Colloque : L’engagisme dans les colonies européennes, XIXe-XXIe s. (Nantes, 20-21 oct.)

A l’initiative de Virginie Chaillou-Atrous, un colloque international consacré à l’engagisme dans les colonies européennes aura lieu à Nantes, les 20 et 21 octobre prochains, au château des Ducs de Bretagne. Plusieurs communications concernent l’océan Indien, en particulier :

  • Michèle Marimoutou (CRHIA, Université de Nantes), « Survivre dans les lazarets de quarantaine des Mascareignes au XIXe siècle »
  • Satyendra Peerthum (University of Mauritius / Aap ravasi Ghat Trust Fund), “‘Determined and Relentless’: A study of the resistance, community and Identity formation, and the woldviews of the Mozambican Liberated Africans in Mauritius with comparative perspectives during the age of indenture (1856-1914)”
  • Lou Kermarrec (CEIAS, EHESS), « Jardins, savoirs et transmission : le rapport au végétal dans les dynamiques identitaires et mémorielles des Indiens de la Guadeloupe et de La Réunion »
  • Son Excellence l’ambassadrice Manju Seth, “Identity, culture, religion and communitarian attitudes, transmission process, memories amongst the Indian indentured labour and their descendant in Reunion island”
  • Corinne Forest (Aapravasi Ghat Trust Fund, Ile Maurice), « Patrimoine et mémoire à l’Ile Maurice : l’Aapravasi Ghat, site du patrimoine mondial au cœur des dynamiques de restitution du passé colonial »
  • Mathieu Claveyrolas (CNRS), « La plantation mauricienne comme lieu de mémoire : histoire collective et histoire individuelle des descendants d’engagés au XXe siècle »
  • David Gagneur (IHOI, Département de La Réunion), « Un lieu de mémoire virtuel ? L’apport des sources iconographiques à l’histoire de l’engagisme : l’Iconothèque historique de l’océan Indien »
  • Jessica Play (Lazaret de La Grande-Chaloupe, Département de La Réunion) : « Restauration et réhabilitation des lazarets de La Grande-Chaloupe »
  • Nadia Dutreuil (Lazaret de La Grande-Chaloupe, Département de La Réunion) : « Médiation culturelle au sein du Lazaret de La Grande Chaloupe »

Informations complètes via ce lien.

Programme détaillé.

Colloque : Cartographies du sud-ouest de l’océan Indien (Saint-Denis, 15 sept.)

Ce 15 septembre a lieu à l’université de Saint-Denis de la Réunion un colloque consacré aux ressources cartographiques concernant le sud-ouest de l’océan Indien, faisant intervenir chercheurs et professionnels des archives et de la documentation.

Pour information, le programme est à suivre :

Table 1 : Histoires…

Présidence : Xavier LE TERRIER

  • La représentation du sud-ouest de l’océan Indien dans les mappemondes arabo-persanes d’avant le XVIe siècle. (Serge BOUCHET )
  • Les cartes anciennes de La Réunion. Quelle histoire, quelles perspectives ?  (Christian GERMANAZ)
  • La carte, objet civilisationnel ? L’expression cartographique dans le champ des études de civilisation, l’exemple du Sri Lanka . (Vilasnee TAMPOE)
  • L’histoire contemporaine de La Réunion à travers les cartes topographiques. (Fabien BRIAL)

Table 2 : Ressources…

Présidence : Marcel-Alain VAUTHIER

  • Les cartes du sud-ouest de l’océan Indien aux Archives nationales d’outre-mer. ( Béatrice OLIVE)
  • Les ressources cartographiques sur l’océan Indien aux Archives départementales de La Réunion. ( Damien VAISSE)
  • Les ressources cartographiques sur l’océan Indien conservées par les institutions malgaches. ( Bodoarimanana RAMAMBAHASINA)

Table 3 : Pratiques cartographiques contemporaines…

Présidence : Télésphore BROU

  • Cartographie et volcan. De l’image à la science. ( Nicolas VILLENEUVE)
  • « Faire » des cartes pour l’édition scientifique : entre contraintes et évolutions. (Emmanuel MARCADÉ)
  • Les Mascareignes : des ateliers de toponymes. ( Jean-Cyrille NOTTER)
  • La cartographie des espaces maritimes au prisme de la géographie scolaire. ( Sylvain GENEVOIS)

