Journée « Historiographie et mémoire », autour de 1947, Université d’Antananarivo

Le Département d’Histoire de l’Université d’Antananarivo, en partenariat avec l’Institut Français de Madagascar, organise une journée d’études et d’échanges autour du thème « Historiographie et mémoire ».

Informations pratiques :

  • Date : Mardi 28 mars 2017, à partir de 9 heures$
  • Lieu : Amphi 24, Faculté des Lettres et Sciences Humaines

 

Programme

  • Matinée

9h.00-9h.15 : Prise de parole

-Le Responsable de la mention histoire

-Le Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université d’Antananarivo

– Le Président de  l’Université d’Antananarivo

9h.15-10h.45

– Lucile Rabearimanana, Professeure titulaire: «L’insurrection de 1947 : le point des connaissances, les recherches entreprises et celles à entreprendre»

– Sylvie Andriamihamina, Directrice des Archives nationales : «Le fonds 1947 aux Archives nationales de Madagascar et ailleurs»

– Didier Nativel, Professeur, Université Denis Diderot, Paris 7 : «1947 : entre histoire nationale et perspectives croisées. Mémoires, écritures de l’histoire, comparaison »

Modératrice : Faranirina Rajaonah, Professeure émérite

10h.45-11h.45 : Échanges et débats

11h.45-12h.45 : Pause

  • Après-midi

13h.00h-14h.30

– Felandzohary Razanakolona, historienne et Rolland Raparivo, artiste-peintre : Présentation du tableau «Ny Fandosirana, mars 1947»

– Jeannot Rasoloarison et Denis Alexandre Lahiniriko, Maîtres de conférences : «L’insurrection de 1947 à travers le programme scolaire malgache»

– Frédérique Andriamaro et Roland Rakotovao, Maîtres de conférences : Présentation du film «La perception des jeunes universitaires de la commémoration du 29 mars 1947»

Modératrice : Lolona Razafindralambo, Maître de conférences

14h.30-15h.30 : Échanges et débats

16h.00 :  Synthèse  et clôture

15h.30-16h.00 : Synthèse et clôture

10 mars 2016 : Histoire sociale de l’Afrique orientale, de la mer Rouge et de l’océan Indien

Histoire sociale de l’Afrique orientale, de la mer Rouge et de l’océan Indien

Séance du 10 mars 2016, 15h à 18h
Salle des artistes, Rdc, 96 bd Raspail, 75006 Paris

- Elke Stockreiter, American University, Washington, DC, Dept. of History
Islamic Law, Gender, and Social Change in Post-Abolition Zanzibar

Résumé :
This paper draws on Islamic court records to offer new insights into Zanzibar’s social and legal history during the British colonial period (1890-1963). Based on these hitherto unexplored sources, it revises our understanding of gender roles in a Muslim marriage and within the household. It further challenges studies on slavery and female exclusion from the economic and legal sphere on the East African coast, as the court records demonstrate the ubiquity and social acceptability of female economic agency. They also shed new light on litigants’ use of Islamic courts as well as on Muslim and British colonial officers’ approaches toward Islamic law. Although British interference with Zanzibar’s judiciary dates back to the early nineteenth century, the paper argues that Muslim judges maintained their autonomy within the sphere of family law throughout the colonial era. Contrary to the opinions of scholars and the Zanzibaris themselves, Muslim judges were advancing women’s and ex-slaves’ rights long before the post-colonial period, thereby indicating that class was a more important determinant of women’s identities than gender. The sources further allow us to better understand an important shift in Muslim identity that occurred in the colonial period : whereas Zanzibari Muslims had seen themselves primarily through the lens of religion in the nineteenth century, by the early twentieth century, after the vast majority of freed slaves had adopted Islam, they began to view themselves through the lens of ethnicity. The increasing focus on ethnicity, together with underlying tensions between former slave owners and newly freed slaves, contributed to the outbreak of the revolution of 1964, which ousted the Omani Arab oligarchy.

