10 oct. – soutenance de thèse d’E. Rossé

Le 10 octobre prochain, Elisabeth Rossé soutiendra sa thèse en vue de l’obtention du doctorat en anthropologie, préparée à l’université Paris Ouest Nanterre la Défense et au Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC) sous la direction de Sophie Blanchy :

« Ancestralité et migrations urbaines. Le cas des Tandroy de Toliara (Madagascar) »

La soutenance aura lieu le lundi 10 octobre 2016 à 14h en salle B15 (Bâtiment B), sur le campus de l’université Paris Ouest Nanterre la Défense.

Le jury sera composé de :

  • M.  Michael LAMBEK, professeur, University of Toronto Scarborough, Canada (rapporteur)
  • M. Solofo Randrianja, professeur, Université de Toamasina, Madagascar (rapporteur, ne pourra être présent)
  • M. Marc-Eric GRUENAIS, professeur, Université de Bordeaux
  • M. Michael HOUSEMAN, Directeur d’études, Ecole pratique des hautes études
  • M. Laurent BERGER, maître de conférences, Ecole des hautes études en sciences sociales
  • M. Nicolas PREVOST, maître de conférences, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Résumé :

Cette thèse traite de la manière dont les Tandroy, population originaire de l’extrême Sud de Madagascar, produisent leurs identités collectives en situation de migration urbaine dans la ville de Toliara. Les Tandroy, qui vivent depuis près d’un siècle en état de circulation à travers l’île, sont le plus souvent assignés à un statut de migrants précaires, pour lesquels la ville demeure un espace étranger. Je montre, à travers une ethnographie de situations rituelles, comment la migration peut être considéré comme un espace de transition, dans lequel se joue le passage d’un état de mobilité à un état d’ancrage. Je montre également comment ce passage implique la remise en cause d’une identité collective construite avec la colonisation et cristallisée au début des années 1970, époque où éclate dans le Sud une révolte paysanne menée par Monja Jaona, leader politique tandroy d’envergure nationale. Mes enquêtes se situent dans deux domaines, celui de la politique et celui de la possession. Dans les deux cas, l’ancrage en ville s’exprime de manière paradoxale à partir du maniement de symboles ancestraux pourtant fragilisés par le phénomène migratoire et jugés inadaptés à l’espace urbain : le poteau sacrificiel hazomanga et l’esprit de possession kokolampo. Je m’intéresse à la manière dont ces éléments participent à l’élaboration de constructions symboliques confrontant des catégories identitaires articulées à l’expression d’une mémoire collective, et je porte une attention particulière à la musique produite dans les situations ethnographiées, laquelle peut amener à une forme alternative de relation à l’identité collective, favorisant l’expérience de l’ancrage.


Ce contenu a été publié dans Soutenances de thèses par Violaine Tisseau. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Violaine Tisseau

Chargée de recherche au CNRS au sein de l'IMAf (UMR 8171). Spécialisée en histoire sociale, elle a soutenu en 2011 une thèse d'histoire, à l'université Paris Diderot et publiée chez Karthala en 2017 (Être métis en Imerina (Madagascar), aux XIXe et XXe siècles). Elle poursuit actuellement des recherches sur l'histoire de la famille dans l'île et sur les travailleurs et travailleuses domestiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.