Table 4 : De l’atlas…

Présidence : François TAGLIONI

  • L’Atlas historique du sucre Xavier. ( LE TERRIER)
  • L’Atlas de La Réunion (CEGET/CNRS). ( Wilfrid BERTILE)
  • Présentation du montage du projet d’Atlas de La Réunion dans le sud-ouest de l’océan Indien, du point de vue de l’instance régionale ( David LORION)
  • Un atlas pour la Nouvelle-Calédonie. ( Jean-Christophe GAY)

programme-gs-def-web

Parution : Le travail colonial. Engagés et autres main-d’oeuvre migrantes dans les empires 1850-1950

nouvelle-image-1

Vient de paraître chez Riveneuve éditions:

Plusieurs articles sur l’océan Indien dans cet ouvrage.

Le travail colonial. Engagés et autres mains-d’oeuvre migrantes dans les empires
1850-1950

 Sous la direction d’Eric Guerassimoff et Issiaka Mande

L’histoire du travail colonial s’est développée vigoureusement dans les pays du Sud depuis la fin du XXe siècle. Elle replace au centre la figure du colonisé, non seulement comme victime, mais aussi comme agent à part entière des sociétés coloniales. C’est dans cette dernière perspective que les contributions réunies dans le présent volume veulent s’inscrire. Ces études soulignent spécialement l’expérience de l’engagisme, la forme dominante entre 1850 et 1950, de ces relations de travail, examinent avec attention les moyens déployés par les engagés pour s’adapter à la coercition, ou bien y résister, et parfois, tourner les circonstances à leur avantage, dans les espaces coloniaux diversifiés (Antilles, océan Indien, Asie, Pacifique). Situées au carrefour de la recherche récente en histoire des migrations internationales au Sud et en histoire globale du travail, ces études ambitionnent de préciser le rôle joué par les institutions, les employeurs et l’intervention des migrants eux-mêmes dans la constitution des marchés coloniaux du travail.

Eric Guerassimoff, historien, professeur de civilisation chinoise moderne au sein de l’UFR Langues et Civilisations de l’Asie Orientale (LCAO) de l’université Paris-Diderot, est membre du CESSMA UMR UPD/IRD 245. Ses recherches portent sur l’histoire moderne de l’émigration chinoise.

 Issiaka Mande, historien, professeur au département de science politique de l’Uqam (Montréal, Canada) est membre du Cirdis et du Cessma (UMR 245 IRD/UPD). Il s’intéresse à l’histoire socio-économique de l’Afrique contemporaine.

 

Appel à articles pour un ouvrage collectif sur l’océan Indien occidental

Appel à articles pour l’ouvrage collectif « Anthropologie d’une médecine en développement dans l’océan Indien occidental. Des soins ancestraux aux nouvelles pratiques thérapeutiques »

Les propositions sont attendues au plus tard le 30 septembre et doivent être envoyées à Delphine Burguet (burguet.delphine@gmail.com) et Pierrine Didier (pierrine.didier@gmail.com)

Lire la suite

Mercredi 15 Juin 2016 / 8 h 30 – 18 h : 150e anniversaire de la Presse malgache

 

150e anniversaire de la Presse malagasy
« Presse d’hier et d’aujourd’hui : quel rôle pour le développement ? »

UNIVERSITE PARIS-SORBONNE (PARIS IV)
Maison de la recherche
28 rue Serpente 75006 Paris
Mercredi 15 Juin 2016 / 8 h 30 – 18 h

Coordonné par
– James RAMAROSAONA, Ancien Président de l’Ordre des Journalistes de Madagascar
– et Bearisoa RAKOTONIAINA, Chercheur Associé au Centre Roland Mousnier à l’Université de Paris-Sorbonne (Paris IV)

Sous tutelle du Comité scientifique composé des Professeurs Dominique BARJOT, Solofo RANDRIANJA et Jean FREMIGACCI

Il y aura cinq tables rondes :
– La Naissance de la Presse malgache
– La Presse malgache face à l’enjeu géopolitique de la fin du XIXe siècle et le contexte de la colonisation
– Les médias et le développement durant les Républiques
– Les médias et les organisations professionnelles
– L’exercice de la libéralisation des médias.