- Ismail Warscheid, IRHT-CNRS
Translating normative discourse into social facts : Islamic legal literature and the making of society in premodern Western Africa (Mauritania, Mali, southern Algeria)

Résumé :
For several decades now, Islamic legal literature has been serving as a source for the social and cultural history of pre-modern Muslim societies. At the same time, a range of scholars has also raised important methodological caveats by stressing the fact that legal sources are foremost normative texts. When discussing local issues in the language of the fiqh, the intention of Muslim jurists is not so much to preserve the cultural memory of their communities as to think of these issues as a normative problem that, at one moment, has come up either as a case (rafaʿat al-nāzila) or as a generic question (masʾala). In my presentation, I would like to take a step further by examining how normative propositions elaborated by Muslim jurists from the Western Sahara between the seventeenth and the nineteenth centuries affected social interaction between local pastoral groups. Texts to be discussed are, among others, the Nawāzil of al-Sharīf Ḥamāh Allāh from Tishit (d. 1755), the Ghunya compiled in the Algerian Tuwat oasis during the first half of the nineteenth century, and the Kitāb al-Bādiya written by the Mauritanian nomadic scholar Muḥammad al-Māmī (d. 1865-6).

http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article1917

Memories of Madagascar and Slavery in the Black Atlantic

Wendy Wilson-Fall et Michael Gomez, Memories of Madagascar and Slavery in the Black Atlantic, Ohio University Press, 2015, 245 p.

From the seventeenth century into the nineteenth, thousands of Madagascar’s people were brought to American ports as slaves. In Memories of Madagascar and Slavery in the Black Atlantic, Wendy Wilson-Fall shows that the descendants of these Malagasy slaves in the United States maintained an ethnic identity in ways that those from the areas more commonly feeding the Atlantic slave trade did not. Generations later, hundreds, if not thousands, of African Americans maintain strong identities as Malagasy descendants, yet the histories of Malagasy slaves, sailors, and their descendants have been little explored.

Wilson-Fall examines how and why the stories that underlie this identity have been handed down through families?—?and what this says about broader issues of ethnicity and meaning-making for those whose family origins, if documented at all, have been willfully obscured by history.

By analyzing contemporary oral histories as well as historical records and examining the conflicts between the two, Wilson-Fall carefully probes the tensions between the official and the personal, the written and the lived. She suggests that historically, the black community has been a melting pot to which generations of immigrants?—?enslaved and free?—?have been socially assigned, often in spite of their wish to retain far more complex identities. Innovative in its methodology and poetic in its articulation, this book bridges history and ethnography to take studies of diaspora, ethnicity, and identity into new territory.

“This innovative study marries two very divergent sources of knowledge—historical documentation from the era of the slave trade with the narratives of remembrance of ancestors from the present—to reveal a compelling story that links Madagascar with colonial North America and the struggles of the descendants of Malagasy immigrants to retain an identity that was endangered through slavery.” —Paul E. Lovejoy, Distinguished Research Professor, York

Toronto/McGill Madagascar Workshop, October 12-14, 2017

Dear Colleagues:

We are pleased to announce the 12th “Toronto/McGill Madagascar Workshop,” which will be held at the University of Toronto, October 12-14, 2017. This workshop aims to bring together anthropologists, historians and other scholars who share an interest in Madagascar and its diaspora, and to provide a forum for participants to share current research and ideas.

The meeting will include formal presentations and informal discussion centered around thematic sessions as well as a conference dinner. We are pleased to announce that the keynote speaker will be documentary filmmaker Marie-Clémence Paes. The workshop will include a screening of her film, Passé sous silence (Madagascar 1947) at the Alliance Française on Thursday evening, October 12th. Workshop sessions will take place on Friday October 13th (and possibly Saturday October 14th, depending on the final number of participants).

The workshop organizers invite participants to present research on any topic related to the study of Malagasy society, language, and people. Poster presentations or related modes of visual display are also invited for consideration. Potential participants should indicate their interest to Sarah Gould and submit a provisional title and short abstract by June 15, 2017.

There are no registration fees, however participants will be expected to cover their own travel costs. We have reserved a block of rooms at the Holiday Inn Toronto (Bloor Yorkville) at a reduced conference rate.

For further information and updates, please see the 2017 workshop website: https://madagascarworkshop2017.wordpress.com/ or contact Sarah Gould (at MadagascarWorkshop@gmail.com).

Kindly circulate this notice to any other parties, including students, who might be interested in participating. We look forward to the workshop and hope to see you in Toronto!

 

 

Welcome to the 2017 Madagascar Workshop!

Summer School-2017 : British Institute in Eastern Africa’s Advanced Research Methods (Nairobi)

The British Institute in Eastern Africa (www.biea.ac.uk ) is accepting applications to its three-week 2017 Summer School in Kenya.

Registration deadline is on 31st March 2017 while the payment deadline is on 30th April 2017

The Summer School targets graduate students from the humanities and social sciences departments from across the world. The aim is to provide advanced practical and field-based training in research methods. The students will spend ten days in the field putting into practice various research methods.

 

Modules on offer include: Approaches to African Studies by various Disciplines (Anthropology, Archaeology, History and Political Science); Introduction to field research; Practical sampling, mapping and village surveys exercises; Practical ethnographic field work exercises; Practical oral and life history interviewing and focus group discussion exercises and; Ethics, permits and practicalities of doing research in Africa.

