les informations à suivre ci-dessous.

Informations pratiques : Séance du 8 janvier 2016, de 14h à 17h
Bâtiment Le France, salle du conseil B, R-1, 190-198 av de France, 75013 Paris

« Créer c’est résister » : Art, politique et histoire

Hervé Maupeu, maître de conférences, UPPA, LAM UMR 5115, herve.maupeu@univ-pau.fr

« Chansons et élections générales au Kenya : le cas de Joseph Kamaru ».

Joseph Kamaru est l’un des pères-fondateurs du benga kikuyu, un genre musical particulièrement populaire des années 60 aux années 2000. A l’occasion des trois premières élections générales multipartisannes (1992-1997 & 2002), il a diffusé des cassettes commentant le processus électoral à travers des prêches chantés. Nous situerons cette pensée dans le cadre du renouveau du nationalisme kikuyu et nous expliquerons l’évolution de sa réflexion d’un scrutin à l’autre, notamment en fonction du champ des acteurs politiques.

Bibliographie :

Hervé Maupeu, « L’intellectuel populaire et l’imaginaire politique gikuyu. Le cas de Joseph Kamaru (Kenya) », in Kouvouama & Al. (Dir.), Figures croisées d’intellectuels Trajectoires, modes d’action, productions (Paris, Karthala, 2007, pp.161-182).

Hervé Maupeu, (avec Mbûgua wa-Mûngai), « La politique des bars gikuyu de Nairobi », Cahiers d’études africaines, XLVI, 2006, 182, pp.313-331.

 

Pauline Monginot, doctorante CESSMA, Université de Paris 7, pauline.monginot@gmail.com

 « De la représentation à la suggestion : quand les tableaux révèlent l’intimité des peintres malgaches »

Dans la première moitié du vingtième siècle, les artistes peintres des Hautes Terres malgaches cherchent définir les contours de leur identité dans une société où se superposent normes merina et ordre colonial. Après l’ouverture d’une école des Beaux-arts à Antananarivo en 1914 et le développement d’un marché de l’art colonial, le modèle assigné aux peintres malgaches semble être celui de l’artiste démiurge occidental. Ainsi, les rapports d’enseignement coloniaux autant que les critiques d’expositions publiées dans la presse rendent compte d’une volonté de les faire correspondre à cette figure européenne. Or, si les archives les désignent comme tels, l’étude de leurs productions ouvre d’autres perspectives. Le choix des sujets iconographiques peut être interprété comme un moyen de s’approprier une identité étrangère et de l’adapter aux codes de la société malgache. S’ouvre alors une réflexion sur l’usage des tableaux comme une source historique essentielle pour comprendre la façon dont les peintres malgaches ont revendiqués la singularité de leur identité artistique.

Modératrice, Christine Douxami, chrisluabela@yahoo.fr

MCF en arts du spectacle à l’Université de Franche-Comté et chercheure titulaire à l’EHESS Membre du site Raspail de l’IMAF