Différentes personnalités vont intervenir dont :
– Lucile RABEARIMANANA, Professeur des universités, Madagascar
– Francine RANAIVO, Présidente de l’Alliance Internationale des Femmes de France et de Madagascar (AIFM)
– Jean RAVALITERA, Pasteur, Docteur en Théologie (France)
– Liva ELIASY, Ancien rédacteur en chef du Magazine chrétien d’information Olombaovao (France), Correspondant de l’Hebdomadaire catholique Lakroan’i Madagasikara en France
– Jean Claude RABEHERIFARA, Sociologue, Chroniqueur à l’émission Echos du Capricorne sur RFPP – Radio Fréquence paris-Plurielle, FM-106.3Mhz (France)
– Sabine RAKOTOZAFY, Ancienne Journaliste de la RNM
– Mandimby ANDRIANARISOA, Ancien Journaliste de la RNM
– Jeanne RASOANARIMALALA (Rasoabakobako), Ancienne Animatrice de la RNM
– Anny ANDRIANAIVONIRINA, Présidente du CPM et Enseignante vacataire à la Faculté des lettres et sciences-humaines, Antananarivo
– Mboiny Simon SEVA, Consultant et Ancien DG de l’ORTM
– André RASOLO, Ancien Ministre et Professeur de sociologie politique, Madagascar
– Denis Alexandre LAHINIRIKO, Conseiller culturel auprès de la Représentation de Madagascar à l’Unesco
– Pamphile RAMBELOARISON, Ancien Journaliste et Chroniqueur politique de Radio Tsioka Vao
– Lucien RAHARISON, Directeur de la rédaction du journal « Gazetiko », groupe Midi Madagascar
– Jaona RAVALOSON, Ancien Ambassadeur et Représentant du CDE en France

Il y aura des témoignages des pratiquants des médias en ligne sur Madagascar en France et de présentation de quelques centres de formation de journalisme à Madagascar

Plan Vigipirate : Inscription obligatoire et ouverte à tout public, dans la limite des places disponibles
Mail : jramarosaona@hotmail.com et printsyrabe@yahoo.fr
Tel. 0615250496 – 0612126601

Remerciements
James RAMAROSAONA
Bearisoa RAKOTONIAINA

Compte rendu du Premier colloque francophone d’anthropologie de la santé à Madagascar

Les 14, 15 et 16 mars 2016, s’est tenu le premier colloque francophone d’anthropologie de la santé à Madagascar, intitulé « La santé des femmes et des enfants : des soins domestiques aux politiques publiques ».

Durant ces trois journées qui se sont déroulées à l’Institut français de Madagascar et à l’Institut Pasteur de Madagascar, à Antananarivo, le colloque a réuni des étudiants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés autour de la thématique des soins chez la mère et l’enfant. Cette question construite selon une approche anthropologique a cependant été travaillée en fonction de données qualitatives et quantitatives. Ainsi, les intervenants au colloque se sont saisis des sciences sociales dans leur ensemble pour rendre compte des situations sanitaires et des pratiques de soins sur la Grande île.

Sept panels ont structuré le colloque : « Enfance et soins domestiques » ; « Posture anthropologique et réflexivité » ; « La santé des femmes au prisme des systèmes de soins » ; « Culture, soins et santé publique » ; « Structures de soins et relations soignants-soignés » ; « Offres thérapeutiques et usages pluriels » ; « Politiques publiques de santé et réalités du terrain » ainsi que des conférences majeures qui ouvraient et clôturaient les sessions.