 

Apply at: http://www.biea.ac.uk/summerschool/apply-now/

 

For more information, see brochure attached and/or get in touch with us through: summerschool@biea.ac.uk or cynthia.olouasa@biea.ac.uk

 

Many thanks,

 

Cynthia Olouasa

Project Development Officer

British Institute in Eastern Africa

 

British Institute in Eastern Africa Summer School 2017 Brochure

British Institute in Eastern Africa Summer School 2017 Brochure

7 mars 2017 : projection de « ZANA-BAHOAKA – Le néo rebelle malagasy » à l’université Paris Descartes

Le 7 mars 2017 à 17h30 à l’université Paris Descartes (45 rue des Saints Pères à Paris), le Ceped a le plaisir de vous inviter à la prochaine séance du Ceped fait son Cinéma où sera présenté le film « ZANA-BAHOAKA – Le néo rebelle malagasy ».

 

La projection du film en présence des réalisateurs Alban Biaussat & Michel Tabet, avec la collaboration scientifique de Mireille Razafindrakoto (IRD-DIAL), Francois Roubaud (IRD-DIAL) et Jean-Michel Wachsberger (université Lille 3-DIAL), sera suivie d’un débat.

 

Entrée libre, sans inscription.

 

Résumé

«Zana-bahoaka – le néo rebelle malagasy» a été réalisé en 2015-2016 dans le cadre d’un projet d’étude sur les perceptions et attentes citoyennes concernant l’exercice du pouvoir à Madagascar. Ce projet, imaginé et orchestré par Collateral Creations avec le soutien de l’Union européenne, combine deux approches complémentaires : quantitative et qualitative. Il a été mené par une équipe mixte de réalisateurs travaillant avec trois chercheurs de DIAL/IRD en collaboration avec l’Institut National des Statistiques de Madagascar.Le film pose la question de la capacité de contestation populaire dans le contexte de récession économique continue et de crises socio-politiques récurrentes dans le pays. Il souligne les tensions entre valeurs traditionnelles de vivre ensemble et l’exercice d’un esprit critique individuel nécessaire au fonctionnement démocratique. Une courte vidéo « bonus » a également été réalisée pour relayer les commentaires des chercheurs dans le prolongement de cette démarche scientifique et documentaire. Le projet se poursuit aussi bien dans sa dimension méthodologique qu’analytique.

 

«Zana-bahoaka – le néo rebelle malagasy», 26min, 2016

Equipe :

Alban Biaussat (producteur & co-réalisateur, Collateral Creations)

Michel Tabet (co-réalisateur et anthropologue visuel, Collateral Creations)

Mireille Razafindrakoto (économiste, DIAL-IRD)

François Roubaud (économiste, DIAL-IRD)

Jean-Michel Wachsberger (sociologue, DIAL).

 

Restitution

Le film et l’étude ont été restitués lors de l’Université d’Hiver Austral en Sciences Sociales organisée par l’IRD à Madagascar en juillet 2016. Un résumé de l’étude, le film et la vidéo « bonus » sont disponibles sur le site de Collateral Creations.

 

3 février – Séminaire « Histoire sociale de l’Afrique orientale, de la mer Rouge et de l’océan Indien »

La prochaine séance du séminaire « Histoire sociale de l’Afrique orientale, de la mer Rouge et de l’océan Indien » aura lieu le 3 février. Le séminaire est ouvert à tou.te.s, et peut être validé par les étudiant.e.s de master EHESS, Paris 1, etc.

Elara Bertho (Université Sorbonne Nouvelle – THALIM)

« Mises en scène et usages des archives en littérature. Autour de la Chimurenga (Zimbabwe) »

La confrontation de documents d’archives et d’œuvres littéraires permettra d’analyser les différents types de réutilisations de la production documentaire coloniale en littérature, et les modalités de leurs récritures. Nous montrerons comment la première Chimurenga (1894-1897), dans l’actuel Zimbabwe, devient un motif littéraire majeur au moment de la seconde Chimurenga (1966-1979) et reste une source d’inspiration importante après l’indépendance. L’articulation entre l’archive et la fiction (à travers un parcours des œuvres d’Yvonne Vera, Stanlake Samkange, Solomon Mutswairo, Chenjerai Hove) rend compte de processus mémoriels complexes, interrogeant les mécanismes d’écritures de l’histoire coloniale et des potentialités subversives du fait littéraire.

Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine)

« L’archive aux mains des écrivains : l’exemple du malgache Raharimanana et l’insurrection de 1947 »

Si l’historien fonde son travail sur des archives, qui, en tant que sources, sont respectées voire sacralisées, il est aussi en demeure de les contextualiser avant de les agencer selon un schéma narratif qu’il construit. Ces mêmes archives, entre les mains d’écrivains, d’artistes, qui ont d’autres méthodes pour d’autres objectifs, deviennent une matière à partir de laquelle se développe une création qui n’obéit plus aux contraintes des historiens. Cependant, la mention, voire la représentation de ces archives, quand elles apportent une caution scientifique à des œuvres poétiques, modifient de manière ambivalente la réception des œuvres littéraires.

Raharimanana est malgache ; il vit en France où il a écrit une série d’œuvres sur l’insurrection de 1947 en explorant diverses formes littéraires, toutes hybrides : roman (Nour, 1947, 2001), témoignage assorti de photos d’archives (Madagascar, 1947, 2007), commentaires de portraits d’anciens combattants (Portraits d’insurgés, 2011), pièces de théâtre (Rano, rano, 2015). Chaque fois, il utilise des archives mais les reprend, les associe à d’autres récits, les intègre à une réflexion plus générale et personnelle puis revendique dans des entretiens tantôt faire œuvre d’historien parce que « rien n’existe », tantôt s’approprier de manière libre des références communes. Nous nous proposons de présenter, en analysant ces méthodes, ces diverses publications afin de mettre en évidence ce qui relève de la stratégie, de la poétisation, de la falsification. Nous tenterons de comprendre les réceptions diverses (selon les pays et les milieux, les littéraires et les historiens) dont il bénéficie avant, en conclusion, d’ouvrir le débat sur les liens toujours complexes entre l’histoire et la  littérature.

Informations pratiques : Vendredi 3 février, de 14 h à 17 h, Salle de réunion de l’IMAf, 96 bd Raspail, 75006 Paris (entrée rue Notre-Dame-des-Champs)

Séminaire océan Indien (Paris Diderot – CESSMA), séance du 2 février, intervention de F. Bordelès

La prochaine séance du séminaire océan Indien aura lieu le jeudi 2 février de 17h à 19h, avec une intervention de :

Fabien Bordelès (ANOM)

Dommages et indemnisations de « l’entre-deux-guerres » malgache (1942-1947), à travers un nouveau fonds archivistique aux ANOM (Archives nationales d’outre-mer)

Lieu : Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, Paris, 8e étage, salle 864, métro F. Mitterrand, L. 14.

Appel à contributions : Regards croisés sur le patrimoine malgache, transmission et régénération d’un héritage vivant

Voici l’appel à communications pour un colloque international qui a lieu à l’Université de La Réunion, en février de cette année, sur le thème du patrimoine et de sa transmission :

« Regards croisés sur le patrimoine malgache, transmission et régénération d’un héritage vivant ».

Présentation rapide : « Ces journées de réflexion constituent le fruit de rencontres nées autour du film Songs for Madagascar de Marie Clémence et César Paes produit en 2016. Au vu de la richesse et de l’importance de la question du patrimoine, les principaux enjeux consistent dans la façon de maintenir vivant et même de continuer à façonner et de transmettre cet héritage partiellement ancré dans le passé. Il s’agit de le régénérer pour que les générations futures puissent se construire avec cet apport. « 

Date limite : 25 janvier.

15/12/2016 : Sarah Fee “Des tissus et des noms” : le commerce de tissus de luxe dans l’océan Indien occidental au 19e siècle (CROIMA-Inalco)

Jeudi 15 décembre, Sarah Fee, anthropologue, conservatrice au Royal Museum of Ontario, et spécialiste des textiles dans l’océan Indien, interviendra dans le cadre des séminaires du CROIMA (INALCO).

Titre de l’intervention : “Des tissus et des noms” : le commerce de tissus de luxe dans l’océan Indien occidental au 19e siècle

 Dates :
Jeudi 15 Décembre 2016 – 18:30

Lieu :

Inalco – Amphi 8

Le CROIMA-ASIEs vous invite à la séance de décembre 2016 de ses conférence mensuelles :

“Des tissus et des noms” : le commerce de tissus de luxe dans l’océan Indien occidental au 19e siècle

Par Sarah Fee, Conservatrice au Musée Royal de l’Ontario

http://www.inalco.fr/evenement/conferences-mensuelles-croima-asies-tissus-noms-commerce-tissus-luxe-ocean-indien

Exposition virtuelle : « Une famille malgache dans la guerre »

La bibliothèque du DEFAP, outre un conséquent fonds d’ouvrages, conserve photographies et lettres des envoyés de la Mission Protestante. C’est à partir de ces documents qu’une exposition virtuelle a été construite autour de la thématique de la Première Guerre mondiale, consultable via ce lien.