Le colloque a permis la rencontre de chercheurs de divers horizons et appartenances, signe de la dimension internationale de l’événement. Cet aspect a donné la possibilité d’échanges productifs et riches en débats entre des intervenants malgaches, français, belges, canadiens… réunis également à l’occasion de la semaine de la langue française et de la francophonie. L’organisation du colloque à Madagascar a dynamisé la participation locale des étudiants, chercheurs et acteurs de la santé publique malgache, un intérêt commun qui a été visible par l’engouement du public.

Les aspects pluridisciplinaire et international ont permis d’aborder des approches conceptuelles, notamment par l’intermédiaire des intervenants étrangers invités qui ont donné des outils de lecture analytique en se référant à d’autres sociétés. La rencontre des anthropologues qui s’intéressent à la santé dans toutes ses composantes, a donné lieu à des échanges qui concernaient à la fois les méthodes d’enquête, les postures de la recherche anthropologique et les axes d’étude à privilégier.

Delphine Burguet

http://www.pasteur.mg/colloqueanthroposante

Post-doc à Shanghai

http://shanghai.nyu.edu/research/cga/fellowships

Two postdoctoral positions for the study of intra-Asian interactions are available at the Center for Global Asia at NYU Shanghai. These fellowships are for a period of up to one year, commencing on or after September 1, 2016.

Candidates working on any aspect of pre-twentieth century intra-Asian interactions are welcome to apply, but topics related to Indian Ocean and overland Eurasian connections are of particular interest to the Center.

Candidates are expected to hold a PhD, preferably completed within the past five years (2011 and after).

Round trip airfare to Shanghai, a housing subsidy, and a monthly stipend will be provided by the Center for Global Asia. In addition to working on individual research and publication, the postdoctoral fellows are expected to assist in the activities of the Center. There is no teaching requirement.

The Center for Global Asia at NYU Shanghai (https://shanghai.nyu.edu/research/cga) serves as the hub within the NYU Global Network University system to promote the study of Asian interactions, both historical and contemporary. The overall objective of the Center is to provide global societies with information on the contexts for the reemerging connections between the various parts of Asia through research and teaching. This includes exploring how the polities and societies of Asia have interacted over time and are now beginning to interact again on broad fronts.

The deadline for applications is July 1, 2016 and the position will be open until filled. To be considered, applicants should submit curriculum vitae, a 3-5- page research proposal, a writing sample, and two letters of reference, all in PDF format. Please visit our website at http://shanghai.nyu.edu/about/work/fellowships for instructions and other information on how to apply. If you have any questions, please e-mail postdoc.cga@nyu.edu

3 juin 2016 : Journée d’Hommage à Stephen Ellis (IEA – Paris)

Hommage à Stephen Ellis

Journée d’étude organisée par Solofo Randrianja (Institut d’Études Avancées de Paris), Pierre Boilley (Institut des Mondes AFricains, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Didier Nativel (Université Paris-Diderot) et Samuel F. Sanchez (IRD).

L’historiographie de Madagascar et l’africanisme ont perdu un de leurs illustres contributeurs. Stephen Ellis (13 juin 1953 – 29 juillet 2015) nous a quittés.
Alors qu’il terminait son travail sur les Menalamba à Oxford à la fin des années 1970, le séminaire de Françoise Raison-Jourde de l’Université Paris VII – l’un des rares lieux de formation doctorale sur l’histoire de Madagascar à Paris – l’accueillit pour l’entendre y exposer son travail et se confronter à une historiographie dominée par des chercheurs malgaches et français. Ces échanges  faisaient, bien sûr partie de l’air du temps, notamment grâce aux travaux de Jean-François Bayart  qui se référaient, de manière pionnière, à la littérature anglophone, bien avant qu’internet puis les plateformes comme JSTOR rendent ces travaux plus accessibles.
A la différence des générations de chercheurs précédentes, cette ouverture dont Stephen Ellis était porteur l’amena, à travers les hasards de la profession et ses propres inclinations, à embrasser d’autres aires géographiques et à convoquer différentes disciplines. Mais il le fit toujours avec le souci d’apporter, à sa manière, sa contribution ouverte et critique, empreinte de  l’engagement d’un homme de foi. Season of rains, Africa in the world, préfacé par Desmond Tutu, en est une illustration. Cette démarche n’a été possible que grâce à une connaissance profonde des réalités africaines complexes, loin des modes intellectuelles.
Spécialiste de l’Afrique australe et de l’Ouest, Stephen Ellis n’a jamais délaissé pour autant Madagascar. En témoigne l’ouvrage rédigé avec Solofo Randrianja, Madagascar, a short history, salué comme un apport important, en langue anglaise, à l’histoire de l’Afrique et de l’océan Indien, et qualifié par ses auteurs de cinquante ans cumulés d’expériences d’historiens professionnels
La journée d’étude organisée au sein de l’Institut d’Etudes Avancées est l’occasion de revenir sur les multiples domaines de compétences de Stephen Ellis, historien et politiste à l’œuvre érudite et prolifique, que l’African Studies Center de Leyde considère comme le plus éminent de ses chercheurs.

Programme

8h45 : accueil

9h-9h15 – Introduction
Solofo Randrianja, Didier Nativel, Samuel Sanchez

9h15-10h45 – Table ronde 1 : Passé et présent
Rafael Thiebaut : «’New light from old sources’, les travaux de Stephen Ellis sur Madagascar avant le XIXe siècle »
Samuel Sanchez : « Stephen Ellis et l’histoire de Madagascar dans la longue durée. Périodisations et approches transrégionales »
Didier Nativel : « Enquêter sur l’ANC. Démarche et échos »
Discutant(e) : Solofo Randrianja

10h45-11h – Pause

11h-12h30 – Table ronde 2 : Le pouvoir du religieux
Gerrie ter Haar : « Spirits and Power: Religion and Politics in the work of Stephen Ellis »
Marie Miran-Guyon : « Begré, gloire et mort d’un dieu africain, ou l’ »action rituelle » comme source historique »
Françoise Raison-Jourde : « Les dimensions religieuses du mouvement menalamba »
Discutant(e) : Chibuike Uche

12h-30-14h – Pause

14h-15h30 – Table ronde 3 : Questionner l’Etat
Pierre Boilley : « L’arbitraire en question, Etats et frontières en Afrique »
Solofo Randrianja : « Le passage de la royauté concentrique à l’Etat wébérien, un non-dit de Madagascar, a short history »
Jean-François Bayart : « Entre criminalisation de l’Etat et guerres civiles : Stephen Ellis, un homme de sources »
Discutant(e) : Richard Banegas

15h30-15h45 – Pause

15h45-17h15 – Table ronde 4 : Présentation du dernier ouvrage de Stephen Ellis, This Present Darkness. A History of Nigerian Organized Crime, Hurst, 2016
Gerrie ter Haar, Solofo Randrianja, Jean-François Bayart, Marc-Antoine Pérouse de Montclos, Chibuike Uche (ASC Leiden), Richard Banegas, Laurent Fourchard

17h15 – Conclusion de la journée
Présentoir de Hurst et de Karthala avec vente de livres

 

http://www.paris-iea.fr/fr/evenements/journee-d-etude-en-hommage-a-stephen-ellis

Appel à candidature (masters, doctorants) : Université d’hiver austral en Sciences Sociales à Madagascar juil. 2016

« Tam Dao Mada » – 2016

Université d’hiver austral en Sciences Sociales à Madagascar

Gouvernance, Institutions et rôle des élites : Approches méthodologiques et transversales

 15 – 22 juillet 2016

Dans le cadre de la formation régionale intitulée « Tam Dao Mada (TDM) : Université d’hiver austral en sciences sociales à Madagascar » visant le renforcement des capacités méthodologiques en sciences sociales, veuillez trouver ci-joint un appel à candidature lancé en direction des étudiants en master, doctorants, chercheurs universitaires et praticiens du développement.

La première édition de Tam Dao Mada se déroulera sur deux sites :

deux journées de plénières du 15 au 16 juillet 2016 à Antananarivo

Puis cinq journées d’ateliers méthodologiques du 17 au 23 juillet à Antsirabe

– ATELIER 1 : Élites, pouvoir et citoyens : approches socio-économiques

– ATELIER 2 : Notabilités et pouvoirs : méthodes pour l’Histoire, la mémoire, et le patrimoine

Le programme provisoire et le synopsis des ateliers est joint à cet appel.