On y découvre l’expérience de la guerre d’un combattant malgache, les inquiétudes des membres de sa famille restés dans l’île et les liens et solidarités noués par le biais de la mission.

Un bel aperçu de la richesse des fonds du DEFAP et de ce que suivre des trajectoires familiales peut laisser entrevoir.

Compte rendu du workshop « Slave Trade in the Indian Ocean and Indonesian Archipelago Worlds (16th to 19th Century) »

Les 10 et 11 novembre a eu lieu le workshop  « Slave Trade in the Indian Ocean and Indonesian Archipelago Worlds (16th to 19th Century): New Research, Results and Comparisons » organisé par Matthias van Rossum, Titas Chakraborty et Ulbe Bosma à l’Instituut voor sociale geschiedenis (Institut pour l’histoire sociale – IISG) à Amsterdam. Les principaux axes étaient le volume, la dynamique et les sources de la traite des esclaves dans l’océan Indien.

Le but était de commencer à répondre à certaines questions, même des plus basiques, sur lesquelles nous n’avons que peu de connaissance. En effet, on sait encore peu de choses sur les origines des captifs, la répartition des sexes et des âges ni sur le nombre d’esclaves qui ont été victimes de la traite. Ces différents axes ont permis de croiser les sources concernant le rôle des acteurs, Européens et locaux, dans le temps et l’espace et a révélé la complexité des réseaux commerciaux multidirectionnels liant les quatre coins de l’océan Indien. Dans ce même sens quelques nouvelles méthodes pour estimer le volume ont vu le jour.

Les organisateurs ont réussi leur pari à faire venir quelques grands spécialistes tels que Richard B. Allen, Nigel Worden et Preben Kaarsholm. Ensemble avec une nouvelle génération de chercheurs des discussions très fructueuses ont eu lieu sur un sujet qui commence à recevoir de plus en plus d’attention du monde scientifique entier. Notamment sur l’avenir de cette discipline qui cumulera dès demain davantage de recherche, mais surtout d’unir les forces individuelles en croisant les différentes sources, ainsi que les diffnstitutionnelles comme avec la nécessité de créer une base de données sur la traite des esclaves. Cela  devrait se concrétiser au sein de l’IISG dans quelques années.

Ce workshop ne doit pas être vu comme un événement isolé et unique. C’est un premier pas vers l’avenir car déjà, un prochain workshop a été planifié en Suède pour septembre 2017 dont le thème sera les connexions entre l’asservissement et le commerce des esclaves.

Rafaël Thiébaut

Séminaire océan Indien (Paris Diderot-CESSMA), 8 déc. : M. Claveyrolas

La prochaine séance du séminaire océan Indien aura lieu le jeudi 8 décembre de 17h à 19h, avec une intervention de :

Mathieu Claveyrolas (CNRS-CEIAS)

Ethnographier la vie religieuse mauricienne : le village de Queen-Victoria

Vous y êtes toutes et tous les bienvenu.es. N’hésitez pas à partager l’information.

Lieu : Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, Paris, 8e étage, salle 864, métro F. Mitterrand, L. 14.

1er déc. : conférence Delphine Burguet, Société des Africanistes

Conférence D. BurguetDans le cadre des conférences de la Société des Africanistes, Delphine Burguet présentera ses travaux, le 1er décembre autour d’une présentation intitulée :

Les devins-guéris­seurs à Mada­gas­car. Pouvoir et contre-pouvoir au fil du temps

La confé­rence présente l’une des figures histo­riques majeures du paysage reli­gieux et socio-poli­tique malgache, une figure ambigüe et complexe ratta­chée au statut de celui que l’on nomme commu­né­ment « devin-guéris­seur ». Appelé ombiasy, le mpimasy ou encore le mpana­zary est, histo­rique­ment, un acteur central dans la gestion commu­nau­taire au côté des souve­rains et chefs tradi­tion­nels et est « l’homme de la synthèse ». Ce person­nage bien ancré dans des pratiques locales et ances­trales connaît toute­fois, au fil du temps et en fonc­tion des projets poli­tiques, tout autant le respect, le pres­tige et la puis­sance que la crainte et le rejet. Figure centrale pour les tradi­tio­na­listes, il est aujourd’­hui situé en péri­phé­rie des enjeux sociaux, reli­gieux, médi­caux et poli­tiques.

Informations pratiques :

Le jeudi 1er décembre à 18h
Musée du Quai Branly, Atelier n°1