Les documents sont téléchargeables en bas du billet et seront également disponibles sur le site web de l’UMR 225 DIAL (IRD – Univ. Paris Dauphine), organisatrice de la manifestation : http://www.dial.ird.fr/universite-d-hiver-austral-en-sciences-sociales-a-madagascar.

Les dossiers de candidatures doivent être envoyés à tam-dao-mada@dial.prd.fr  au plus tard le 5 juin 2016.

Le comité d’organisation

DOCUMENTS A TELECHARGER POUR CANDIDATER :

Formulaire de candidature NOM_PRENOM_AtelierX1ou2

Tam Dao Mada – Université d’hiver austral en sciences sociales à Madagascar – 2016 –

Tam Dao Mada 2016 – Appel à candidature

 

 

 

Madagascar Workshop 2016 (Avignon-Univ. Mc Gill)

Workshop Overview

May 27-28: The workshop will include panel presentations, a thematic plenary session (topic TBD), a graduate student seminar and two keynote speakers.

Keynote speakers:  Dr. Sophie Blanchy (CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative/CNRS-Université de Paris Ouest Nanterre) and Dr. Jean-Aimé Rakotoarisoa (INALCO/l’Institut de Civilisations de l’Université d’Antananarivo).

Graduate Seminar: A seminar for graduate students will be held on May 28.

 

Voir sur le site de l’IOWC :

Programme

 

Séminaire Paris 7 – 19 mai : Laurence Pourchez, « Refaire le corps de l’enfant en société créole »

La prochaine séance du séminaire « Histoire des sociétés du sud-ouest de l’océan Indien » aura lieu ce jeudi 19 mai de 17h à 19h.

Laurence Pourchez (INALCO-CESSMA) y présentera une communication intitulée : « Refaire le corps de l’enfant en société créole ».

Informations pratiques :

  • Jeudi 19 mai, 17h-19h
  • Olympe de Gouges, 8 place Paul Ricœur, 8e étage, salle 864 (métro F. Mitterrand, L. 14)

 

 

Bourses de thèses à l’IRD

Bourses de thèse IRD destinées au titulaires de Master

L’IRD lance un nouvel appel à projets dans le cadre du programme  Allocations de recherche pour une thèse au Sud  (ARTS), l’un des programmes d’appui au renforcement et à la consolidation des potentiels de recherche dans les Suds, mis en œuvre par l’IRD.
À travers ce programme, l’IRD entend contribuer à la formation initiale des personnels scientifiques des pays du Sud.

Les bourses de thèse « ARTS » sont destinées à soutenir des doctorants des pays du Sud  qui réalisent une thèse dans le cadre d’un partenariat entre une équipe de recherche du Nord et une équipe de recherche du Sud leur garantissant un encadrement et un environnement de travail de qualité et, par là même, à renforcer les capacités de recherche de ces pays.

L’objectif est de préparer de jeunes chercheurs à intégrer, au terme de leur thèse, le système d’enseignement supérieur et de recherche d’un pays du Sud.

Date limite 31 mai 2016

http://www.ird.fr/arts

séminaire Histoire sociale de l’Afrique orientale 10 juin : Les archives du génocide rwandais

Histoire sociale de l’Afrique Orientale, de la Mer Rouge et de l’Océan indien, XIXe-XXe siècles : archives, corps, subjectivités

Vendredi de 14 h à 17 h (salle du conseil B, R-1, bât. Le France 190-198 av de France 75013 Paris)

10 juin : Les archives du génocide

  • Hélène Dumas, chargée de recherche CNRS-LAM, helenedumas.uw@gmail.com, «Les voix du génocide : une étude des témoignages judiciaires des survivants (TPIR, gacaca) » 

En dépit de la grande diversité des politiques de justice mises en œuvre à la suite du génocide des Tutsi, un constat s’impose : le procès est centré sur la figure et la parole de l’accusé. Les victimes survivantes demeurent dans l’ombre d’une organisation judiciaire au sein de laquelle leur place est secondaire, leurs récits âprement contestés, leurs témoignages instrumentalisés par les logiques agonistiques du procès. Les limites inhérentes aux sources judiciaires – qui dépendent par ailleurs de leurs conditions très spécifiques de production – ne doivent cependant pas décourager l’exploration d’un immense corpus archivistique, nourris des très nombreux témoignages produits par les survivants. Un double intérêt guide une telle entreprise. D’abord, la parole ainsi déployée devant les tribunaux fraye un accès à l’analyse historienne et anthropologique de l’expérience survivante. Expérience encore peu explorée par une historiographie essentiellement attachée à restituer les logiques d’investissement massif dans les massacres, s’appuyant donc sur la parole des tueurs. Ensuite, la mobilisation de telles archives permet de rendre compte d’une seconde échelle d’expérience, celle de l’après-coup judiciaire. En présentant une série d’extraits de témoignages issus du TPIR et des gacaca, il s’agira de réfléchir à leur éventuel apport dans le dévoilement d’une histoire des survivants depuis le génocide de 1994.

Bibliographie

  1. Dumas, Le génocide au village. Le massacre des Tutsi au Rwanda, Paris, Seuil, « L’Univers historique », 2014.

Stéphane Audoin-Rouzeau et Hélène Dumas, « Le génocide des Tutsi rwandais, vingt ans après. », dossier, in Vingtième siècle. Revue d’histoire, n°122, avril-juin 2014.

« La place des témoignages de victimes dans l’historiographie du génocide des Tutsi au Rwanda », entretien réalisé par Boris Adjemian, Alexandra Garbarini et Rémi Korman, Études arméniennes contemporaines, n°5, juin 2015, p.195-207.

  • Florent Piton, doctorant contractuel à l’université Paris 7 – Denis Diderot – CESSMA, florentpiton1@gmail.com, «Le génocide invisible ? L’apport des archives administratives dans l’écriture de l’histoire locale de la violence au Rwanda (1990-1994) »

Un simple détour aux archives nationales à Kigali, ou dans tout autre dépôt d’archives locales, le confirme : l’État rwandais était un grand producteur de papiers, des volumineux rapports annuels transmis par les administrations à la correspondance quotidienne entre les services, en passant par les procès-verbaux de réunions ou les multiples rapports sur la démographie, la sécurité, la production agricole, l’éducation, ou le nombre de chèvres vendues au marché. Ce constat, bien documenté sur la deuxième République (1978-1990), est tout aussi vrai pour la période de la guerre et du génocide (1990-1994). Alors que l’historiographie récente de cette période mobilise surtout les archives judiciaires et les sources orales, ma communication vise à interroger l’intérêt heuristique de ces archives administratives pour une histoire locale de la violence au Rwanda entre 1990 et 1994. Les massacres et les attaques ciblées contre les Tutsi sont certes largement ignorés de ces archives, tout autant que la mobilisation des organes de l’État dans la polarisation ethnique. Doit-on pour autant en conclure à l’invisibilité du génocide et des violences qui l’accompagnent dans ce corpus documentaire ? Sa lecture informe en effet la mise en place des structures de l’autodéfense civile dans le cadre de la guerre, de même que l’intensité des violences politiques sur les collines. On mesure ainsi la porosité qui s’installe entre les différents registres de violences, de guerre, politiques et génocidaires. En outre, l’attention portée à la « langue des archives », en français comme en kinyarwanda, vient redoubler les analyses sur les « mots du génocide » tels qu’ils ressortent des discours publics ou des médias écrits et radiophoniques. Enfin, l’examen des lignes de force, des creux et des silences de ces archives dresse les contours d’un espace mental irrigué par la peur et la menace, dans un contexte marqué par la guerre et le multipartisme. Le matériau archivisitique ne nous permet donc pas seulement d’écrire une histoire factuelle, et en quelque sorte positiviste, du génocide perpétré contre les Tutsi. Il est une porte d’entrée vers les pratiques, les discours et les représentations qui conditionnent la nature du dernier génocide du XXe siècle.